Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 03 - 2021

Le président américain Joe Biden annulera la décision de son prédécesseur concernant la reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental et finira par mettre en application le plan de paix de James Baker proposé en 2003, prédit le chercheur marocain Ali El Alaoui.
"L'administration américaine est aujourd'hui dans l'obligation de reconnaître que la solution démocratique au Sahara occidental n'est pas uniquement nécessaire, mais elle est aussi inévitable", estime le chercheur cité par le site sahraoui Sumoud reprenant un passage d'une tribune de l'auteur publiée dans le journal de l'entité sioniste, Haaretz.
Selon le chercheur, la nouvelle réalité géostratégique impose aux Etats-Unis de revoir leur politique dans la région du Maghreb, précisant que la tenue d'un référendum pour l'autodétermination du peuple sahraoui reste la meilleure solution. Le plan de paix de James Baker, ancien envoyé du Secrétaire général de l'ONU auquel devrait revenir les Etats-Unis, rappelle l'auteur, prévoit précisément la mise en place de mécanismes permettant d'organiser le référendum d'autodétermination dans les meilleurs délais.
"Biden est, avant tout, un homme pragmatique mais il considère également les droits de l'Homme comme une priorité pour la politique extérieure américaine rejoignant les positions de Bernie Sanders (sénateur démocrate), l'un des plus fervents défenseurs des droits du peuple sahraoui", note El Alaoui.
En décembre dernier, l'ancien président américain, Donald Trump avait annoncé reconnaître la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental en échange de la normalisation des relations entre le régime marocain et l'entité sioniste, alliée des Etats-Unis. Un proclamation qui a provoqué l'indignation à l'étranger mais aussi aux Etats-Unis et au sein même du parti républicain auquel appartient Trump.
Cette décision qui va à l'encontre des résolutions de l'ONU a été condamnée par un grand nombre de sénateurs américains qui ont adressé, dernièrement, une lettre à Joe Biden l'exhortant à annuler la décision de Trump.
Les résolutions de l'ONU garantissent au peuple sahraoui de décider de son avenir à travers l'organisation d'un référendum d'autodétermination.
Dans leur missive, les sénateurs américains ont signalé que l'ancien président des Etats-Unis a sapé une politique américaine jusqu'ici constante en ce qui concerne le Sahara occidental.
Le porte-parole du département d'Etat américain Ned Price, a affirmé lundi dernier que les Etats-Unis vont continuer à soutenir le processus onusien en vue d'une solution "juste" et "durable" au différend de longue date au Sahara occidental, indiquant que les Etats Unis vont également continuer "d'appuyer le travail de la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO) pour surveiller le cessez-le-feu et prévenir la violence dans la région".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.