Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 07 - 2020

Un Fonds de financement des start-up sera mis en place "bientôt" dans le but d'aider les porteurs de projets innovants, a annoncé samedi à Khémis Miliana (Aïn Defla) le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l'économie de la connaissance et des Start up, Yacine El-Mehdi Walid.
"Dans le but d'aider les porteurs de projets innovants, notre département s'attelle à mettre en place un Fonds de financement des start-up dont le lancement est prévu pour bientôt", a fait savoir M. Walid en marge de sa visite à l'entreprise "S. Five Groupe" spécialisée dans le traitement des eaux utilisés, mais qui s'est lancée depuis l'avènement de la pandémie du Covid-19 dans la confection de machines fabriquant des masques de protection buccale ainsi que des équipements de stérilisation.
Il a dans ce sens précisé que ce fonds, régi par des mécanismes de financement "plus en adéquation avec les start-up", peut même s'adapter aux préceptes de la religion dans le domaine des pratiques financières (absence
d'intérêt).
Selon lui, le Fonds en question permettra d'assurer un financement à travers un crédit comme ce fut le cas dans le dispositif de l'ANSEJ, mais à travers l'entrée au capital de la société, "une procédure impliquant l'échange d'un apport contre les parts de cette société", a-t-il expliqué.
"J'estime que c'est la meilleure façon de financer les start-up, laquelle tranche avec la manière en vogue par le passé consistant à se limiter à l'octroi des crédits aux propriétaires des petites entreprises", a-t-il soutenu.
Evoquant les jeunes confrontés à l'écueil du foncier dans la concrétisation de leurs projets, il a observé que la loi de finances complémentaires (LFC 2020) comporte des facilités en matière d'acquisition de foncier.
"La LFC comporte des procédures permettant aux jeunes disposant de projets innovants de bénéficier d'assiettes foncières, le plus important étant que les projets en question assurent une valeur ajoutée à l'économie nationale", a-t-il tenu à préciser.
S'attardant sur la société "S.Five Groupe", il a noté que celle-ci a accompli un "travail extraordinaire" dans la mesure où elle a mis au point une machine fabriquant des bavettes en un laps de temps n'excédant pas les 25 jours.
Mais ce qui caractérise le plus cette société est le fait qu'elle se base sur le reverse engineering, un procédé consistant à maîtriser le fonctionnement d'une machine fabriquée à l'étranger en vue d'en réaliser une semblable en tous points de vue à l'échelle locale.
"Le plus important à retenir dans tout cela, c'est que les prix des équipements ou machines réalisés par ces sociétés sont concurrentiels par rapport à ceux importés par l'Algérie, n'excédant parfois pas le 10 % de la valeur de celles assurant la même fonction et qui sont produites à l'étranger", a-t-il détaillé.
Lire aussi: Startups: le financement participatif bientôt opérationnel
Pour lui, le fait que cette société soit implantée à Khémis Miliana conforte l'idée que le génie algérien n'est pas propre à la capitale mais concerne le pays dans son ensemble, affirmant que l'ère de l'importation d'équipements susceptibles d'être produits localement est "révolue".
Par ailleurs, il a estimé que la pandémie du Covid-19 a incité à la recherche de tendances et créneaux ayant trait l'économie numérique (applications, solutions intelligentes ) susceptibles d'intéresser les jeunes en quête d'innovation.
De son côté, le président de la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob), Abdelhakim Berrah, a fait part d'un travail mené depuis quelques années en vue de connaître les sociétés innovantes et productrices de valeur ajoutée, "en perspective de leur éventuel intégration à la bourse".
Au sujet de l'entreprise "S.Five Groupe", il a noté que son intégration à la bourse se prépare "depuis deux ans" eu égard au fait qu'elle "remplit tous les critères lui ouvrant droit à cette action", signalant que cette intégration lui permettra de développer ses activités et de les optimiser.
A la fin de sa visite, le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l'économie de la connaissance et des Start up a animé une rencontre à la salle de réunion de la wilaya avec les jeunes innovants et les gérants de start-up, débattant longuement de leurs préoccupations axées notamment sur le financement et à la commercialisation de leurs produits.
Tout en mettant l'accent sur le fait que le projet doit être "viable économiquement", il a réitéré la volonté de l'Etat à soutenir les jeunes détenteurs de projets innovants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.