Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    FAF : Contenu de la mise au point    MOB : Bennai saisit la justice    Championnat d'Espagne : Zidane ne souhaite pas un éventuel départ de Messi du Barça    Refonte du système et de la politique nationale de santé en Algérie : Quelques questions à l'ordre du jour    Epidémie du coronavirus à El Tarf : El Kala redoute l'éclosion d'un foyer cet été    On vous le dit    L'Algérie rapatrie les crânes de 24 de ses résistants à la colonisation française    La récupération des ossements et crânes de chouhada confère au 58e anniversaire de l'indépendance et de la jeunesse un cachet spécial et singulier    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    Squat des terrasses d'immeubles au centre-ville: Démolition d'une construction illicite à la rue Larbi Ben M'hidi    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    "25 à 30% des cas confirmés à la Covid-19 sont d'origine familiale"    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 05 - 2020

L'ancien Premier ministre marocain, Abderrahmane El Youssoufi, bien connu pour sa vigueur à défendre le Grand Maghreb est décédé vendredi à Casablanca des suites d'une maladie, ont rapporté des médias marocains.
Natif de Tanger le 8 mars 1924, feu Abderrahmane El Youssoufi était l'un des artisans de la Conférence de Tanger (Maroc) ayant jeté les bases du projet du Grand Maghreb et ayant réuni, en 1958, les partis maghrébins nationalistes de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie à laquelle avait pris part une personnalité phare du Front de libération nationale (FLN), le moudjahid Abdelhamid Mehri.
L'homme qui a passé la plus grande partie de sa vie dans l'opposition, avait rejoint le parti de l'Istiqlal, alors lycéen. Dirigeant de l'aile gauche du parti, il sera parmi les fondateurs en 1959 de l'Union nationale des forces populaires (UNFP), qui va devenir en 1975 l'Union socialiste des forces populaires (USFP), et rédacteur en chef de son organe "Attahrir" entre 1959 et 1965.
Compagnon de route de Mehdi Ben Barka (l'un des principaux opposants socialistes au roi Hassan II), il accepte après un long exil à Cannes (France), de mener un gouvernement en 1998 sous feu le roi Hassan II. Son gouvernement "d'alternance" constitué pour moitié (22 sur 41) par des ministres de la "Koutla", regroupement de partis de l'opposition. Il restera en poste jusqu'aux législatives de septembre 2002. En 2003, il démissionne de son poste de Premier Secrétaire de l'USFP et quitte la scène politique.
Ses démêlés avec la justice marocaine
En 1959, il est arrêté pour offense au roi avant d'être relâché quelques jours plus tard. Ses années d'opposition seront marqués par plusieurs procès.
En 1963, il est condamné par contumace à 2 ans de prison. En 1965, après l'assassinat de Mehdi Ben Barka, il vient en France où il vivra en exil durant 15 ans. Nouvelle condamnation lors du grand procès de Marrakech où le procureur requiert la peine de mort.
Gracié en 1980, il rentre au Maroc. En 1992, après la mort d'Abderrahim Bouabid, il devient premier secrétaire de l'USFP. Condamné à deux ans de prison par contumace en 1963, il quitte le Maroc en 1965 à la suite de la disparition de Ben Barka à Paris. Il restera en exil en France durant une quinzaine d'années. Entre temps, il sera condamné à la peine capitale en 1975.
Début des années 90, Abderrahmane Youssoufi rentre presque définitivement au Maroc. Il prend la direction de l'USFP en 1992 suite au décès de son Premier secrétaire de l'époque, Abderrahim Bouabid.
Auteur de "récits du Passé", dernière étape de sa carrière
La présentation en mars 2018 à Rabat de ses mémoires aura été sa dernière sortie médiatique. Dans son ouvrage intitulé "Récits du passé", il atteste l'implication des services secrets marocains, français et israéliens dans l'affaire liée à l'assassinat, en France, de l'opposant marocain, Mehdi Benbarka.
L'ancien Premier ministre a décidé, au crépuscule de sa vie (94 ans), de dire sa version des événements vécus par le Maroc le long de la deuxième moitié du siècle passé.
Dans son ouvrage: ''Alhadith fi ma jara'' (Récits du passé, en français), l'auteur a regretté que son pays "n'ait pas pu amorcer un virage démocratique pour plusieurs raisons". Parmi ces causes, l'"incapacité" de l'élite politique marocaine elle-même à opérer cette transformation. A cela s'ajoutent une "mauvaise gouvernance" et "une administration archaïque".
Ont été évoquées notamment, outre son enfance, les dessous de son retrait de la vie politique en 2003, des épisodes du mouvement national marocain, des premières heures de l'aube de l'indépendance, ses liens avec feu Mehdi Benbarka, son opposition au régime, sa prise de commandes de l'USFP et à sa pratique politique au sein du gouvernement de l'Alternance marocain.
Divisés en trois parties, les mémoires, rédigés par son compagnon de route Mbark Boudarqa, est une compilation en trois tomes d'éléments biographiques, d'entretiens et de discours de l'ancien opposant et chef du gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.