Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Sénégal et le Soudan souhaitent s'engager aux côtés du G5 Sahel
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 02 - 2021

Le Soudan et le Sénégal veulent s'impliquer davantage aux côtés du groupe des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) qui luttent contre les groupes terroristes dans la région du Sahel.
Le Sénégal vient de débloquer 1 milliard de francs CFA (1.8 million de dollars ) pour soutenir les opérations du G5 Sahel, selon l'annonce faite mercredi dernier la présidence sénégalaise. Ce pays, aujourd'hui, deuxième pourvoyeur de troupes à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA), avec un effectif de 1305 soldats, veut aller encore plus loin dans sa coopération avec le G5 Sahel.
Selon certains observateurs, l'implantation récente au Sénégal du groupe terroriste "GSIM" qui opère traditionnellement au Mali, au Niger, et au Burkina Faso "explique la volonté de Dakar de s'engager davantage aux côtés des membres du G5".
De son côté, le Soudan a exprimé dernièrement le souhait de devenir membre du G5 Sahel ou, à tout le moins, en devenir membre observateur. Dans une récente déclaration officielle, le Soudan estime, en effet, être "confronté aux mêmes défis" que ses voisins. Il assure partager avec eux les mêmes priorités "liées au terrorisme, au crime organisé, à l'immigration clandestine et à la pauvreté".
Plus concrètement, la menace d'une arrivée en masse de groupes terroristes dans la région du Darfour, dans l'ouest du Soudan, région frontalière du Tchad, inquiète le gouvernement soudanais, qui souhaite faire barrage notamment aux groupes terroristes "Boko Haram" et "Daech".
Lors de la 7ème session ordinaire de la conférence des chefs d'Etat des pays du G5 Sahel, organisée les 15 et 16 février, à N'Djamena, les participants ont évoqué l'importance de l'implication de la communauté internationale et la nécessaire augmentation des financements destinés aux opérations engagées sur le terrain.
La question du renforcement des troupes a été également évoquée lors de cette réunion. Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamet, a assuré que "l'un des défis majeurs dans cette lutte contre le terrorisme est la mobilisation de troupes plus étoffées face à l'intransigeance de ces déstabilisateurs".
La multiplication des bavures de l'armée française, notamment au Mali et les difficultés rencontrées sur le terrain en plus de la colère grandissante dans la région du Sahel contre la présence française ont compliqué davantage une situation déjà difficile pour la France.
L'été dernier, une force européenne baptisée Takuba, forte de 600 soldats, a été mise sur pied pour venir en aide à la France qui souhaite également une plus grande implication de la part des Etats-Unis qui assurent depuis quelques années, un soutien techniques aux militaires français dans la région.
Le président français, Emmanuel Macron qui participait à cette rencontre en visioconférence a annoncé que la France n'avait pas l'intention de réduire ses effectifs militaires déployés au Sahel. Les militaires français mobilisés dans la région dans le cadre de l'opération Barkhane sont au nombre de 5100.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.