Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Notre bataille au niveau de la justice européenne a changé le cours du conflit
Publié dans Le Maghreb le 18 - 12 - 2018

Le représentant du Front Polisario en France, Oubbi Bouchraya Bachir a affirmé que la bataille juridique menée par le Front au niveau de la Justice européenne, a changé le cours du conflit au Sahara occidental, notamment après les résultats positifs obtenus au cours des deux dernières années, à travers les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui ont reconnu que le Maroc et le Sahara Occidental sont deux pays distincts et que le Maroc ne dispose d'aucune souveraineté sur le territoire et ses ressources naturelles.

Intervenant lors des travaux de la 2e édition de l'Université sahraouie d'hiver, dans une banlieue de Les Mureaux, le diplomate sahraoui a précisé que les facteurs et les paris sur lesquels le régime d'occupation marocain misaient, en refusant de retourner à la table des négociations, se sont brisés devant la détermination de la communauté internationale et du Conseil de sécurité à relancer le processus politique au Sahara Occidental, plus précisément après les évènements d'El Guerguerat, qui ont montré au monde la fragilité de l'Accord de paix conclu entre le Front Polisario et le Maroc en 1991.
Le responsable sahraoui a estimé, d'autre part, que la disposition affichée par le peuple sahraoui, tout au long des étapes de sa lutte pour la liberté et l'indépendance, ainsi que sa détermination légendaire, ont joué un grand rôle dans l'évolution de sa cause nationale, notamment au niveau des Nations unies (ONU), en témoignent, a-t-il dit, "les dernières discussions de Genève et les démarches entreprises par l'organisation onusienne en faveur d'une solution définitive et pacifique, à même d'assurer au peuple sahraoui son droit irrévocable à l'autodétermination".
M. Oubbi Bouchraya a réitéré dans son intervention, le "refus catégorique du peuple sahraoui et son représentant légitime et unique, qui est le Front Populaire pour la libération de Sakia Al-Hamra et Oued Eddahab, de toute solution qui n'assure pas au peuple sahraoui d'exprimer sa volonté et son autodétermination, librement et démocratiquement, par voie d'un référendum d'autodétermination, conformément à la Charte universelle des droits de l'Homme et aux principes et objectifs de l'instance onusienne".

Spoliation continue des ressources naturelles sahraouies par le Maroc
S'exprimant à cette occasion (deuxième édition de l'université d'hiver en France), le président du centre sahraoui du pétrole et des mines, Zoubir Ghali a relevé des chiffres effarants sur les opérations de pillage systématique des richesses sahraouies par le Maroc et ses complices. Il a, également, fait état du volume important des recettes des ressources naturelles sahraouies exploitées par le système colonial marocain illégalement, avec la complicité de certains pays et grandes multinationales notamment européennes, et ce en "la flagrante violation du droit international et des derniers arrêts de la CJUE". Plus précis, M. Ghali a fait état de 143 millions USD de recettes de phosphate dilapidées en 2017, 368 millions d'euros de maritimes et 360 millions USD d'acier. Il a cité, également, les grosses quantités d'uranium, d'or, de fer, de marbre, de sel, de sable, d'énergies renouvelables et de produits agricoles. Après avoir exposé une série de statistiques et d'études réalisées au sujet du Sahara Occidental et ses grandes richesses naturelles, le responsable sahraoui a rappelé l'étude menée par le fonds monétaire international (FMI) en 1974, qui ferait du Sahara Occidental le pays le plus riche au monde, compte tenu des richesses naturelles que recèle cette région en comparaison avec le taux de population qui y réside. "Les chiffres et statistiques relatives aux recettes des ressources naturelles exploitées illégalement par l'occupant marocain, confirment sans doute, que ses allégations de développer le Sahara occidental sont infondées, du moment que ces recettes sont orientées vers le renforcement de l'armée marocaine permettant une meilleure domination des territoires occupés et la répression des sahraouis civils démunis", a affirmé l'expert sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.