Coronavirus - Ancelotti : "J'espère que cela nous changera tous"    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Egypte. Le président Sissi survivra-t-il au coronavirus et aux soubresauts de l'économie ?    PROTEGER C'EST ASSERVIR.    L'AIE tacle l'Arabie Saoudite et la Russie    Hamid Bessalah désigné président du conseil d'administration    Injection de 5 000 milliards de dollars dans l'économie mondiale    Algérie Telecom : Modification des horaires    Lancement d'un bureau de poste itinérant    A propos d'Alger !    "Karim Tabbou souffre d'une paralysie partielle"    Le président de la Commission de l'UA mis en quarantaine    Pour cause de la pandémie du Covid-19 : Le trafic aérien suspendu à 95% en Afrique    Tunisie : Le coronavirus n'a pas empêché les tensions entre les trois présidences    "C'est un acharnement politico-judiciaire"    Athlétisme-Covid19: les Championnats d'Afrique entre mai et juin 2021    Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie Saoudite    NA Hussein Dey : Le Cas de l'entraîneur Bouali en stand-by    L'Union des ordres des avocats dénonce "une violation flagrante des lois"    Le personnel médical de l'hôpital de Boufarik en colère    La direction de la santé d'Oran lance un appel au bénévolat    Expositions et concours en un clic !    "Night in Zeralda", un tube immortel    À la découverte de l'Opéra de Paris    Evènement marquant de la révolution à Constantine : Le procès du groupe des 21    Maison de la culture de Aïn Témouchent : Création d'une plateforme électronique pour les enfants    Parution. «Le bonheur d'être algérien» de Fadéla M'rabet : Une terre, une fierté    Bousaâda: Cinq membres d'une famille tués dans une collision    Oran: 4,5 milliards en fausse monnaie interceptés    Pour ceux qui le souhaitent: Un vol pour rapatrier «des citoyens américains» d'Algérie    USMB - Testé positif au Covid-19 - Sofiane Nechma : «Je suis revenu de loin»    Procès en appel de Karim Tabou: Une vague d'indignation et des réponses    Blida en confinement: La peur commence à s'installer    INSTINCT ET SOLIDARITE    Entré en vigueur aujourd'hui: Le confinement partiel élargi à neuf autres wilayas    Pandémie Covid-19: the year after!    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Affaires de montage automobile et financement occulte: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 ans pour Sellal    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 02 - 2020

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a indiqué, dimanche, que l'amendement de la Constitution visait à "édifier un Etat fort" et à "protéger la société contre les turbulences" qui agitent des pays frères et amis.
"L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort dans lequel les citoyens, égaux devant la loi, exercent leurs droits en toute liberté dans le cadre de la loi", a affirmé le Président Tebboune dans un allocution à l'occasion de la célébration du 30e anniversaire de la création du Conseil constitutionnel, lue en son nom par son conseiller Boualem Boualem.
"L'idée d'un amendement profond et global de la Constitution avait été exprimée avant et après l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 en tant qu'étape fondamentale pour l'avènement de la nouvelle République que nous appelons de nos vœux et dans laquelle cet amendement est une priorité", a souligné le Président Tebboune.
L'amendement constitutionnel vise également à "appuyer et accompagner le processus d'ouverture de la société algérienne sur la modernité dans le respect de ses valeurs civilisationnelles, tout en œuvrant à la préservation de sa stabilité afin de la protéger contre les turbulences qui agitent les pays frères et amis qui nous entourent et plusieurs autres encore dans un monde en proie à de profonds bouleversements", a souligné le Président de la République.
L'Algérie "s'apprête aujourd'hui à amender sa Constitution suivant une méthodologie bien étudiée à travers le lancement de consultations avec des personnalités nationales concomitamment à la mise en place du Comité d'experts chargé de formuler des propositions pour une révision constitutionnelle avant le large débat qui s'ensuivra au Parlement et qui sera retransmis en direct à travers différents médias afin que le citoyen y soit associé au même titre que les acteurs politiques et l'ensemble de la société civile", a-t-il précisé.
Et d'ajouter: "la méthode que nous avons adopter pour la concrétisation de cette vision est basée sur des fondements solides et constants, loin de toute déformation ou improvisation afin de prémunir le pays contre ce dont il avait souffert, notamment les affres du terrorisme et l'instabilité, rejetés catégoriquement par le peuple".
"C'est dans cette même optique, que l'Algérie a annoncé qu'elle ne ménagera aucun effort en faveur du rétablissement de la paix et de la stabilité et du règlement des conflits aussi bien dans les pays du voisinage, tels le Mali et la Libye que dans toute l'Afrique et dans le monde entier, a-t-il souligne , précisant qu'"il s'agit là d'un principe ancré dans la politique extérieure de l'Etat algérien".
A cette occasion, M. Tebboune a réitéré son engagement à satisfaire les revendications du Hirak béni résultats de la nouvelle réalité de notre pays sur les plans politique et socio-économique", précisant que le choix de réviser la Constitution "constitue une première étape, dans le cadre d'une vision globale, visant à renforcer le processus d'édification institutionnelle de l'Etat et à favoriser la libération graduelle de notre société et à maîtriser les standards de modernisation dans le cadre de nos valeurs civilisationnelles. Une choix qui exprime réellement le projet de construction d'une société moderne que nous avons entamer à pas résolus, le projet d'une société basée, avant tout, sur le renforcement de l'harmonie et de l'entente nationales à partir d'une Constitution, dont les fondements font l'unanimité", a-t-il poursuivi.
Ces fondements consistent essentiellement en la protection des libertés et droits des citoyens, la moralisation de la vie publique et la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, en sus du renforcement du principe de la séparation et l'équilibre des pouvoirs et la promotion du rôle du Parlement dans l'accompagnement de l'action du gouvernement, le renforcement de l'égalité entre citoyens face à la loi et la consécration des mécanismes d'organisation des élections, la réglementation du champ médiatique et l'amélioration de la gouvernance.
L'anniversaire de la création du Conseil Constitutionnel, une opportunité pour évaluer les réalisations en matière de Justice Constitutionnelle
Par ailleurs, le Président de la République a indiqué que la célébration de cet anniversaire constituait "une opportunité pour méditer et évaluer les réalisations accomplies par notre pays en matière de justice constitutionnelle, qui revêt une importance majeure quant à l'instauration de l'Etat de droit, la consécration des valeurs constitutionnelles et la protection des droits et des libertés", affichant son "plein" soutien aux efforts consentis par le Conseil en matière de réflexion, analyse et recherche pour instaurer les valeurs de justice et préserver les droits et
libertés des citoyens tout en consacrant les règles de stabilité, de paix et de justice dans le monde outre la coopération et la complémentarité escomptées par l'Algérie afin de réaliser un développement équilibré et bénéfique à tout un chacun".
A ce propos, le Président Tebboune a rappelé la place de l'institution constitutionnelle dans le système institutionnel algérien, en tante qu'institution de souveraineté, jouissant de l'indépendance administrative et financière et dont les décisions, basées sur la Constitution comme seule référence, sont strictement appliquées par les Pouvoirs publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.