Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PCF: la France "œuvre pour pérenniser" l'occupation marocaine au Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 02 - 2021

Le professeur des universités, responsable-adjoint du secteur international du Parti communiste Français (PCF), Pascal Torre, a déclaré, mercredi, que la France "œuvre quotidiennement" pour pérenniser l'occupation marocaine au Sahara occidental.
Intervenant lors d'une vidéo-conférence, organisée à Genève dans le cadre des festivités pour célébrer le 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), sur le blocage de l'exercice du peuple sahraoui de son droit à l'autodétermination, M. Torre, a affirmé que la France mène des actions quotidiennement au niveau diplomatique "pour rendre irréversible" l'occupation marocaine du Sahara occidental.
Le responsable du PCF, explique qu'"en raison des relations économiques, l'alliance stratégique régionale, mais aussi de réseaux de connivence très fort qui unissent les sphères dirigeantes des deux pays, Paris s'affirme comme un soutien inconditionnel de la monarchie".
Pour lui, il est, évidement, de notoriété publique, que "l'invasion du Sahara occidental, s'est réalisé avec l'aval et l'appui des dirigeants français de l'époque, et depuis, Paris fait obstacle à toutes les résolutions de l'ONU jusqu'à proclamer, il y a quelques années, qu'elle utilisera son droit de véto au sein du Conseil de sécurité pour tout ce qui concerne la préservation des intérêts politiques de Rabat".
"Bloquer l'extension du mandat de la Minurso à la surveillance des droits humains au Sahara occidental, était aussi l'œuvre de la France", ajoute-t-il. "Les prisonniers Sahraouis paient le lourd tribut. Mes pensées vont à Naama Asfari", a-t-il dénoncé, soulignant que "cette politique déplorable entravant la mission de l'ONU et son émissaire Horst Kohler a contribué à son échec et à la démission anticipé de ce dernier".
Par ailleurs, soutient-il, "Paris laisse les violences politiques du roi du Maroc sur ses propres territoires. Il n y a pas une initiative de solidarité avec le peuple sahraoui contre laquelle le Maroc n'est pas intervenu pour la saboter".
Aussi, affirme-t-il, "les derniers jours, les quotidiens français ont été assaillis de pression pour avoir publié des articles qui ont protesté contre l'annonce de Trump sur la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Sur ce point particulier, la France n'a émis aucune condamnation de la déclaration de Trump et son silence est lourd de menace", a-t-il jugé.
Dans le même registre du soutien apporté par la France au régime marocain, "la France encourage la prédation coloniale, elle encourage un certain nombre d'investissements d'entreprise", a-t-il dénoncé. Il dit songer notamment à une association qui promeut les activités sportives et qui a investi dans les territoires occupés.
"Paris a joué surtout un rôle déterminant dans l'extension des tarifs douaniers préférentiels aux territoires occupés du Sahara occidental", selon l'intervenant, qui qualifie cela d'"un véritable coup de force de l'Union européenne qui contredit les décisions de la cour européenne de justice et qui traduit la volonté d'entériner l'occupation et de piller les ressources naturelles".
Enfin, il considère que "ce parti pris de la France et lourd de menace", car, pour lui, "il nourrit les dangers sécuritaires. La région connait des tensions et des défis comme le trafic des êtres humains, la drogue et le terrorisme et les exemples abondent et qui témoignent du jeu pour le moins trouble de Rabat dans tous ces domaines et plus particulièrement sur la question migratoire". "Comment la France qui proclame mener la lutte contre le terrorisme et le trafic, peut-elle soutenir inconditionnellement le Maroc qui est impliqué dans différents trafics", s'est-il interrogé par ailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.