Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soltana Kheya: l'occupant marocain mène une répression féroce et aveugle contre les Sahraouis
Publié dans Algérie Presse Service le 13 - 02 - 2021

L'occupant marocain impose, depuis 90 jours, des centaines de formes d'interdits et d'interdictions aux Sahraouis résidant dans les territoires du Sahara occidental occupé, et la répression dont ils sont victimes est devenue plus féroce et plus aveugle que jamais, a dénoncé la militante sahraouie, Soltana Kheya.
Dans un entretien avec le journal électronique "La Patrie News", Soltana Kheya, a souligné vendredi, que cette situation dans les territoires occupés qu'elle qualifie d"enfer", a commencé à la suite de la rupture unilatérale par l'armée d'occupation marocaine du cessez-le-feu en date du 13 novembre passé.
"Les civils sahraouis vivant dans les territoires occupés, dont moi-même, avons été pris dans un engrenage de violence et de répression pour nous intimider et tenter de nous faire taire. C'est devenu une politique systématiquement suivie et appliquée par l'occupant marocain", a-t-elle accusé, affirmant être "victime d'un siège total et absolu depuis son retour d'Espagne".
Depuis le 19 novembre donc, elle est sous résidence surveillée. "La répression dont nous sommes tous victimes est devenue plus féroce et plus aveugle que jamais", a-t-elle signalé.
Elle se plaint que cela fait 84 longs et interminables jours qu'elle vit, avec sa petite famille sous résidence surveillée. "Nous ressentons comme de la braise brûlante cette intenable situation. Personne n'a plus le droit de nous rendre visite, de nous voir, ni même de nous parler", a-t-elle ajouté, indiquant que "(...) Les domiciles des Sahraouis, sont investis, fouillés, mis à sac et même pillés".
"Nous sommes frappés par des centaines de formes d'interdits et d'interdictions. Même le fait de se tenir près de sa maison, ou de s'adresser à un voisin, devient un délit, ou carrément un crime", a témoigné Mme Kheya qui a tenté, le 7 février dernier, de briser le siège dont elle est victime.
Les Sahraouis plus que jamais déterminés et engagés
D'après la militante, "l'occupant marocain veut qu'on serve d'exemple, pour éloigner tout le monde du chemin difficile du militantisme (pour l'autodétermination)". Mais, pour elle, "c'est l'exact contraire qui est obtenu à travers ces intimidations et cette féroce répression. Nous en sortons plus déterminés, plus aguerris et plus engagés que jamais. Ces 84 jours d'embargo sont pour nous tous une prison à ciel ouvert."
Lire aussi: Agression marocaine brutale contre la militante sahraouie Soltana Kheya et sa soeur Elwaara
La fille-courage, sait que le combat des Sahraouis risque de perdurer encore dans le temps. "L'occupant marocain, avec ses armes, sa torture, sa répression et ses prisons, ne nous fait pas du tout peur. Nous nous attendons à tout, absolument tout, de la part de l'occupant marocain. Désormais, nous avons vaincu, et résolument surmonté notre peur", a-t-elle assuré confiante de l'avenir bien que "tous les militants sont systématiquement placés sous surveillance. Dakhla, Laâyoune, Boujdour et toutes les villes occupées sahraouies ont été transformées en casernes", a-t-elle déclaré.
Par ailleurs, elle a fait savoir que "des brouilleurs très performants et très puissants sont installés à proximité des domiciles des militants les plus connus et les pus actifs.
"Nous ne pouvons même pas regarder la télévision normalement, et suivre les succès et la progression de l'ALPS (armée populaire de libération du Sahara Occidental). Chez nous, la connexion Internet est fortement perturbée et très souvent mise en panne volontairement. Même le téléphone ne fonctionne que sporadiquement", a-t-elle encore dénoncé.
En effet, l'occupant marocain "empêche les militants par tous les moyens de communiquer, de témoigner et de diffuser les horribles images dont ils sont systématiquement victimes", a-t-elle constaté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.