Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 06 - 2021

Le Maroc a subi plusieurs coups durs sur le plan diplomatique ces derniers jours concernant le dossier sahraoui, perdant progressivement l'appui des Etats-Unis, affiché, en décembre dernier, par l'ancien président américain, Donald Trump et essuyant le refus de pays européens de reconnaître sa prétendue souveraineté sur les territoires sahraouis.
Le dernier camouflet en date est venu du Congrès américain qui a bloqué l'ouverture d'un consulat à Dakhla occupée en même temps qu'une opération de vente de drones armés. Une décision qui intervient quelques jours après que le Département d'Etat américain a évoqué un changement d'approche de la part de l'administration Biden concernant la question sahraouie.
En décembre dernier, l'ancien président américain avait proclamé sa reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en échange de la normalisation des relations entre le Maroc et l'entité sioniste, alliée des Etats-Unis.
Selon le quotidien espagnol Lavanguardia la commission des Affaires étrangères du Congrès a remis en cause la nécessité de l'ouverture d'un consulat dans les territoires occupés.
Les drones que le Maroc devait acheter aux Etats-Unis entraient également dans le cadre de l'accord passé avec Donald Trump mais les membres du Congrès américain ont estimé que ces armes technologiquement très avancées, "ne devaient pas être mises à la disposition du Maroc".
Quelques jours plus tôt, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova a affirmé que son pays ne reconnaissait pas la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Elle a expliqué que la position de Moscou vis-à-vis de la cause sahraouie "n'a pas changé".
Elle a précisé que "le règlement définitif du conflit ne saurait être réalisé qu'à travers l'application des décisions pertinentes issues de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité relevant de l'ONU dans le cadre des mesures conformes aux principes et aux objectifs de la Charte des Nations Unies".
Le 10 juin courant, le Parlement européen a adopté une résolution dans laquelle il a critiqué l'utilisation, par le Maroc, de la question migratoire à des fins politiques, en référence au fait que le royaume ait laissé passer, au mois de mai dernier, des milliers de migrants, dont beaucoup de mineurs non accompagnés, vers les territoires espagnols en réaction à l'hospitalisation, en Espagne, du président sahraoui, Brahim Ghali.
Le Parlement européen "rejette l'utilisation par le Maroc des contrôles aux frontières et de la migration notamment des mineurs non accompagnés, comme moyen de pression politique sur un Etat membre de l'Union, déplore en particulier que des enfants, des mineurs non accompagnés et des familles aient franchi massivement la frontière entre le Maroc et la ville espagnole de Ceuta, mettant ainsi leur vie et leur sécurité clairement en péril", souligne le texte de la résolution.
Il rappelle que "le ministre marocain des affaires étrangères a reconnu que l'entrée massive de milliers de personnes, dont des enfants, découlait directement du fait que le chef du Front Polisario avait été accueilli en Espagne" et que "dans une déclaration officielle publiée ultérieurement, les autorités marocaines ont indiqué comme raison réelle la position jugée ambiguë de l'Espagne sur le Sahara occidental".
D'autre part, le parlement "rappelle que la protection et la sécurité de Ceuta concernent l'ensemble de l'Union européenne car la ville autonome fait partie de ses frontières extérieures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.