Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lecoq: L'ouverture d'une antenne de LREM à Dakhla occupée viole le droit international
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 04 - 2021

L'ouverture d'une antenne par le parti présidentiel en France "La République en Marche" dans la ville sahraouie occupée, Dakhla, va dans le " sens du choix" de l'ancien président américain Donald Trump, a regretté le député du Parti communiste français (PCF), Jean-Paul Lecoq, estimant que cette décision vient "souiller les résolutions des Nations unies".
"Dix jours avant les discussions au Conseil de sécurité des Nations Unies pour le renouvellement de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, la Minurso, nous apprenons que le parti d'Emmanuel Macron a décidé pour célébrer les cinq ans de la naissance du mouvement d'ouvrir une antenne de ( En Marche) à Dakhla (prétendant) qu'il se situe dans les provinces du Sud du Maroc", s'est indigné M. Lecoq dans une déclaration.
"Or, Dakhla est une ville du Sahara occidental qui est occupée par le Maroc depuis plus de 40 ans comme l'indique le droit international et plus d'une quarantaine de résolutions des Nations Unies", a tenu à rappeler le député français.
Il a affirmé que "ce choix à rebours du droit international du parti présidentiel va dans le sens du choix de Donald Trump, bien qu'il soit encore pire, puisqu'il est fait de manière rampante et sournoise".
Lire aussi: France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée
"Drôle de manière de célébrer un anniversaire en souillant les résolutions des Nations unies", a déploré le député, estimant qu'il "n'y a pas assez de mots durs pour qualifier ces violations du droit international, alors même que des prisonniers politiques sahraouis sont torturés depuis une décennie pour leur combat pour la liberté, et que le Comité contre la torture des Nations unies a condamné à deux reprises le Maroc pour avoir torturé à de multiples reprises des prisonniers sahraouis".
Pour le parlementaire, au lieu "de s'essuyer les pieds sur le droit international et de jeter de l'huile sur le feu en alimentant les tensions au Maghreb, le parti présidentiel et Emmanuel Macron, son chef, feraient mieux de se pencher sur la souffrance du peuple sahraoui et sur les questions de la Paix".
Enfin, M. Lecoq a exprimé son indignation face au mépris du droit international au Sahara occidental.
"Honte à ceux qui méprisent le droit des peuples à l'autodétermination, Honte à ceux qui bradent le droit international pour des intérêts électoralistes à la veille d'élections locales et nationales, Honte à ceux qui utilisent les conflits internationaux pour faire augmenter leur popularité en berne: Netanyahou, Trump et Macron, même combat " a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.