Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Côte d'Ivoire - Algérie: le Sud-africain de Freitas Gomes à la place du Gambien Gassama au sifflet    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs Houza et Aousserd    Travaux publics : publication prochaine d'une deuxième partie des cahiers de charges types    Covid-19 : mise en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin    Kamel Nasri lance les travaux de dédoublement du tronçon de la RN 01 Djelfa-Laghouat    A l'exception des plénières déjà programmées: Les activités de l'APN reportées à cause du Covid    Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Football - Ligue 2: Le RCK champion d'hiver, l'ASMO en chute libre    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Benfreha: Une dizaine de constructions illicites démolies    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Pépé s'attend à un gros duel    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Onze morts dans des raids au Yémen    Des critiques aux reproches    Le baril affole le marché    Des Américains en prospection à Oran    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    Incontournable marché libyen    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    CAN-2021 / Algérie: " Le match face à la Côte d'Ivoire ne sera pas délocalisé"    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Le statu quo !    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'occupant israélien veut vider El Qods de ses habitants et de ses repères
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 11 - 2021

L'occupation israélienne accentue la pression sur les habitants d'El Qods occupée dans le but de les chasser de la ville et d'effacer le caractère arabe et musulman de cette dernière, a indiqué, dimanche, l'ambassadeur de Palestine en Algérie, assurant que "les habitants d'El Qods et les Palestiniens en général résisteront à ces tentatives et défendront leurs Ville sainte et repères jusqu'au bout".
Dans un entretien accordé à l'APS, à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien coïncidant avec le 29 novembre de chaque année, Fayez Abou Attia a souligné que "la démarche de l'occupant israélien s'inscrit dans le processus de judaïsation entamé depuis 1948", soulignant que "cette démarche sera vaine et sans conséquences".
"Les Palestiniens défendront leur ville jusqu'au bout et ne se laisseront jamais faire", a, en outre, affirmé le diplomate, faisant remarquer qu"El Qods est dans le coeur de chaque Palestinien et Arabe jaloux de sa Nation arabe et musulmane".
Pour M. Abou Attia, "c'est cet attachement des Palestiniens à leur ville qui irrite et fait le plus peur aux Israéliens".
Revenant, par ailleurs, sur la célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, l'ambassadeur a déclaré que "cette journée a pour but de mettre la lumière sur les violations et les crimes israéliens contre le peuple palestinien notamment les massacres contre des civils innocents, l'emprisonnement d'enfants et de femmes, l'implantation de nouvelles colonies et les attaques contre les lieux saints".
A ce titre, le diplomate palestinien a mis l'accent notamment sur les violations et les sévices qu'endurent les Palestiniens dans les geôles de l'occupant, soulignant que "ce dernier viole toutes les normes internationales et humanitaires les plus élémentaires garanties par les conventions internationales, y compris la troisième Convention de Genève".
Dans le même sillage, M. Abou Attia a affirmé que "l'occupant est allé dans son entêtement et sauvagerie jusqu'à emprisonner des enfants et des personnes malades sans leur fournir des soins", soulignant que "cette façon de traiter a entraîné la mort de beaucoup parmi ces prisonniers".
Citant, dans ce contexte, le cas du prisonnier Mohamed al-Halabi, en détention depuis 2016 sans qu'il ne soit jugé, le diplomate palestinien a assuré que "ce genre de crimes se hisse au rang de crimes contre l'humanité", affirmant que "les Palestiniens s'emploient désormais à révéler de telles pratiques et les montrer à toutes les organisations internationales des droits de l'Homme, afin de les condamner et d'appeler l'occupant à y mettre fin".
Selon le diplomate, et en dépit de toutes les méthodes répressives et inhumaines de l'occupant, les "prisonniers palestiniens ne se découragent pas et continuent à lutter et tenir tête à l'ennemi", saluant au passage "l'héroïsme des prisonniers palestiniens dans la prison de Djaaboul qui ont défié l'occupant et pu s'échapper", avant d'être arrêtés à nouveau.
"Se conformer à l'Initiative de paix arabe"
Abordant, par ailleurs, la démarche de la normalisation que suivent certains pays arabes et musulmans avec l'entité sioniste, l'ambassadeur palestinien a indiqué que "le gouvernement palestinien rejette toute démarche allant dans ce sens", appelant "les pays arabes à se conformer à l'Initiative de paix arabe adoptée unanimement lors du sommet de Beyrouth en 2002".
Il déclare, à ce sujet, que "les Palestiniens attendent beaucoup du prochain Sommet arabe prévu au mois de mars 2022 en Algérie".
"Aujourd'hui, nous attendons les conclusions du prochain Sommet arabe en Algérie. Nous souhaitons à ce qu'il soit un sommet qui mettra la question palestinienne au cœur de ses préoccupations, afin de déjouer toutes les conspirations de l'occupant et de ses alliés contre la Palestine et son peuple", assurant que les Palestiniens sont "optimistes, compte tenu notamment de la position de l'Algérie, constamment en faveur de la cause palestinienne".
Evoquant la situation prévalant actuellement dans les territoires occupés, le diplomate a fait observer que "l'actuel gouvernement israélien d'extrême droite n'est que le prolongement de l'ancien gouvernement de Netanyahu, peut-être pire, en ce sens qu'il poursuit aveuglement dans la voie de la colonisation, en violation des résolutions onusiennes, y compris la résolution 2334 du Conseil de sécurité condamnant la colonisation israélienne."
Selon l'ambassadeur, "la nouvelle politique des Israéliens n'a fait que renforcer la détermination des Palestiniens à poursuivre la lutte".
"Cette détermination a été réaffirmée par le président palestinien Mahmoud Abbas dans son dernier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU où il avait mentionné clairement que si "Israël ignore la solution à deux Etats, les Palestiniens seront prêts à poursuivre la lutte et les sacrifices jusqu'à ce qu'ils arrachent leur droit, à savoir d'établir un Etat indépendant avec El-Qods comme capitale".
M.Abou Attia a dénoncé, sur un autre plan, l'embargo économique que continue l'ennemi sioniste d'exercer sur la Palestine. Il a rappelé que ce procédé a commencé sous l'ancien président américain Donald Trump, "qui voulait faire chanter les dirigeants palestiniens pour qu'ils acceptent le complot de l'+Accord du siècle+ pour liquider les Palestiniens", dénonçant "l'adhésion de certains pays européens à cette démarche".
L'ambassadeur palestinien a affirmé, enfin, que la nouvelle administration américaine de Biden a commencé à assouplir les sanctions imposées contre la Palestine, exprimant son "souhait de voir les autres pays suivre la même démarche".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.