L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





l'ONU appelée à envoyer des commissions d'enquête dans les zones sahraouies occupées
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 02 - 2020

La militante sahraouie, Aminatou Haidar, a demandé à la Commission des droits de l'Homme de l'ONU d'envoyer des commissions d'enquête dans les zones occupées du Sahara occidental et d'agir devant les graves violations commises par le régime d'occupation marocain contre la population civile sahraouie.
Lors de sa présentation à la 43e session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, le prix Nobel alternatif 2019, a exprimé sa profonde "préoccupation des souffrances du peuple du Sahara occidental qui a été militairement occupée par le Maroc depuis 1975".
"Depuis cette date, le Maroc continue de violer systématiquement tous nos droits légitimes", a dénonce l'icône de la résistance pacifique sahraouie, citée samedi par l'Agence SPS.
"Torture, traitements cruels et dégradants, détention arbitraire, fausses accusations, expulsion du travail, expulsion forcée vers les villes du Maroc, diffamation par la presse marocaine", sont quelques-unes des méthodes utilisées par le régime marocain contre les citoyens sahraouis, cité par la militante sahraouie des droits de l'Homme.
"Les violations constantes se produisent à un moment où l'accès des observateurs internationaux au territoire occupé est impossible", a-t-elle souligné.
La "Gandhi Sahrauie" a également averti que "pour maintenir cette résistance pacifique" au Sahara occidental, l'ONU "doit prendre des mesures concrètes pour garantir le respect des droits fondamentaux et ainsi garantir au peuple sahraoui l'exercice de son droit inaliénable à l'autodétermination".
Mme Haidar, défenseur des droits de l'Homme au Sahara occidental, victime de torture, de disparition forcée et de détention arbitraire, a renouvelé son appel à la communauté internationale pour la prolongation du mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) pour assurer la sécurité de la population vivant dans les zones sahraouies occupées par le Maroc.
Haidar aborde avec Bachelet la situation dans les zones occupées du Sahara occidental
Aminatou Haidar, arrivée à Genève dans le cadre d'un programme de travail et de réunions organisé par la Fondation -The Right Livelihood-, a rencontré vendredi le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet.
Cette rencontre, explique le mêm source, été l'occasion pour échanger sur la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental et les violations constantes des droits de l'Homme commises par le régime d'occupation marocain contre la population civile.
A travers son compte dans le réseau social Twiiter, Mme Haidar a souligné que lors de cette réunion, "l'une des exigences exprimée au responsable des Nations Unies est de mettre en œuvre des mesures et actions concrètes dans le domaine des droits de l'Homme dans les zones occupées du Sahara occidental".
Aminatou Haidar a procédé à un exposé sur la situation grave dans laquelle se trouve les Sahraouis dans villes occupées du Sahara occidental, et a déploré la passivité de la communauté internationale dans le plus ancien processus de décolonisation en Afrique.
De même, la militante sahraouie a dénoncé "l'oubli auquel est soumis les prisonniers politiques sahraouis emprisonnés par le régime marocain".
Enfin, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme a reçu de Hiadar l'inquiétude de toutes les organisations de défense des droits de l'Homme dans les zones occupées de l'absence de rapport sur la situation sur le territoire ou l'absence de réponse aux violations et agressions commises par le régime marocain.
La militante sahraouie, Aminatou Haidar a reçu le "Prix Right Livelihood 2019", aussi connu comme "Prix Nobel alternatif", début décembre à Stockholm, lors d'une cérémonie officielle à laquelle ont assisté plus de1200 militants du monde entier.
Ce "Prix Nobel alternatif " a été décerné cette année à quatre défenseurs des droits de l'Homme et du climat.
C'est la toute première fois que Right Livelihood honore un Lauréat du Sahara occidental.
"Le peuple sahraoui a subi plus de quarante années d'occupation marocaine, toute opposition étant brutalement réprimée. Le courage et la fermeté qu'a manifesté Aminatou Haidar en organisant la résistance pacifique et en haussant de la voix devant la communauté internationale peut inspirer toute personne qui a foi dans la justice ", relève Ole von Uexkull, directeur exécutif de la Fondation.
Se déclarant "honorée" de recevoir le célèbre Prix, Aminatou Haidar a déclaré que cette attribution est "une reconnaissance" de sa "lutte non violente et de la juste cause du peuple sahraoui qui malgré l'occupation militaire et les nombreuses violations des droits de l'homme élémentaires, poursuit son combat pacifique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.