Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tabagisme: la pandémie du Covid 19 a empêché le travail des unités de sevrage
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 05 - 2021

Le chef de service de pneumo-allergologie au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Béni Messous Hassani Issad (Alger), Pr. Merzak Gharnaout a affirmé que "la pandémie du Coronavirus a empêché le travail de 52 unités de sevrage tabagique à travers le territoire national" qui ont enregistré "une affluence modeste'" des fumeurs.
Dans une déclaration à l'APS, à la veille de la célébration de la Journée mondiale sans tabac (31 mai), placée cette année sous le thème "Tabagisme et Covid-19" et le slogan "S'engager à arrêter", le spécialiste a précisé que le ministère de la Santé avait ouvert 52 unités de suivi médical en vue d'encourager au sevrage tabagique à travers le pays, mais la pandémie de Covid-19 a empêché cette opération qu'il a qualifiée de "très importante" afin d'atténuer ce fléau.
A ce titre, il a rappelé les résultats de l'enquête nationale à indicateurs multiples (MICS), initiée par le ministère de la Santé en 2017, lesquels ont révélé la prolifération du tabagisme chez la tranche d'âge 18-65 ans (16.5%), 32% chez les garçons et 0.4 chez les filles, et que 60% de ceux ayant arrêté la consommation de tabac durant une année entière ont rechuté, soulignant qu'il "n'y aurait un sevrage tabagique sans consultation et suivi médical au niveau des unités spécialisées".
Il a également cité les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui ont fait état du décès de 8 millions de fumeurs de par le monde, dont un million en raison du tabagisme passif.
De son côté, l'ancien président du Comité multisectoriel de sensibilisation et de prévention contre le tabac, Pr. Noureddine Zidouni a affirmé que "la pandémie de Covid-19 a empêché plusieurs activités de santé, y compris la prévention contre ce fléau, souhaitant la relance, bientôt, de toutes ces activités, notamment l'élaboration des textes réglementaires relatifs à la mise en œuvre de la nouvelle loi sanitaire".
Pour sa part, l'ancien chef de service de pneumo-allergologie au CHU Mustapha Pacha d'Alger, Pr. Salim Nafti a estimé qu'en dépit du recul du taux des fumeurs adultes", ce phénomène connait "une évolution chez les adolescents et les enfants", relevant la nécessité de renforcer les campagnes précoces de prévention auprès de ces tranches d'âge, notamment au niveau des établissements scolaires".
"D'autres enquêtes nationales sont menées autour de ce fléau en vue d'en réduire l'impact sur la santé publique, d'autant que le fumeur est sujet à plusieurs maladies graves, à savoir le cancer, les cardiopathies et l'hypertension artérielle", a-t-il souligné.
Concernant la consommation du tabac à chiquer, premier substitut de la cigarette pour plusieurs fumeurs, très répandu ces dernières années en milieu des adolescents, il a estimé que "ce type de tabac plus facile à dissimuler que la cigarette peut aisément être consommé en classe".
Quant à la consommation du narguilé, une pratique intruse dans la société algérienne, le professeur Nafti a précisé que "le degrés de gravité n'est pas moindre, surtout que les consommateurs se relaient sur un même appareil, les jeunes en particulier", mettant en garde contre l'utilisation de cette pipe orientale en ce temps de pandémie qui favoriserait la propagation du virus.
Il a rappelé, dans ce sens, les rumeurs répandues par les industriels du tabac en début de la pandémie selon lesquelles "les fumeurs seraient moins touchés par le coronavirus", une démarche qui leur avait permis d'amasser de l'argent avec l'appui de certains médias. Néanmoins, a-t-il poursuivi, ces informations ont été démenties par l'OMS.
Lire aussi: Tabagisme: appel à la poursuite des efforts pour réduire les effets de ce fléau en Algérie
Le président de l'Organisation nationale de la promotion de la santé et du développement des recherches (Forem) également pédiatre, Pr. Mustapha Khayati a déploré l'absence de texte réglementaires accompagnant l'application de la loi sur la santé promulguée en juillet 2018 et renfermant plusieurs articles consacrés "aux sanctions encourues par les contrevenants".
L'intervenant a insisté, en outre, sur "l'application rigoureuse de ces lois coercitives de lutte contre les différents types de tabac pour protéger la santé des futures générations, préconisant d'intensifier et d'étendre les campagnes de sensibilisation à ce fléau qui ne doivent plus être "conjoncturelles".
Selon une enquête réalisée il y a quelques année, 11% des enfants scolarisés au cycle primaire fument, soulignant que cette frange sociale est influencée par son environnement familial et éducatif qui devraient constituer "un exemple" à suivre pour les générations montantes.
Quant à l'association d'aide aux personnes atteintes de cancer "El Badr", la chargée de communication, Wissam Sedira affirmé que son association a intensifié ses activités lors de la propagation de la pandémie qui touche l'appareil respiratoire et ce, en vue de sensibiliser les fumeurs quant à l'arrêt de ce fléau, en sus d'autres campagnes au profit des médecins spécialistes.
Concernant le milieu scolaire et professionnel, la même responsable a indiqué que l'association a tracé, à travers la cellule, créée à cet effet en collaboration avec l'Association américaine du cancer (ACS), un programme qui contient quatre axes principaux.
Ces axes sont : "Non à la 1e cigarette" destiné aux écoliers, "Un mois sans fumer" lors du mois sacré de Ramadhan, "Un train sans tabac" en collaboration avec la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre ce fléau durant 14 années consécutives, ainsi que l'axe "un lieu de travail sans tabac" dans les entreprises publiques et privées.
Les spécialistes estiment qu'instituer une taxe sur le tabac de l'ordre de 10% annuellement dans la Loi de finances, "est insuffisant " et que la lutte contre ce fléau requiert de relever cette taxe à 80%, tel que préconisé par la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte antitabac de l'année 2003 et ratifiée par l'Algérie en 2006.
A rappeler que la loi sanitaire promulguée au mois de juillet 2018, a consacré un espace à la lutte contre ce fléau, notamment dans la section 4 relative à la lutte contre les facteurs de risque et à la promotion des modes de vie saine, dans la sous-section 1 sur la lutte contre le tabagisme, de l'art.50 à l'art.58.
Ces articles contiennent l'interdiction de toute forme de promotion, de parrainage et de publicité en faveur des produits de tabac ainsi que la vente de ces derniers aux mineurs, la sanction par la Loi des personnes qui fument dans les lieux affectés à un usage collectif ou accueillant le public, l'apposition d'avertissement spécifique sous forme de desseins ou de pictogrammes émanant de l'autorité de santé, ainsi que l'obligation faite aux producteurs d'apposer des étiquetages qui doivent porter des indications sur les principaux constituants toxiques et leurs émissions.
La loi renferme également dans ses annexes, dans les articles 402, 403 et 405, des amendes et sanctions imposées en cas de non application et de non-respect des articles précités, des amendes de 2.000 Da à 1.000.000 Da.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.