Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 09 - 2020

Un nouveau Forum "Tous unis contre la rage", a été crée à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage, par les institutions mondiales responsables de la santé humaine, de la santé animale et de l'alimentation et de l'agriculture, afin de "progresser plus vite" pour éliminer les décès dus à la rage transmise par les chiens d'ici à 2030.
Initié par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), le Forum, réunira des partenaires d'institutions gouvernementales, des secteurs de la santé humaine et de la santé animale, du secteur privé, de la société civile ainsi que de la recherche et des milieux universitaires, selon le site officiel de l'OMS.
Il vise à déterminer plus précisément quels sont les travaux à mener dans les domaines des politiques et de la recherche et à améliorer la coordination (y compris la mobilisation des ressources) et l'échange d'informations entre les partenaires.
"Nous ne pouvons éliminer la rage humaine qu'en luttant mieux contre la rage canine et en améliorant sensiblement l'accès au traitement et aux soins, en particulier dans les catégories pauvres et marginalisées de la population qui souffrent le plus de cette horrible maladie", a déclaré le Directeur général de l'OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Le Directeur général de la FAO, Dr Qu Dongyu, a de son côté plaidé pour la collaboration suivant le principe "Un monde, une santé", et la coopération régionale, notamment, "afin d'améliorer les systèmes de santé et la surveillance pour les animaux".
Lire aussi: Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie
Pour sa part, la Directrice générale de l'OIE, Dr Monique Eloit, a souligné la nécessité de collaborer pour lutter contre la rage, estimant que "c'est une maladie que nous pouvons vaincre, mais plusieurs solutions sont possibles".
La responsable, a appelé à une collaborer dans les secteurs de la santé humaine et de la santé animale et avec les communautés touchées.
"Ainsi, nous pourrons éliminer la maladie tout en bâtissant des systèmes plus solides pour détecter et combattre d'autres maladies", a-t-elle ajouté.
Jusqu'à 99 % des cas de rage humaine sont dus à des morsures de chiens, et la lutte contre la rage est considérée comme un "modèle" pour améliorer la lutte contre les zoonoses de façon plus générale.
Les chiens sont principalement à l'origine des cas mortels de rage humaine et représentent jusqu'à 99% des cas de transmission à l'homme. L'infection tue des dizaines de milliers de personnes chaque année, principalement en Asie et en Afrique, selon l'OMS.
Les enfants de moins de 15 ans représentent 40% des personnes mordues par un animal pour lequel il existe une suspicion de rage.
Célébrée chaque 28 septembre, la Journée mondiale contre la rage, a été célébrée cette année, sous le signe de "la vaccination et la collaboration".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.