Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Ces trois cadors anglais qui s'intéressent, déjà, à Mahrez    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 12 - 2019

La générale de la pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" (le moineau), une tragi-comédie qui traite du mensonge et ses ravages sur l'individu et la société, a été présentée jeudi soir à Alger devant un public nombreux.
Accueilli au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), le spectacle a été mis en scène par Kamel Yaïche sur un texte qu'il a lui-même adapté de l'œuvre, "Le Bosendorfer" de l'écrivain et dramaturge hongrois Ferenc Karinthy (1921-1992).
D'une durée de 80 mn, "Ez'Zaouèche" raconte le désarroi d'un comédien contraint à la retraite, vivant seul avec ses personnages qui l'habitent encore, et la détresse d'une vieille femme mélancolique et solitaire, se retrouvant sans ressources après la disparition de tous les siens.
Refusant son statut d'artiste vivant mal le crépuscule imposé à sa carrière, le comédien, incarné par Brahim Chergui, va tomber sur une annonce faisant état de la mise en vente d'un piano de marque "Besendorfer", signe extérieur d'aisance et de confort, que la vieille femme solitaire, rendue par Rania Serouti -qui marque ainsi son retour après une longue absence sur la scène artistique-, a passée sur les pages d'un journal local.
Comme un oiseau de mauvaise augure, le comédien usurpateur décide alors d'appeler la vieille dame au téléphone, simulant le ton de différents personnages fictifs prétendants à l'achat de l'instrument, en usant de ses talents d'imitateur de voix, aux timbres et aux intonations multiples.
Harcelant la pauvre dame usée par le chagrin et la solitude, le comédien va enchaîner mensonges et fausses promesses, faisant vivre à sa victime, le plus grand des supplices, dont il rendait fièrement compte chaque fois qu'il l'intensifiait, à un être imaginaire, hiérarchiquement supérieur suggéré par un cache-poussière et un képi accrochés dans le coin de la scène à un porte manteaux en bois à plusieurs branches.
Sur une scène séparée horizontalement par un voile transparent, les comédiens ont évolué dans un "avant" et un "arrière" scène, équipés d'un décor minimaliste fait, respectivement, d'un siège en cuir, d'une petite table et d'un porte manteau pour l'espace réservé au comédien imposteur, et pour celui occupé par la vieille dame, d'un piano couvert par un drap blanc et de plusieurs caisses en cartons éparpillées dans des atmosphères sombres et mélancoliques suggérant la détresse et le tourment.
Œuvre de Mokhtar Mouffok, l'éclairage neutre, horizontal ou latéral, parfois vif au milieu de la pénombre, a été des plus concluants, contribuant efficacement au renforcement de la sémantique de chacune des situations alimentant la trame, au même titre que la bande son aux extraits choisis pour agrémenter judicieusement différents états d'âme, à l'instar de "Mister Georgina", un tango interprété par le grand Léo Ferré (1916-1993) ou encore la "sérénade" de Franz Schubert (1797-1828).
Malgré quelques avis de spectateurs qui, pour certains, ont trouvé que le téléphone "comme unique véhicule" du contact entre les deux personnages a "annulé le jeu des comédiens", et que d'autres, auraient préféré voir les deux espaces scéniques réservés aux deux comédiens "dégagés en profondeurs" de manière à avoir les deux artistes "à l'avant, de part et d'autre de la scène", le public a bien accueilli le spectacle, applaudissant longtemps les artistes à l'issue d'une prestation brillamment menée dans un rythme ascendant et soutenu.
"Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier et finit toujours par arriver", a réagi une femme, reprenant un vieil adage.
Produite par le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), sous l'égide du ministère de la culture, la pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" (le moineau) devrait être reprogrammée au même lieu durant le mois en cours, avant de "partir en tournée nationale", selon le metteur en scène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.