139 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès enregistrés (Actualisé)    Real Madrid: son avenir, Modric a tranché    Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Appel à la libération des détenus d'opinion    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 02 - 2020

La pièce «Timenfla» (Les nouaisons) du théâtre régional d'Oum-el-Bouaghi, à ouvert, ce samedi soir au théâtre « Abdelmalek Bouguermouh » la 10eme édition du festival international du théâtre de Bejaia. Un choix manifestement bien inspiré, puisque la représentation a séduit au-delà de toute attente, malgré le handicap de la langue, la pièce ayant était joué entièrement en Chaoui.
«Je n'ai rien compris au texte. Mais, j'ai été impressionné par le jeu et la performance des comédiens », confiera à l'APS, une représentante de la délégation Française, visiblement émue, et qui à l'instar du reste des représentants Sénégalais voisins, ont fait montre d'un enthousiasme a tout rompre en fin de spectacle. Quant au public Bejaoui, visiblement mieux loti en terme de compréhension, mais sans tout appréhender il s'est littéralement fendu la rate, tant l'œuvre respirait la farce et le bon mot.
Récipiendaire, en 2018, du prix de la meilleure pièce au 8eme festival du théâtre amazigh de Batna, la pièce écrite par Ali Tamer et mise en scene par Lahcene Chiba, est à dans son emballage général , une émouvante tragédie.
Sa trame et ses nouaisons s'articulent sur les péripéties d'un jeune couple, habitant en raison campagne, et qui soudain par l'effet magique du théâtre devient le centre du monde. Des citoyens de tout bord, notamment durant la période noir du terrorisme, y débarque pour exposer leur propre drame de la vie et y chercher des réponses à des questionnements d'ordre existentiels.
La temporalité avec la décennie noir , en fait, n'est qu' repère de situation, dans une chronique qui croque, au demeurant, tous les ratages socio-politiques survenues sur la scène nationale depuis l'indépendance, expliquera un membre de la troupe , qui trouve que le fil tel qu'il a été dressé est commun a tous les pays qui ont connu la nuit coloniale et qui ont du faire dans la douleur leur effort d'affranchissement.
Concrètement la pièce est atemporel et sans géographie. Et pour cause :Il ne traite pas de faits réels mais rend compte de l'effort onirique et d'imagination d'un historien, à l'esprit trouble, incapable de cerner les mutations de la société dans laquelle il vit, notamment ses influences, ses tyrannies, sa fragilité et ses délires.
Il est proie aux doutes a chaque fois qu'il tente de conceptualiser des rapports de forces et comprendre l'alternance entre l'attirance et la répulsion, les humiliations et les résistances, les délires et les résignations achevant et abandonnant ses chroniques au milieu du gué, si bien que dans l'histoire, il n'est décelé aucun fil conducteur.
Et par lassitude, embourbé dans ses idées noir et inachevé, il se donne la mort et laisse tomber le rideau sur ses personnages qui ne sont au bout du compte que le produit de son esprit foisonnant.
Que remplie de cadavres à cause des luttes pour le pouvoir qu'elle aborde et des sentiments contraire qu'elle cristallise dans toutes les strates sociales (familles amis et voisins), la pièce qui emprunte largement au théâtre de l'absurde la pièce est décliné dans des effets loufoque et baroque absolument décoiffant. Un Magnifique spectacle en somme soutenu par des comédiens en possession de tout leur art.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.