Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Touchée par des particules radioactives de sable, la France rattrapée par ses essais nucléaires en Algérie
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 02 - 2021

La France a été rattrapée par les essais nucléaires qu'elle a effectués en Algérie dans les années 1960, après avoir été touchée récemment par le sable du Sahara algérien, contenant des particules radioactives portées par des vents, selon un spécialiste français de la radioprotection.
En effet, le ciel au-dessus de la France était sombre et orangé en raison du sable du Sahara, charrié par les vents et contenant du césium-137, qui est un composant radioactif, a expliqué un spécialiste de la radioprotection à l'Université de Caen, Pierre Barbey, cité par plusieurs médias français.
"Les données qu'on a publiées sont sans ambiguïté : on a découvert du césium 137 (qui) remonte au début des années 60, quand la France avait effectué ces essais nucléaires atmosphériques dans le Sahara (algérien)", a indiqué M. Barbey suite à la découverte de ces particules radioactives dans le sable du Sahara déposé sur une partie du territoire français.
"L'origine de ces particules est clairement établie. Le césium est un produit de fission dominant à travers les essais nucléaires. C'est une substance radioactive qui émet des rayonnements pénétrants, des rayonnements gamma. Il n'existe pas à l'état naturel", a-t-il expliqué, ajoutant que "c'est une pollution radioactive bien réelle et parfaitement indiscutable".
L'avis du spécialiste français rejoint en fait le constat déjà établi par le président de la Société algérienne d'oncologie, Pr. Kamel Bouzid qui avait déjà révélé que les essais nucléaires français ont provoqué pour certains des fuites radioactives ayant atteint, à l'époque, la Tanzanie (Afrique de l'Est) et la Côte-d'Ivoire (Afrique de l'Ouest), provoquant la mort de plusieurs habitants de ces régions ainsi que de soldats français.
Pr Bouzid, qui est également chef de service du cancer du sein au Centre Pierre et Marie-Curie d'Alger (CPMC), avait précisé que "les effets radioactifs engendrés continuent et continueront encore de causer des cancers, des handicaps et la stérilité", exigeant à cet effet que "la France nettoie ces sites comme l'avait fait la Russie à Tchernobyl en 1986 et le Japon à Fukushima en 2011".
Pour rappel, le 13 février 1960, la France faisait exploser sa première bombe atomique, opération baptisée "Gerboise bleue", dans le ciel de Reggane, au Sahara, causant un désastre écologique et humain qui continue de générer des maladies dont des cancers radio-induits.
Le premier essai effectué à Reggane, avec une puissance variant entre 60 000 et 70 000 tonnes de TNT explosif, équivaut à une bombe cinq fois plus puissante que celle lancée sur Hiroshima, selon des experts.
Non seulement les sites où les essais ont été effectués n'ont pas été totalement décontaminés, mais les effets des radiations demeurent toujours dévastateurs et tragiques.
Aujourd'hui, les populations des régions touchées par ces essais nucléaires en subissent les séquelles dans la mesure où des cas de cancer ou de malformation sont diagnostiqués chaque année, particulièrement chez les nouveau-nés.
Outre l'apparition au fil des années de nouvelles maladies liées notamment au cancer, la leucémie, la cécité et les malformations congénitales, provoquées par la radioactivité, il est également relevé les stress et troubles psychologiques chroniques qui pèsent lourdement sur la vie quotidienne des populations de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.