L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Agression contre Sultana Khaya: Londres doit convoquer l'ambassadeur du Maroc pour "des explications"
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 03 - 2021

Le député travailliste Navendu Mishra a interpellé le gouvernement britannique au sujet des agressions menées par les autorités de l'occupation marocaines contre la militante sahraouie des droits humains, Sultana Khaya, l'appelant à inviter l'ambassadeur du Maroc à Londres pour "des explications" sur cette affaire.
Dans une question écrite, Navendu Mishra a informé le ministre d'Etat pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord et le Commonwealth Office, M. James Cleverley, de "la terrible situation dans laquelle vit la militante sahraouie Sultana Kheya, exposée à la violence et à l'agressivité des services de sécurité marocains", dans la ville sahraouie occupée de Boujdour pendant plus de quatre mois, rapporte le site Ecsaharaui.
Le député travailliste a également demandé au ministère britannique d'"inviter l'ambassadeur du Maroc à Londres afin de donner des explications sur l'agression physique contre Kheya, et ce qu'elle a subi après avoir été violentée par des agents de sécurité marocains en civil".
Dans sa réponse, James Cleverley a déclaré que le gouvernement britannique suivait les rapports sur le Sahara occidental, en particulier ceux concernant la militante Sultana Khaya, affirmant que le Royaume-Uni continuait de soulever des questions relatives aux droits de l'Homme au Sahara occidental avec le gouvernement marocain.
Sultana Kheya avait qualifié dimanche de "grave" et d'"insoutenable" la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé, et pressé la communauté internationale d'"intervenir" face à l'escalade de la répression marocaine contre le peuple sahraoui.
Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, elle a souligné que les autorités de l'occupation marocaines ont intensifié la répression et les violations des droits de l'Homme dans les villes sahraouies occupées, notamment "après l'agression qu'elles ont lancées le 13 novembre 2020 contre des manifestants sahraouis pacifiques à El-Guerguerat".
L'activiste sahraouie a aussi relevé dans sa missive, "le retour flagrant (de l'occupant marocain) aux méthodes d'enlèvement et de détention arbitraire, les perquisitions à domicile, le harcèlement des militants des droits de l'Homme et de leurs familles".
"Abus, surveillance, arrestations, torture et disparitions, restrictions à la liberté de mouvement des militants et des professionnels des médias et chantage matériel et moral. Aggravation et détérioration des conditions des prisonniers civils sahraouis dans les prisons marocaines. Extrême pauvreté, privation, marginalisation et racisme", avait-elle également écrit.
De ce fait, elle a appelé à "une intervention urgente et décisive" de la communauté internationale et de ses organisations de défense des droits de l'Homme pour "assurer la sécurité, la stabilité et la justice" au Sahara occidental.
Depuis le 19 novembre 2020, au lendemain de l'agression militaire marocaine à El Guerguerat, plusieurs unités de la police marocaine ont imposé un siège autour de la maison de Sultana Khaya, à Boujdour, au Sahara occidental occupé, la soumettant ainsi que toute sa famille à des abus physiques et psychologiques afin qu'elles cessent leurs revendications pacifiques en faveur de l'autodétermination et de l'indépendance du Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.