CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Le Maroc dissimule ses pertes face à l'armée sarhaouie    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    Les avions d'Air Algérie désinfectés    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    Djerad: la Zlecaf, un choix stratégique pour l'Algérie    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus: un décret exécutif pour l'application des mesures décidées par le président Tebboune
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 03 - 2020

Un décret exécutif précisant les modalités d'application des mesures décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, destinées à prévenir et à lutter contre la propagation du Coronavirus (COVID-19), a été pris par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, indiquent samedi les services du Premier ministre dans un communiqué.
"En application des directives de Monsieur le Président de la République visant à renforcer les mesures de distanciation sociale destinées à prévenir et à lutter contre la propagation du Coronavirus (COVID-19) sur le territoire national, le Premier ministre, M. Abdelaziz Djerad, a pris un décret instaurant, entre autres mesures, la démobilisation de certaines catégories de travailleurs de l'administration publique avec maintien des activités des services vitaux et organisant le transport des personnes", note la même source.
Les principales dispositions prévues dans ce décret, qui prendra effet à compter du dimanche 22 mars 2020 à 01h du matin, concernent "la suspension de tous types d'activités de transport de personnes allant des services aériens sur le réseau domestique au service de taxi collectif, en passant par les transports routiers, ferroviaires ou guidés, sur toutes les liaisons, à l'exclusion de l'activité de transport des personnels à la charge des employeurs".
A ce titre, le ministre des Transports ainsi que les walis territorialement compétents sont "chargés d'organiser le transport des personnes devant assurer la continuité du service public et le maintien des activités vitales au niveau des services exclus des dispositions du présent décret, des institutions et administrations publiques ainsi que des entités économiques et services financiers", ajoute la même source.
Le texte exhorte les administrations publiques au niveau central ainsi que dans les collectivités territoriales "à mettre en position de congé exceptionnel rémunéré au moins 50% de leurs effectifs, dont la présence sur les lieux de travail n'est pas considérée comme étant essentielle pour la continuité de service, notamment les structures d'utilité publique".
Sont exclus de cette mesure, les "personnels relevant des secteurs de la santé, de la sûreté nationale, de la protection civile, des douanes, de l'administration pénitentiaire, des transmissions nationales, du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes, de l'autorité vétérinaire et phytosanitaire, des services de l'hygiène et du nettoiement et ceux affectés aux missions de surveillance et de gardiennage", précise le texte.
Toutefois, "les autorités compétentes dont relèvent ces personnels peuvent autoriser la mise en congé exceptionnel des effectifs administratifs et de tout personnel dont la présence n'est pas jugée indispensable".
"Sont considérées comme prioritaires au titre du congé exceptionnel les femmes enceintes et les femmes élevant des enfants ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques et celles présentant des vulnérabilités médicales", explique le communiqué.
Dans ce contexte, "les institutions et administrations publiques sont appelées à prendre toute mesure encourageant le travail à distance".
Le décret exécutif autorise, par ailleurs,les walis à "prendre toute mesure rentrant dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du Coronavirus (COVID-19), comme il peuvent réquisitionner les personnels appartenant au corps de la santé et de tout corps concerné par les mesures de prévention et de lutte contre l'épidémie, toute personne concernée au regard de sa fonction ou de sa compétence professionnelle, toute infrastructure hôtelière ou toute autre infrastructure publique ou privée, tout moyen de transport de personnes nécessaire, public ou privé, quel que soit sa nature et pouvant être utilisé pour le transport sanitaire ou aménagé à cet effet et, de manière générale, toute structure publique ou privée destinée à assurer un service minimum au profit de la population".
Selon la même source, "durant la période indiquée, il sera procédé à la fermeture, dans les grandes villes, des débits de boissons, des établissements et espaces de loisirs, de divertissement, de spectacle et des restaurants, à l'exception de ceux assurant la livraison à domicile. Cette mesure peut être étendue à d'autres activités et à d'autres localités par arrêté du wali territorialement compétent".
Le texte précise, en outre, que "les personnels relevant du secteur économique et financier, public ou privé, ne sont pas concernés par les dispositions du présent décret".
Toutefois, "les gestionnaires des entreprises et organismes de ce secteur sont invités à prendre les dispositions qu'ils jugent opportunes afin de réduire, autant que possible, la mobilité de leurs personnels en tenant compte des impératifs liés à la nature de leurs activités, sans pour autant affecter la production et les services nécessaires à la satisfaction des besoins essentiels des citoyens et à l'approvisionnement de l'économie nationale".
Ces mesures sont "applicables à l'ensemble du territoire national pour une période de quatorze (14) jours", précise le communiqué", faisant remarquer qu'elles "pourraient être, au besoin, levées ou reconduites dans les mêmes formes, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire du pays".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.