Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'immobilier à Rabat dominé par le "lobby" des samsars
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 09 - 2010

Louer ou acheter un logement à Rabat-ville n'est pas une mince affaire. Pour trouver une location dans la capitale du royaume du Maroc, il faut passer ou demander l'aide et le support d'un intermédiaire incontournable, le fameux samsar (agent intermédiaire dans l'immobilier).
Un samsar au Maroc, c'est l'équivalent d'une agence immobilière ambulante possédant des ramifications inimaginables. A partir d'un téléphone portable, il contrôle tout l'immobilier de Rabat. Dès qu'il est sollicité, il accapare le client et ne le lâche pas jusqu'à la satisfaction de ses besoins et souhaits avec comme objectif final obtenir la fameuse commission, et ce, après la transaction propriétaire-locataire.
Cette commission de l'ordre de 700 à 1.500 dirhams (1 Dh équivaut à 0,12 US dollar) explique l'engouement envers cette "profession".
Cet agent intermédiaire n'hésite surtout pas de vous "biper" lorsqu'il estime avoir flairé pour le client la bonne affaire et lui signaler avoir dépensé tant de dirhams pour contacter les propriétaires de logements. Ce subterfuge est utilisé afin d'inciter le demandeur à effectuer le rechargement de sa puce de téléphone en unités.
En raison d'une interconnexion incroyable entre les différents samsars, certaines agences immobilières ont mis la clé sous la porte (faillite). Ils ont, en effet, mis en place un véritable lobby qui impose sa loi sur le marché de l'immobilier. Et il n'est pas rare d'assister à des altercations entre eux, ou contre des samsarates (même les femmes activent dans ce domaine). Parfois, ils en arrivent presque aux mains quand un samsar franchit le territoire d'un autre pour s'approprier un quartier, un client ou lorsque le partage de la commission n'est pas équitable dans une transaction collective.
La concurrence est effectivement rude dans cette filière très prisée. Si cette activité a pris de l'ampleur à Rabat et dans la plupart des villes marocaines, c'est en raison des faibles revenus de ces hommes qui exercent déjà une autre profession (gardiens d'immeubles, concierges, gardiens de parkingà).
Le "métier" de samsar leur permet d'arrondir leurs fins de mois et subvenir aux besoins de leurs familles dans une capitale excessivement chère pour la grande partie des Marocains.
La demande de location étant très importante, notamment de la part des étrangers (diplomates, hommes d'affaires, touristesà), cette activité ne cesse de prendre de l'ampleur car les futurs locataires préfèrent de plus en plus solliciter les services des samsars au lieu de ceux des agences immobilières qui se limitent à la location de villas dans des quartiers huppés et pratiquent une commission égale au prix d'un mois de loyer (à partir de 50.000 Dh).
Le métier de Driss, Sahraoui, Ahmed et les autres n'est pas prêt de s'estomper. Bien au contraire, il prend de plus en plus d'ampleur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.