Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 12 - 2021

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a affirmé que la Conférence nationale sur la relance industrielle, dont les travaux ont pris fin lundi à Alger, permettra une sortie de la gestion conjoncturelle à la gestion fondée sur des plans étudiés afin de redresser les processus erronés.
Intervenant au terme de la conférence dont l'ouverture a été présidée samedi par le président de le République, Abdelmadjid Tebboune, le Premier ministre a indiqué que cette rencontre importante avait constitué "une autre phase pour prouver que nous avançons résolument vers une sortie de la gestion instantanée et conjoncturelle sans vision, vers une gestion fondée sur des plans étudiés via lesquels nous œuvrons à mettre le train sur la bonne voie et redresser les processus erronés".
Le Gouvernement s'engage à examiner toutes les recommandations qui ont sanctionné les quatre ateliers organisés dans le cadre de la conférence, et à les traduire sur le terrain à travers un plan de travail pratique dans lequel les objectifs seront minutieusement et clairement fixés, les délais arrêtés, les outils d'exécution, le rôle des parties prenantes et des mécanismes de contrôle et de suivi bien ficelés, a-t-il soutenu.
Et d'affirmer que l'allocution du Président Tebboune à l'ouverture des travaux de la conférence contenait "des messages clairs et explicites qui ne prêtent à aucune équivoque... et des mises en garde contre les anciennes pratiques désuètes et immorales qui ont bafoué la confiance entre les catégories de la société (entre l'administration et le citoyen, entre l'investisseur et l'administration et entre les banques), semant, par conséquent, le désespoir et la déception".
"Nous nous sommes engagés à rétablir la confiance à tous les niveaux (...), sans prêter la moindre attention à ceux qui ont vendu leur âmes au diable pour hypothéquer l'avenir des enfants de ce pays, en s'accaparant ses richesses quitte à démanteler les institutions de l'Etat et les entreprises productrices ou mettre des barrières devant les véritables investisseurs, ne serait-ce que par la bureaucratie", a souligné M. Benabderrahmane.
Concernant l'investissement et les avantages accordés aux investisseurs, il a mis en avant l'importance d'une rentabilité économique et sociale des dépenses fiscales, appelées à devenir un critère d'efficacité, préconisant que la création de richesses et d'emplois soit au niveau des avantages et exonérations fiscales accordés par l'Etat.
Lire aussi: Nécessaire organisation des industriels publics et privés en clusters
Il a rappelé, dans ce sens, les efforts consentis par l'Etat dans la promotion de l'investissement, à travers les dépenses destinées à réduire le taux d'intérêt des crédits d'investissement versées par le trésor public et estimées à 711 milliards de dinars pour la période 2011-2020, un montant traduisant "le volume des investissements à l'origine de ces réductions profitables aux secteurs, public et privé".
Revenant aux instructions données par le président de la République au sujet des projets d'investissement parachevés et pas encore exploités pour plusieurs raisons, M. Benabderrahmane a annoncé l'installation d'une commission chargée de "fournir des chiffres sur nombre de projets en suspens, ainsi que les noms des entreprises concernées et leurs activités, outre l'estimation des pertes causées à l'économie nationale et à la société par les mesures bureaucratiques dissimulant une mauvaise foi, et la prise des mesures nécessaires pour une mise en exploitation sans délai".
Au sujet de la rationalisation de la gestion du foncier industriel, M. Benabderrahmane a rappelé l'importance de l'Agence nationale du foncier industriel en cours de création, laquelle constituera "une solution définitive à la question du foncier" qui sera géré à l'avenir "au titre d'une approche purement économique et transparente, loin des interventions directes des différentes administrations".
Outre les mesures pratiques prévues par le Gouvernement, à travers la révision de certaines conventions internationales bilatérales et multilatérales en faveur de l'économie nationale dans le respect des relations amicales unissant notre pays à ces parties", et l'activation de la diplomatie économique, la politique industrielle de l'Algérie devrait aboutir aux moyen et long termes à la garantie de produits répondant aux normes du marché international, a-t-il soutenu.
Lire aussi: Relance industrielle: améliorer l'attractivité de l'investissement et du capital étranger
Il a rappelé, dans ce contexte, l'importance de la recherche et de l'innovation et la promotion des start-up, saluant les jeunes créateurs diplômés des universités algériennes qu'ils a qualifiées de "base du véritable changement".
Améliorer la gouvernance des entreprises économiques publiques et renforcer le rôle des organes de contrôle
Par ailleurs, M. Benabderrahmane a mis l'accent sur l'importance d'améliorer la gouvernance des entreprises économiques publiques, soulignant que le portefeuille public fera l'objet de réformes profondes et d'un renouvellement, en prenant en compte des niveaux élevés de transparence et de respect des normes les plus précises de comptabilité, de signalement, de conformité et de révision des comptes.
Sur ce point, il a précisé que la Cour des comptes, l'Inspection générale des finances et tous les organes de contrôle et d'évaluation auront un "grand rôle" dans le cadre des prérogatives qui leur sont conférées.
M. Benabderrahmane a évoqué les financements alternatifs, "qui constituent une priorité absolue pour réformer le système financier et bancaire de manière à trouver des alternatives permettant le financement des investissements productifs", soulignant l'importance du cadre juridique du partenariat avec le secteur privé (PPP), en tant que financement alternatif pour les structures publiques rentables.
Lire aussi: Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur
Il a affirmé que la loi relative à la promotion de l'investissement, qui est à l'étude au niveau du Gouvernement, consacrera une nouvelle approche basée sur les facilitations et les incitations étudiés et sur la faisabilité économique loin des avantages et de la culture de la rente et de la dépendance, en se concentrant sur la relance du développement dans les hauts plateaux et le sud.
Enfin, le Premier ministre, ministre des Finances a annoncé que la Conférence nationale sur la relance industrielle sera suivie de trois conférences similaires sur la relance agricole, afin de garantir la sécurité alimentaire du pays, la relance touristique, et la relance du secteur minier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.