Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : il est temps pour les USA de montrer leur volonté de défendre les droits humains
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 02 - 2021

Le professeur et expert international en géopolitique, Yahia Zoubir, a déclaré, jeudi, que la situation au Sahara occidental occupé constitue l'occasion opportune pour les Etats-Unis de montrer leur volonté de remettre sur la table leur politique basée sur la défense des droits de l'Homme.
S'exprimant lors d'une vidéoconférence à l'occasion de la célébration, le 27 février, du 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), M. Zoubir a estimé que la situation au Sahara occidental dans ce contexte de guerre, constitue une occasion opportune pour les Etats-Unis de "montrer leur volonté de remettre sur la table leur politique qui défend les droits humains. C'est le moment de le faire".
Au cours de cette vidéoconférence organisée par le Comité suisse de soutien avec le peuple sahraoui en collaboration avec le Front Polisario, le professeur a expliqué que la reprise des hostilités au Sahara occidental est en partie le résultat du "silence de la communauté internationale qui ferme les yeux et de certains pays responsables de cette situation notamment l'Espagne qui n'a pas joué son rôle d'ancienne puissance coloniale du Sahara occidental".
Il évoque également "la responsabilité d'autres Etats impliqués au sein du Conseil de sécurité de l'ONU qui, au nom de certains intérêts économiques ou autres, continuent justement à soutenir cette occupation illégale".
Par conséquent, il a jugé que la reprise des armes était" nécessaire" parce que, il voyait, depuis longtemps déjà que "le processus de règlement était un processus de geler le conflit". "Je disais dans mes écrits que je ne faisais pas confiance au Maroc et que le Royaume n'avait aucune intention de permettre la tenue d'un référendum d'autodétermination libre, équitable et transparent au Sahara occidental". La reprise des armes était donc inévitable a-t-il soutenu. "Même si on est pacifiste elle est la bienvenue", a-t-il dit. "Parce que je crois s'il n'y a une volonté réelle de la communauté internationale, notamment le Conseil de sécurité le SG de l'ONU, de créer un cadre réel qui soit propice à de véritables négociations", a-t-il ajouté.
Aussi, "le Front Polisario ne doit pas cesser la lutte armée et ne négociera s'il y a vraiment du nouveau sur la table avec des garanties réelles de la part des Nations unies. Les Sahraouis ont perdu, à juste titre, la confiance en les Nations Unies. On parle précisément du Conseil de sécurité et des membres qui soutiennent le Maroc de manière assez inconditionnelle", a-t-il précisé.
En outre, l'intervenant préconise aux Sahraouis d'écrire des lettres et faire la politique dite "name and shame", c'est-à-dire, dénoncer les violations du Droit international et du Droit humain commises par l'occupant marocain. A ce sujet, il a dénoncé les images abominables qui circulent ces derniers temps sur les réseaux sociaux montrant des femmes sahraouies violentées par la police marocaine. Il souligne à cet égard, la nécessité de continuer cette campagne de sensibilisation. "Cela est nécessaire pour sensibiliser la communauté internationale. Leur dire que les Sahraouis ne seront jamais Marocains. Le peuple sahraoui est un peuple unique, un peuple noble qui lutte pour ses droits parce que on lui a volé sa terre", s'est-il exprimé.
D'après lui, "la lutte doit se faire à deux niveaux, d'abord la résistance armée, parce qu'elle est légitime. Personne ne peut contester cette réalité. Vient en second lieu le travail au niveau diplomatique". M. Yahia, propose à ce titre, aux Sahraouis de "travailler avec les pays neutres soucieux notamment de la réputation de leur propres entreprises qui exploitent de manière illégitime les ressources halieutiques ou le phosphate au dépens de la population sahraouie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.