Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 05 - 2021

La commémoration, samedi, du 73e anniversaire de la "Nakba", intervient dans un contexte marquée par une intensification des exactions sionistes contre les Palestiniens à El Qods occupée et à Ghaza qui ont coûté la vie à des dizaines de victimes.
La "Nakba" désigne la "catastrophe" que fût pour les Palestiniens la création de l'entité sioniste en 1948 sur les trois quarts de la Palestine poussant plus de 760.000 Palestiniens, aujourd'hui plus de 5 millions avec leurs descendants, à se réfugier dans des pays voisins.
La catastrophe fût aussi la destruction entre 1947 et 1949, de plus de 500 villages palestiniens, dont le plus connu est Deir Yassine, avec ses 250 habitants massacrés par les forces d'occupation.
En 2020, la population palestinienne a atteint 13,4 millions d'habitants, dont plus de la moitié vivent dans la Palestine historique (Cisjordanie, bande de Ghaza), a déclaré le Bureau central palestinien des statistiques (PCBS). Les réfugiés représentent 43% de la population palestinienne totale, selon le buerau.
Selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNRWA), le nombre de réfugiés palestiniens a atteint 5,6 millions en 2019. La majeure partie de ces réfugiés sont expatriés dans les pays voisins.
Le PCBS a constaté que 28,4% des réfugiés palestiniens sont dispersés dans 58 camps gérés par l'UNRWA - 10 camps en Jordanie, 9 en Syrie, 12 au Liban, 19 en Cisjordanie et 8 à Ghaza. La diaspora palestinienne, l'une des plus importantes au monde manifeste chaque année pour revendiquer le droit de retour.
Sheikh Jarrah, l'autre nom de la Nakba
Cette année, le 73e anniversaire de la Nakba, célébré le 15 mai de chaque année, intervient au moment où le peuple palestinien subit la violence des colons, les raids meurtriers sionistes à Ghaza et fait face aux destructions de ses maisons à El Qods-Est plus particulièrement dans le quartier de Sheikh Jarrah.
Alors que la mobilisation a désormais largement dépassé El Qods, s'étendant dans toutes les régions de la Palestine occupée, la campagne (SaveSheikhJarrah) est quant à elle devenue virale sur les réseaux sociaux.
Dans deux semaines, six familles palestiniennes, vingt-sept personnes, seront expulsées de leurs maisons, jetées à la rue, et remplacées par des colons.
Lire aussi: Près de 130 Palestiniens assassinés par le régime sioniste en quatre jours
Lorsque 28 familles s'étaient établies dans le quartier de "Sheikh Jarrah" en 1956, elles espéraient qu'il s'agirait de l'ultime exode après qu'elles ont été contraintes de quitter leurs maisons et terres à la suite de la Nakba en 1948.
Toutefois, ces familles, dont le nombre s'est élevé à 38 depuis, disent qu'elles subissent une "Nakba", qui se renouvelle au quotidien. La bataille de Sheikh Jarrah, qui dure depuis des décennies, est décrite par ses habitants et les organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme comme un exemple flagrant d'apartheid israélien.
139 morts palestiniens en moins d'une semaine
Alors que la situation en Palestine est dramatique, que l'occupant intensifie ses politiques d'apartheid et tue des dizaines de Palestiniens et Palestiniennes, ils étaient des milliers à s'être rassemblés dans les rues en Belgique, France, Espagne ou encore les Pays-Bas.
A Bruxelles, quelque 3.000 personnes manifestaient place de l'Albertine pour commémorer les 73 ans de la Nakba, et dénoncer les exactions de l'armée sioniste.
En Espagne, environ 2.500 personnes ont défilé samedi dans le centre de Madrid. Les manifestants scandaient "Ce n'est pas une guerre, c'est un génocide !" et brandissaient des pancartes barrées de slogans tels que "Le silence des uns est la souffrance des autres" ou" El Qods capitale éternelle de Palestine".
Lire aussi: Les attaques sionistes contre les Palestiniens largement condamnées en Algérie
A La Haye, aux Pays-Bas, 300 à 400 manifestants, certains enveloppés de drapeaux palestiniens, se sont rassemblés sur le Malieveld. D'autres se sont réunis sur la Hofplaats.
La France, en revanche, mène depuis le début de la semaine une nouvelle offensive autoritaire contre le mouvement de soutien au peuple palestinien.
"La France est le seul pays démocratique à interdire ces manifestations", ont protesté Me Sefen Guez Guez, Me Dominique Cochain et Me Ouadie Elhamamouchi, avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France.
La nouvelle escalade de violences a fait depuis lundi près de 140 morts palestiniens dont une quarantaine d'enfants, et des centaines de blessés dans la bande de Ghaza, selon un dernier de l'Autorité palestinienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.