Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    PSG: Mahrez ouvre la porte à Leonardo !    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelmadjid Merdaci portait Constantine dans son cœur et l'Algérie chevillée au corps
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 09 - 2020

La disparition jeudi à Alger du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci n'a pas manqué d'émouvoir et d'attrister de nombreuses personnalités et citoyens de la ville de Constantine dont il est l'un de ses fils valeureux, décédé des suites d'une longue maladie à l'âge de 75 ans.
De l'avis de ses amis et proches, "le défunt portait Constantine dans son cœur et l'Algérie chevillée au corps" avec un attachement profond qui transparaissait fortement à travers ses nombreux ouvrages et contributions sur l'histoire, la littérature, le théâtre, la musique, le cinéma et même le sport.
"C'est une grande perte pour la ville de Constantine et pour l'Algérie", confie à l'APS le Pr. Abdelhamid Aberkane, très affecté par la perte du défunt Abdelmadjid Merdaci qu'il considère comme "un frère, un homme vrai et entier, très engagé et courageux."
Emu par le décès de cet "homme d'une très grande culture", le Pr. Aberkane a loué les "qualités morales du défunt, une grande personnalité très respectée, un homme inlassable, très amoureux de la culture et de la musique, très généreux et d'une simplicité absolue."
Et d'ajouter : "Abdelmadjid était un patriote qui aimait sa ville et son pays et n'avait de cesse d'organiser des rencontres et de prendre des initiatives pour faire vivre la culture."
Très peiné par le décès de Abdelmadjid Merdaci, Mouloud Bensaid, homme de culture de Constantine et proche du défunt, décrit, pour sa part, "une illustre personnalité chérissant l'art et la culture dont il était insatiable, aspirant inlassablement à tout connaître du patrimoine culturel constantinois et national."
''Le défunt était très cultivé et n'avait de cesse de défendre la culture et la musique de la ville de Constantine ainsi que son histoire", souligne-t-il, tout en adressant "une pensée émue aux membres de sa famille, des enfants de la ville très respectés."
Lire aussi: Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Djerad présente ses condoléances
De son côté, Toufik Benzegouta, président de l'association des Amis de Constantine a mis l'accent, outre les qualités morales et culturelles du défunt unanimement reconnues par ses amis et proches, sur "le couple extrêmement et extraordinairement soudé et inséparable qu'il formait avec son épouse qui était toujours présente à ses côtés en toutes circonstances."
Pour rappel, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a adressé vendredi un message de condoléances à la famille de Abdelmadjid Merdaci, dans lequel il a salué les contributions de l'éminent professeur universitaire dans "l'enrichissement de la pensée et de l'histoire, priant Dieu Tout-Puissant de l'accueillir dans Son vaste paradis et d'assister les siens en cette épreuve."
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a également publié vendredi un message de condoléances sur son compte Facebook, dans lequel il exprime sa "grande tristesse" suite au décès du professeur et chercheur Abdelmadjid Merdaci.
Très proche du défunt, l'historien français, Benjamin Stora, a exprimé, de son côté, son "immense peine", rendant hommage, via un post facebook, à son "frère, ami et grand historien Abdelmadjid Merdaci."
Ecrivain, sociologue et historien, le défunt professeur Abdelmadjid Merdaci est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'Histoire de la ville de Constantine et la guerre de libération nationale, notamment "Le dictionnaire des musiques et les musiciens de Constantine", "La fonction présidentielle en Algérie", "GPRA, un mandat historique (19 septembre 1958-3 août 1962)", "Novembre 1954, de l'insurrection à la guerre d'indépendance" et "Constantine, citadelle des vertiges."
Abdelmadjid Merdaci est également l'auteur d'un ouvrage bibliographique, "Les clés retrouvées", paru en 2015, dans lequel il relate son enfance à Constantine.
Le défunt a été inhumé, aujourd'hui, dans l'après-midi à Constantine au cimetière central de la ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.