L'ONU qualifie la pandémie de pire crise humaine et économique : Des décennies de progrès remises en question    Révision des perspectives économiques africaines en 2020 : Le PIB de l'Algérie devrait se contracter de 4,4%, selon la BAD    Bordj Menaïel : Les souscripteurs Aadl 2 s'impatientent    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Benbouzid annonce la dotation de l'hôpital Dr Saadane de Biskra d'une machine PCR pour le dépistage de la Covid-19    Incendies de forêt : Tizi Ouzou, Béjaïa et Sétif les plus touchées à ce jour    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Affaire Tahkout : poursuite du procès jeudi avec les plaidoyers de la défense    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    FAF - Reprise du championnat: Décision finale dans une semaine    Le Trésor public réclame plus de 300 milliards de DA de dommages et intérêts: 16 ans de prison requis pour Tahkout, 15 ans contre Sellal et Ouyahia    Dr Lyes Merabet: « Les citoyens sous-estiment le danger du coronavirus »    Dépistage de la Covid-19: Plaidoyer pour les tests rapides    Alors que 43 nouveaux cas ont été enregistrés, en 24h: 90 patients guéris du Covid-19 quittent le CHUO    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le président Tebboune préside une réunion de travail    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Les walis entrent en action    Le Dr Berkani s'exprime    Le Trésor public réclame 309 milliards de DA à Tahkout et ses associés    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Laskri annonce son boycott du congrès    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 05 - 2020

La Commission des Affaires économiques et financières à l'Assemblée populaire nationale (APN) a insisté, dans son rapport préliminaire présenté mardi sur le projet de loi de Finances complémentaire de 2020 (PLFC 2020), sur l'impérative mobilisation de tous les moyens à même de mettre en place les ressources financières devant couvrir les dépenses supplémentaires imposées par les conditions économiques et sanitaires actuelles.
La Commission a fait savoir, dans ce rapport lu par son rapporteur, Nacera Sadek lors d'une session plénière consacrée à la présentation et l'examen du PLFC et présidée par Slimane Chenine, président de l'APN en présence des membres du Gouvernement, que "l'accroissement de l'engagement de l'Etat sur les plans économique et social exige la mobilisation de tous les moyens dans le souci de mettre en place les ressources financières devant couvrir les dépenses supplémentaires imposées par la conjoncture actuelle", ajoutant que "le recours à une loi de Finances complémentaire permettra de "mettre en place des approches budgétaires" à même de gérer la crise et de prendre des mesures devant conserver les grands équilibres financiers du pays".
Le PLFC 2020 intervient dans une conjoncture économique et financière difficile que traverse le pays en raison des retombées de la crise sanitaire mondiale due à la pandémie de covid-19 ayant entraîné une stagnation de l'économie au niveau mondiale ainsi que des incidences négatives sur l'économie nationale notamment sur le plan financier suite à la réduction des ressources financières du pays en raison de la chute des prix du pétrole contre un accroissement des engagements de l'Etat sur les plans économique et social, a relevé la commission.
Selon le rapport de la Commission, la situation financière critique que traverse le pays en raison des répercussions de la crise sanitaire mondiale exige "des mesures strictes sur les plans économique et financier à même d'éviter une stagnation de l'économie et ce à travers la redynamisation de la cadence de l'activité économique et la réalisation de l'autosuffisance, étant l'unique solution, estime la commission, devant être dans le cadre d'une vision économique efficace compatible à la situation financière actuelle.
S'agissant du volet relatif aux mesures législatives proposées par le PLFC, le rapport a valorisé les mesures visant le renforcement du pouvoir d'achat des ménages en ciblant la catégories des personnes à faible revenu par la revalorisation du salaire national minimum garanti (SNMG) et l'exonération totale de l'Impot sur les revenus global (IRG) pour les revenus n'excédant pas 30.000 DA.
La commission a estimé que les mesures relatives à la relance économique étaient indispensables vu les circonstances économiques et financières difficiles actuelles qui exigent la mobilisation de tous les moyens pour trouver des alternatives possibles à même d'apporter une valeur ajoutée à l'économie nationale.
Les réunions tenues par la commission dans le cadre de l'examen et du débat des dispositions du projet de loi avec des cadres du ministère des Finances étaient riches, en ce sens où les explications nécessaires ont été données, avec l'explication des conditions, motifs et modalités d'application de certaines nouvelles dispositions.
Ces rencontres avaient permis de réaffirmer l'impératif d'actualiser et de moderniser les systèmes fiscal et douanier pour mieux s'adapter aux conditions économiques et financières actuelles, selon la commission.
La commission a préconisé l'élargissement de la numérisation et des nouvelles technologies informatiques pour assurer davantage d'efficacité dans la collecte des redevances du trésor public, et renforcer les cadres de coordination entre l'ensemble des instances et services de l'Etat.
Quant aux mesures visant à pallier les difficultés de coordination entre le service du cadastre et la Conservation foncière, la commission a salué la mesure relative à la fusion des deux services dans une même instance administrative, ce qui permettra de conférer davantage d'efficacité à la création d'un nouveau système de numérotation en surface.
Dans son rapport préliminaire, la commission a présenté 15 amendements à des articles dudit projet de loi, entre autres amendements de forme ayant ciblé d'autres articles, à travers la correction de certaines erreurs matérielles.
Le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, a présenté mardi le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) pour l'exercice 2020 devant l'Assemblée populaire nationale (APN). M. Raouya a souligné que ce projet de loi "a été élaboré dans un contexte qu'on pourrait qualifier d'exceptionnel et d'inédit, marqué par la conjonction de deux facteurs majeurs, à savoir: la récession économique mondiale et la crise sanitaire inédite".
Le PLFC 2020 prévoit la baisse des dépenses budgétaires à 7.372,7 mds DA (mds DA) contre 7.823,1 mds DA dans la Loi de finances (LF) initiale.
Les recettes budgétaires devraient elles aussi baisser à 5.395,8 mds DA contre 6.289,7 mds DA dans la LF initiale. Les membres de l'APN ont entamé mardi le débat du projet de loi qui se poursuivra mercredi, alors que la séance de vote est prévue dimanche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.