Le Président Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Le projet de révision constitutionnelle "soutient l'économie nationale et l'investisseur algérien"    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Le ministre hongrois des AE souhaite le renforcement des relations économiques bilatérales    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Foot/ Qualifications CAN-2021: programme des 3e et 4e journées    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    ZLECAf : Rezig prend part à la réunion préparatoire    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 09 - 2020

La France, durant la Guerre d'Algérie notamment entre 1956 et 1962, a ordonné à ses services secrets d'assassiner des citoyens français "pro-FLN" (Front de Libération nationale), relève le journaliste d'investigation Jacques Forollou dans une contribution au Journal français Le Monde de vendredi.
"Des documents lèvent le voile sur des projets d'élimination de Français, d'Européens et de dignitaires étrangers pendant la Guerre d'Algérie", précise le journaliste, citant essentiellement le livre "Les Tueurs de la République"(Plon), de Vincent Nouzille et des extraits du fonds d'archives personnelles de Jacques Foccart, "homme de confiance du général de Gaulle, chargé de suivre les services secrets et les affaires africaines".
Le journaliste rapporte ainsi qu'"au cœur de l'été 1958, dans le plus grand secret d'un pouvoir gaulliste tout juste revenu aux affaires grâce au putsch d'Alger du 13 mai, Jacques Foccart a coordonné, sous les ordres du général, un programme d'opérations clandestines sur fond de conflit algérien. Menaces, attentats, sabotages mais aussi des assassinats quifigurent parmi les moyens employés. Le service action du Sdece (service de documentation extérieure et de contre-espionnage, devenu DGSE) était chargé de mener ces missions. Constantin Melnik, conseiller du premier ministre chargé des affaires de renseignement de 1959 à 1962, chiffrait le nombre d'assassinats à 140 pour la seule année 1960, sans pour autant fournir de détails".
Il cite ainsi un document daté du 5 août 1958 et intitulé "Fiche concernant les objectifs Homo (terme technique qui désigne les assassinats), qui dresse la liste de neuf personnes à éliminer classées en trois catégories".
Il s'agit de la catégorie "Français pro-FLN" avec un nom, Jacques Favrel, un journaliste basé à Alger, celle des "trafiquants" qui comprend six noms (des vendeurs d'armes mais aussi des proches du FLN, dont un Autrichien, un Allemand et un "Français musulman algérien" appartenant à un réseau d'exfiltration de légionnaires déserteurs, et enfin, de la catégorie intitulée "Politique".
"Cette liste a reçu l'accord de l'amiral Cabanier. Ce dernier n'est autre que le chef d'état-major de la défense nationale attaché au général de Gaulle à la présidence du Conseil", indique cette source.
Lire aussi: Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime
Selon le journaliste, "à ce jour, la seule preuve documentaire existant sur les assassinats commandités par la France concernait seulement l'une des neuf personnes citées dans cette liste. Provenant déjà des archives personnelles de Jacques Foccart, et daté du 1er août 1958, ce document avait suivi le même processus – fiche sur la cible rédigée par le Sdece puis validation par le pouvoir. Il s'agissait de Wilhelm Schulz-Lesum, un sujet allemand dont l'action est très néfaste aux intérêts français en Algérie".
"L'autre document mis au jour dans le livre de Vincent Nouzille récapitule, sous forme de tableau, l'ensemble des opérations réalisées depuis le 1er janvier 1956, assassinats, sabotages ou attentats, en indiquant le but à atteindre, le lieu, les moyens utilisés et le résultat. Sur les trente-huit opérations détaillées, dix-sept ont été réussies, dix-sept ont été annulées, notamment sur +ordre supérieur+ ou pour +sécurité douteuse+ et quatre sont qualifiées d'échecs. Non daté, ce résumé, commandé, sans doute à l'été 1958, au Sdece par Jacques Foccart afin d'avoir une vue exhaustive sur l'activité du service action, s'arrête en mars 1958. Mais neuf opérations sont mentionnées comme étant en +préparation+", note le journaliste d'investigation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.