PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"La Cantera, il était une fois Bab El Oued", nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 07 - 2021

L'histoire de l'un des quartiers emblématiques d'Alger, Bab El Oued, sa création, le mode de vie qui y régnait de la période coloniale aux années 1980, ses stades, plages et salles de cinéma constituent le dernier récit de Mahdi Boukhalfa publié récemment sous le titre "La Cantera, il était une fois Bab El Oued".
Publié aux éditions "Dar El Qobia", ce récit de 231 page relate la vie dans ce quartier et son histoire, tel que perçues par ses habitants et tente d'expliquer aux plus jeunes la valeur et l'amour portés à Bab El Oued même après avoir perdu son lustre.
L'auteur revient sur la création de ce quartier, au premières années de la colonisation française, par des espagnols, des maltais, ou encore des italiens qui s'étaient installés dans des baraquements au pied d'une carrière, qui deviendra vers 1900 la "carrière Jaubert", et qui ont fondé la Cantera, carrière en espagnol.
Il revient sur sa jeunesse dans le quartier et sa scolarisation au lycée de l'Emir Abdelkader qui a vu passer sur ses bancs d'illustres personnalités de divers horizons à l'image de l'écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri, l'écrivain Albert Camus, Dalil Boubakeur le recteur de la mosquée de Paris, ou encore le comédien Roger Hanin.
Le Bab El Oued des années 1970 occupe une place importante dans cet ouvrage qui raconte les files d'attente interminables devant les nombreuses salles de cinéma du quartier comme le Lynx, le Plaza ou le Marignan, les innombrables cafés-bar et les vitrines des nombreux libraires et disquaires.
L'auteur raconte également un quartier populaire où les places publiques sont très prisées, et jouent un rôle important dans ce microcosme de la société où la passion pour le football et les grands clubs algérois côtoient l'amour de la mer et de la pêche.
La vie à Bab El Oued est également rythmée par les rencontres de football entre les deux grands clubs de la capitale, MCA et USMA, des derbys que l'auteur restitue dans le moindre détail depuis l'ambiance festive d'avant match jusque dans les tribunes à Bologhine et plus tard au stade du 5 Juillet.
L'auteur témoigne également des événements du 5 octobre 1988 dans ce quartier et la "fusillade du 10 octobre de la même année qui a fait des dizaines de morts et de blessés (...), une date restée comme un trou béant dans la mémoire du quartier".
Autre épisode dramatique de l'histoire de ce quartier, les inondations de novembre 2001 qui ont fait des centaines de morts et de disparus et qui ont définitivement changé l'aspect du quartier et fragilisé de nombreuses bâtisses, est également relaté par l'auteur.
Mahdi Boukhalfa évoque par ailleurs un "univers urbain particulier" qui a subi de nombreux changements, souvent brusques, comme l'aménagement de la plage Rmila, l'abandon des salles de cinéma, ou encore récemment "la destruction et la disparition sans gloire du marché des Trois Horloges".
Né à Alger en 1955, Mahdi Boukhalfa est sociologue de formation et journaliste de profession qui a entamé sa carrière en 1983 à l'agence de presse Algérie presse service.
Il signe en 2019 son premier ouvrage "Mama Binette, naufragée en Barbarie" qui sera suivi de "La révolution du 22 février" et "La marche d'un peuple, les raisons de la colère" sorti fin 2020 et de "Pavillon Covid-19, sept jours en enfer" un récit publié en début d'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.