Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 04 - 2020

Un cessez-le-feu unilatéral décrété par la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, est en vigueur depuis jeudi au Yémen, pour faire face à la pandémie de nouveau coronavirus, qui risque de ravager le pays le plus pauvre de la péninsule arabique.
Pour la coalition menée par Ryadh qui intervient au Yémen en soutien aux forces gouvernementales, cette trêve de deux semaines a été annoncée pour lutter contre la pandémie de Covid-19 qui sévit à travers le monde mais qui n'a jusqu'ici pas affecté le Yémen.
En dépit d'un appel au cessez-le-feu promu par les Nations unies en mars dernier pour protéger les civils du pays de la pandémie, les violences s'étaient récemment accrues au Yémen.
"Nous annonçons un cessez-le-feu à partir de (jeudi) pour deux semaines.
Nous nous attendons à ce que les éléments armés des Houthis acceptent. Nous préparons le terrain pour lutter contre la maladie du Covid-19", a déclaré mercredi un responsable saoudien.
La coalition a la ferme intention de respecter ces deux semaines de cessez-le-feu, tout en se réservant le droit de se défendre en cas d'attaque, a encore rapporté le responsable saoudien. Le cessez-le-feu peut être prolongé si les Houthis répondent "de manière positive" au geste de la coalition, a-t-il ajouté qui a dit souhaiter une rencontre avec les Houthis, parrainée par les Nations unies, afin de parvenir à un cessez-le-feu permanent.
Ryadh espère voir le cessez-le feu aboutir à une fin du conflit de cinq ans qui oppose les forces gouvernementales yéménites aux Houthis, mouvement armé appelé aussi Ansarullah.
Pour le moment, les Houthis, n'ont pas réagi à l'annonce de Ryadh. D'après les observateurs, si la trêve tient, ce serait la première percée depuis que les belligérants ont accepté un cessez-le-feu négocié par les Nations unies dans la ville portuaire stratégique de Hodeida (sud-ouest) lors de pourparlers interyéménites en Suède fin 2018.
La trêve, une occasion pour faire avancer les efforts de paix
Aussitôt annoncé, le cessez-le-feu unilatéral a été salué par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres estimant que cette décision "peut aider à faire avancer les efforts de paix ainsi que la réponse du pays à la pandémie de Covid-19".
Guterres a ajouté: "ce n'est que par le dialogue que les parties (au conflit) pourront se mettre d'accord sur un mécanisme permettant de maintenir un cessez-le-feu à l'échelle nationale" et sur "la reprise d'un processus politique pour parvenir à un règlement global" du conflit".
Le patron de l'ONU avait lancé, le 23 mars, un appel "à un cessez-le-feu immédiat, partout dans le monde" afin de préserver, face à la "furie" du Covid-19, les civils les plus vulnérables dans les pays en guerre. Un appel favorablement accueilli par les parties prenantes au conflit yéménite.
Il a invité mercredi dans un communiqué "le gouvernement et les Houthis à s'engager, de bonne foi et sans conditions préalables, dans des négociations" facilitées par l'émissaire spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths.
Ce dernier a, pour sa part, salué lui aussi l'annonce de la trêve et appelé les belligérants à "saisir cette occasion et cesser immédiatement toutes les hostilités".
De leur côté, les Emirats arabes unis, membre de la coalition militaire qui a retiré ses troupes l'année dernière du Yémen, ont salué la décision de Ryadh de décréter un cessez-le-feu la qualifiant de "sage et responsable".
Peu avant l'annonce de la coalition militaire, les Houthis ont publié un document résumant leur vision de la manière de mettre fin au conflit. Ils ont appelé au retrait des troupes étrangères et à la fin du blocus de la coalition sur les ports et l'espace aérien du Yémen. Ils ont également exigé que la coalition paie les salaires des fonctionnaires pour la prochaine décennie, et finance la reconstruction du pays, y compris celle des maisons détruites lors des frappes aériennes.
Pour rappel, les Houthis ont déferlé en septembre 2014 sur la capitale Sanaa depuis leur fief du Nord. Avec l'aide de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, ils sont entrés dans Sanaa et se sont emparés de vastes territoires du pays.
Le 26 mars 2015, une coalition menée par Ryadh, a lancé une opération aérienne pour bloquer l'avancée du mouvement armé vers le Sud.
Depuis, le pays vit au rythme de combats et de violences entre les camps rivaux sur fond de crise humanitaire, la pire au monde.
Même si le Yémen n'a enregistré jusqu'ici aucun cas d'infection à la maladie Covid-19, les organisations humanitaires craignent une catastrophe si le pays était touché par le nouveau coronavirus. Avec un système de santé exsangue et une pénurie d'eau potable, le Yémen a déjà été frappé par des épidémies comme la dengue ou le choléra.
Le conflit au Yémen aurait fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils, d'après diverses ONG, et environ 24 millions de Yéménites, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'aide humanitaire, selon les Nations unies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.