Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Amnesty International lance une initiative pour lever l'assignation à résidence imposée à Sultana Khaya
Publié dans Algérie Presse Service le 20 - 03 - 2021

L'organisation non gouvernementale (ONG) Amnesty International a appelé les défenseurs des droits humains à adresser une lettre au chef du gouvernement marocain l'appelant à mettre un terme à l'assignation à résidence imposée depuis plus de trois mois à la militante sahraouie, Sultana Khaya, à Boujdour, au Sahara occidental occupé.
L'ONG internationale a mis jeudi à la disposition des personnes intéressées par cette initiative un modèle de lettre à adresser au gouvernement marocain dans laquelle elle l'appelle à "mettre fin à l'assignation à résidence arbitraire contre Sultana Khaya et sa famille et à respecter leur droit à la liberté de circulation, d'expression et d'association".
Elle exhorte le gouvernement marocain "à mettre fin aux agressions dont Sultana Khaya et sa famille sont victimes, à ouvrir une enquête sur le comportement arbitraire et abusif des forces de sécurité contre elle et sa famille, et à leur fournir une réparation adéquate pour la violation de leur droit à la liberté et pour d'autres préjudices subis".
Amnesty International souligne, en outre, que "cette détention illégale fait partie d'une répression plus large des autorités marocaines contre les militants sahraouis et les voix critiques au Sahara occidental, qui s'est intensifiée suite aux affrontements entre le Maroc et le Front Polisario en novembre 2020".
Elle déplore, entre autres, le fait que "l'assignation prolongée (de Sultana Khaya) à résidence avec sa famille équivaut à une détention arbitraire, car elle impose une restriction à leurs droits à la liberté de mouvement et d'association".
Lire aussi : Ministère sahraoui des territoires occupés: le Maroc responsable de la répression de la militante Sultana Khaya
L'ONG international rappelle que "selon l'Observation générale n 35 du Comité des droits de l'Homme des Nations unies sur l'article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, les mesures de privation de liberté, y compris l'assignation à résidence, ne doivent pas être arbitraires et doivent être effectuées dans le respect de la primauté du droit et permettre un contrôle judiciaire sérieux et rapide de la détention".
Par ailleurs, Amnesty International déplore le fait que, ces dernières années, l'accès au Sahara occidental occupé soit devenu "de plus en plus difficile pour les observateurs extérieurs, la situation des droits de l'Homme ayant continué de se détériorer". Elle assure aussi qu'en 2020, les autorités d'occupation marocaines "ont empêché au moins neuf avocats, militants et politiciens d'accéder au Sahara occidental".
Depuis le 19 novembre 2020, plusieurs unités de la police marocaine ont imposé un siège autour de la maison de Sultana Khaya, la soumettant ainsi que toute sa famille à des abus physiques et psychologiques afin qu'elles cessent leurs revendications pacifiques en faveur de l'autodétermination et de l'indépendance du Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.