Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 06 - 2021

Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Pr. Chems-Eddine Chitour, a appelé à un assouplissement des taxes qui seront imposées aux véhicules électriques afin d'augmenter leur attractivité.
Pour favoriser l'émergence des véhicules électriques en Algérie, "les taxes qui y sont imposées doivent être faibles", a-t-il suggéré dans un entretien à l'APS, appelant ainsi à leur "assouplissement", en proposant l'exonération de ces voitures de la vignette et même un accès gratuit à l'autoroute, une fois le péage instauré, ou encore la mise en place d'"une sorte de bonus vert" pour ces véhicules.
Pr. Chitour a expliqué que le ministère qu'il dirige s'intéressait à ce segment de véhicules "dans sa dimension de consommation d'énergie", visant à réduire la consommation des carburants traditionnels qui coûtaient en moyenne 1,7 milliard de dollars chaque année, ajoutant que l'introduction des véhicules électriques devrait faire partie de la politique du transport à laquelle il aspire.
"L'acceptation sociale" de ce type de voitures étant acquise, selon le ministre qui se réfère à un sondage réalisé par l'entreprise Naftal faisant ressortir que "65% des citoyens algériens sont favorables à l'introduction des véhicules électriques".
Pr. Chitour a souligné la nécessité que les prix de ce type de véhicules "ne soient pas dissuasifs, mais plutôt proches de ceux des véhicules thermiques".
Pour inciter davantage d'Algériens à opter pour ce segment de véhicules, le ministre plaide pour des véhicules électriques qui assurent les normes de sécurité "sans qu'il y ait un excès de gadgets" et dont le prix avoisinerait les 10.000 euros/véhicule.
Pr. Chitour n'a pas manqué, à cette occasion, d'énumérer les atouts de la voiture électrique, notamment le fait qu'elle ne pollue pas, qu'elle est silencieuse en plus de bénéficier d'un moteur plus simple comparé à celui d'une voiture à moteur thermique qui roule aux carburants classiques.
Lire aussi: Vers la généralisation des voitures électriques en Algérie d'ici à 2030
La rentabilité est un autre atout de ce type de véhicule, selon le ministre qui a fait part d'une consommation équivalente à 70 DA l'électricité pour 100 km parcourus par une voiture électrique, contre 300 DA de carburant pour la même distance couverte par un véhicule thermique.
En supposant que 100.000 voitures électriques soient mises en circulation en Algérie d'ici à 3 ans, Pr. Chitour a estimé leur consommation en électricité à 1 TWh par an, au moment où la consommation annuelle de l'Algérie avoisine, selon lui, les 65 TWh.
Un tel parc de véhicules électriques permettra ainsi une économie de 100.000 tonnes de carburants, soit 100 millions de dollars épargnés chaque année, a-t-il évalué.
La première borne de rechargement déjà installée à Alger
"L'Algérie gagnerait sur toute la ligne, en optant pour la locomotion électrique", a-t-il assuré, même si, dans un premier temps, l'électricité utilisée pour alimenter les véhicules électriques sera d'origine thermique.
Cela en attendant, la concrétisation du plan des 1000 MWh solaires qui permettrait, a-t-il souligné, de remplacer graduellement l'électricité thermique par l'électricité renouvelable.
Concernant la disponibilité des bornes de rechargement, le ministre a fait état d'une première approche prévoyant de doter toutes les stations de Naftal, publiques et privées, d'au moins une borne, soulignant que la première borne est déjà installée au niveau de la station Naftal de Chéraga (Ouest d'Alger).
Pr. Chitour a évoqué un projet à l'étude avec le ministère de l'Habitat pour aménager, dans toutes les nouvelles cités, des espaces équipés de bornes de rechargement, avec la possibilité d'étendre ce concept aux parkings et aux administrations centrales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.