JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Industrie pharmaceutique: 320 médicaments locaux commercialisés en 2020
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 02 - 2021

Au total, 320 médicaments locaux en attente d'enregistrement depuis plusieurs années au niveau de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) ont été commercialisés en 2020, à la faveur des instructions du ministère de l'Industrie pharmaceutique de simplifier les demandes d'enregistrement des médicaments, a indiqué ce département ministériel dans un bilan des réalisations du secteur au titre de l'exercice 2020.
Cette mesure a permis la commercialisation de 320 médicaments locaux, en attente d'enregistrement depuis plusieurs années, à la faveur des instructions données par le ministère de l'Industrie pharmaceutique à l'ANPP pour parachever l'enregistrement des médicaments via la validation automatique des prix proposés par les entreprises pharmaceutiques, indique-t-on de même source.
En 2020, les mesures de signature des quittances de paiement des droits d'enregistrement ont été simplifiées, ce qui a permis d'amener le délai de délivrance de ces documents à 48 h au lieu de 12 à 18 mois précédemment.
Dans le cadre de la numérisation, une collaboration est établie avec l'Institut national de l'informatique (INI) pour la numérisation des mesures de délivrance des programmes d'importation et mesures d'enregistrement et de validation outre le suivi et le contrôle des stocks de médicaments.
Par ailleurs, le ministère a rappelé que son plan d'action reposait sur 8 axes que sont la révision de la législation actuelle, la mise en place d'un cadre organisationnel général approprié et la formulation d'une organisation à même de permettre à l'ANPP de réguler les activités des entreprises pharmaceutiques, de développer l'industrie pharmaceutique, de réguler le marché, de relancer la veille stratégique, outre la simplification administrative et la numérisation.
Sur le plan organisationnel, six (06) directions ministérielles ont été créées, dont quatre (04) directions techniques: la direction de la production, du développement industriel et de la promotion de l'exportation et de la recherche, la direction des activités pharmaceutiques et de la régulation, la direction des systèmes d'information et de la documentation ainsi que la direction de la veille stratégique.
Un nouveau cadre réglementaire a également été mis au point pour la mise en place effective des comités d'enregistrement et de certification, ainsi que du comité économique intersectoriel des médicaments afin de lui permettre de mener à bien ses tâches et de rattraper le retard constaté.
Par ailleurs, le bilan du ministère fait état de l'élaboration d'un projet de décret exécutif relatif aux établissements pharmaceutiques.
Lire aussi: Insuline: un projet de partenariat entre Saïdal et Novo Nordisk en préparation
Le texte permettra de vérifier la territorialité de la responsabilité pharmaceutique, en vue de garantir la disponibilité et la qualité des produits pharmaceutiques et définir les cinq types d'établissements pharmaceutiques et les cahiers de charges y afférents (fabrication - import - export - distribution - exploitation).
S'agissant de la régulation du marché national, un système de contrôle "strict" a été mis en place pour les opérations d'importation de produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux, en présentant, obligatoirement, "une attestation de régulation" lors de la pré-domiciliation bancaire destiné à l'importation des produits délivrée par les services du ministère, en ce sens que 5.849 attestations ont été remises jusqu'à fin 2020.
Dans le cadre de la veille stratégique sur la disponibilité, un comité organisé sous forme d'un observatoire a été mis en place, lequel regroupe tous les acteurs en matière de production et de commercialisation des médicaments, afin d'assurer la stabilité et le suivi du marché et d'anticiper les perturbations qui peuvent surgir.
Il a été également question de mettre au point une nouvelle politique pour fixer les prix des médicaments soumis à l'enregistrement sur la base d'une étude économique et pharmaceutique, à l'effet d'évaluer le taux d'intégration, en prenant en ligne de compte le coût des intrants importés, "ce qui permettra de définir les priorités d'enregistrement pour la production locale".
Cette mesure a permis la commercialisation de 320 médicaments locaux, en attente d'enregistrement depuis plusieurs années, à la faveur des instructions données par le ministère de l'Industrie pharmaceutique à l'ANPP pour parachever l'enregistrement des médicaments via la validation automatique des prix proposés par les entreprises pharmaceutiques, indique-t-on de même source.
En 2020, les mesures de signature des quittances de paiement des droits d'enregistrement ont été simplifiées, ce qui a permis d'amener le délai de délivrance de ces documents à 48 h au lieu de 12 à 18 mois précédemment.
Dans le cadre de la numérisation, une collaboration est établie avec l'Institut national de l'informatique (INI) pour la numérisation des mesures de délivrance des programmes d'importation et mesures d'enregistrement et de validation outre le suivi et le contrôle des stocks de médicaments.
Par ailleurs, le ministère a rappelé que son plan d'action reposait sur 8 axes que sont la révision de la législation actuelle, la mise en place d'un cadre organisationnel général approprié et la formulation d'une organisation à même de permettre à l'ANPP de réguler les activités des entreprises pharmaceutiques, de développer l'industrie pharmaceutique, de réguler le marché, de relancer la veille stratégique, outre la simplification administrative et la numérisation.
Sur le plan organisationnel, six (06) directions ministérielles ont été créées, dont quatre (04) directions techniques: la direction de la production, du développement industriel et de la promotion de l'exportation et de la recherche, la direction des activités pharmaceutiques et de la régulation, la direction des systèmes d'information et de la documentation ainsi que la direction de la veille stratégique.
Un nouveau cadre réglementaire a également été mis au point pour la mise en place effective des comités d'enregistrement et de certification, ainsi que du comité économique intersectoriel des médicaments afin de lui permettre de mener à bien ses tâches et de rattraper le retard constaté.
Par ailleurs, le bilan du ministère fait état de l'élaboration d'un projet de décret exécutif relatif aux établissements pharmaceutiques.
Lire aussi: Insuline: un projet de partenariat entre Saïdal et Novo Nordisk en préparation
Le texte permettra de vérifier la territorialité de la responsabilité pharmaceutique, en vue de garantir la disponibilité et la qualité des produits pharmaceutiques et définir les cinq types d'établissements pharmaceutiques et les cahiers de charges y afférents (fabrication - import - export - distribution - exploitation).
S'agissant de la régulation du marché national, un système de contrôle "strict" a été mis en place pour les opérations d'importation de produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux, en présentant, obligatoirement, "une attestation de régulation" lors de la pré-domiciliation bancaire destiné à l'importation des produits délivrée par les services du ministère, en ce sens que 5.849 attestations ont été remises jusqu'à fin 2020.
Dans le cadre de la veille stratégique sur la disponibilité, un comité organisé sous forme d'un observatoire a été mis en place, lequel regroupe tous les acteurs en matière de production et de commercialisation des médicaments, afin d'assurer la stabilité et le suivi du marché et d'anticiper les perturbations qui peuvent surgir.
Il a été également question de mettre au point une nouvelle politique pour fixer les prix des médicaments soumis à l'enregistrement sur la base d'une étude économique et pharmaceutique, à l'effet d'évaluer le taux d'intégration, en prenant en ligne de compte le coût des intrants importés, "ce qui permettra de définir les priorités d'enregistrement pour la production locale".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.