Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Juventus : Pirlo ira au terme de la saison    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Sadiq Khan réélu à la tête de la mairie de Londres    Vives condamnations dans le monde    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Les marches soumises à autorisation    La siesta    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    Ça chauffe en tête    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    L'éviction de listes charme l'opinion    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La communauté internationale appelée à intervenir pour mettre un terme à la répression marocaine
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 02 - 2021

Des voix se sont élevées ces derniers jours appelant la communauté internationale à intervenir au Sahara occidental occupé afin de mettre un terme aux actes de répression commis par les autorités marocaines contre les militants sahraouis depuis la reprise du conflit armée en novembre dernier.
Le Front Polisario, le seul représentant légitime du peuple sahraoui, a appelé samedi l'Espagne à "intervenir rapidement pour imposer à l'occupant marocain de mettre un terme aux actes de violences qu'il commet" contre les civils sahraouis". L'Espagne est la puissance administrante du Sahara occidental d'où l'appel lancé par le Front Polisario.
De son côté, la Commission sahraouie des droits de l'Homme (CONASDH) a appelé dimanche les institutions internationales, l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE), le Parlement européen et les institutions de l'ONU à faire pression sur le régime marocain pour "l'arrêt de ses agressions contre les civils sahraouis, la libération de tous les détenus politiques sahraouis et l'autorisation de missions d'enquête internationales".
Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a également été interpellé sur la protection des civils sahraouis sous occupation et l'envoie d'une mission pour constater sur le terrain les violations du droit international humanitaire.
Dans un communiqué, l'instance sahraouie contre l'occupation marocaine (ISACOM) a appelé "à s'unir pour soutenir les familles des prisonniers civils, en particulier à la lumière de ces circonstances difficiles après que les autorités d'occupation ont intensifié leurs attaques systématiques contre les civils sahraouis non armés, coïncidant avec la violation par l'occupant de l'accord de cessez-le-feu le 13 novembre dernier (à El-Guerguerat), et face au silence des Nations unies et de la Croix-Rouge internationale pour tous ces crimes".
Par ailleurs, la fondation des droits humains, Nushatta, a affirmé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux que les forces d'occupation marocaines ont lancé une "féroce campagne de répression" contre les militants sahraouis dans les territoires occupés du Sahara occidental depuis la reprise du conflit armé suite à la violation du cessez-le-feu par le Maroc, le 13 novembre dernier.
Des policiers de d'occupation marocaine et des membres de ses appareils répressifs ont brutalement agressé la militante sahraouie Soltana Khaya et sa sœur Elwaara Kheya à leur domicile dans la ville sahraouie occupée de Boujdour, selon l'agence sahraouie SPS.
Des sources dans la ville occupée, citées par SPS, rapportent que "les agents marocains Hakim Amern et son adjoint, Mohamed Madi, ont brutalement frappé la militante pour ses manifestations pacifiques et son rejet de l'occupation marocaine au Sahara occidental".
Selon la militante sahraouie, Soltana Kheya, l'occupant marocain "impose, depuis 90 jours, des centaines de formes d'interdictions aux Sahraouis résidant dans les territoires du Sahara occidental occupé, et la répression dont (ces derniers) sont victimes est devenue plus féroce et plus aveugle que jamais".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.