Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 11 - 2020

L'ONG Amnesty international a appelé l'ONU et le Conseil de sécurité à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme dans les territoires sahraouis occupés dans le but de rendre compte des violations marocaines.
"Au cours de la dernière décennie, le Conseil de sécurité des Nations Unies a ignoré les appels d'Amnesty International et d'autres à inclure une composante droits humains à la MINURSO, ce qui permettrait de surveiller et de rendre compte des violations des droits humains, comme le font la grande majorité des missions comparables de l'ONU autour du monde", a déploré l'ONG, dans un article publié lundi sur son site.
"Cela doit changer", a lancé l'ONG, notamment, avec ce qui semble être "une nouvelle phase" du conflit du Sahara occidental, avec une reprise des combats "mettant en danger les civils et une répression intensifiée".
"Aujourd'hui plus que jamais, une surveillance et des rapports impartiaux et indépendants des Nations Unies sur les droits de l'Homme au Sahara Occidental sont désespérément nécessaires", a insisté l'organisation.
L'urgence de mettre en place un tel mécanisme s'explique, selon Amnesty International, par le fait que l'accès aux territoires sahraouis occupés est devenu ces dernières années "de plus en plus difficile" pour les observateurs internationaux, car "la situation des droits de l'Homme a continué de se détériorer".
"En 2020, les autorités marocaines ont empêché au moins neuf avocats, militants et politiciens d'accéder au Sahara occidental. Les journalistes se sont également vu refuser l'accès", a relevé l'ONG, indiquant que "les journalistes se sont également vu refuser l'accès".
Lire aussi: La communauté internationale doit "décoloniser le Sahara occidental" pour "garantir la stabilité" dans la région
Evoquant l'agression marocaine, du 13 novembre dernier contre des civils sahraouis dans la zone tampon d'El-Guerguerat au Sud-ouest du Sahara occidental, l'ONG de défense des droits de l'Homme, a indiqué que les affrontements entre le Maroc et le Front Polisario s'intensifient, et les militants sahraouis des droits humains et les partisans de l'autodétermination "subissent une pression accrue" des autorités d'occupation.
"Les organisations locales de surveillance de la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental ont également signalé qu'au moins quatre Sahraouis avaient été arrêtés à Laâyoune dont une jeune fille de 12 ans arrêtée le 19 novembre", a dénoncé l'ONG.
Selon ces organisations locales, ajoute Amnesty, "l'opération militaire marocaine a été suivie d'une répression des militants sahraouis par la police marocaine, comprenant des descentes contre des maisons, une surveillance accrue et des arrestations".
"Entre le 13 et le 21 novembre, la police marocaine a encerclé et surveillé de près les maisons de plusieurs militants et journalistes sahraouis, notamment dans les villes de Laâyoune et Boudjedour. Parmi les personnes ciblées figurent les militants Mahfouda Lefkire, Nazha El-Khalidi et Ahmed Ettandji", a dénoncé l'ONG.
Inscrit depuis 1966 à la liste des territoires non autonomes, et donc éligible à l'application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.