Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'immobilier à Rabat dominé par le "lobby" des samsars
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 09 - 2010

Louer ou acheter un logement à Rabat-ville n'est pas une mince affaire. Pour trouver une location dans la capitale du royaume du Maroc, il faut passer ou demander l'aide et le support d'un intermédiaire incontournable, le fameux samsar (agent intermédiaire dans l'immobilier).
Un samsar au Maroc, c'est l'équivalent d'une agence immobilière ambulante possédant des ramifications inimaginables. A partir d'un téléphone portable, il contrôle tout l'immobilier de Rabat. Dès qu'il est sollicité, il accapare le client et ne le lâche pas jusqu'à la satisfaction de ses besoins et souhaits avec comme objectif final obtenir la fameuse commission, et ce, après la transaction propriétaire-locataire.
Cette commission de l'ordre de 700 à 1.500 dirhams (1 Dh équivaut à 0,12 US dollar) explique l'engouement envers cette "profession".
Cet agent intermédiaire n'hésite surtout pas de vous "biper" lorsqu'il estime avoir flairé pour le client la bonne affaire et lui signaler avoir dépensé tant de dirhams pour contacter les propriétaires de logements. Ce subterfuge est utilisé afin d'inciter le demandeur à effectuer le rechargement de sa puce de téléphone en unités.
En raison d'une interconnexion incroyable entre les différents samsars, certaines agences immobilières ont mis la clé sous la porte (faillite). Ils ont, en effet, mis en place un véritable lobby qui impose sa loi sur le marché de l'immobilier. Et il n'est pas rare d'assister à des altercations entre eux, ou contre des samsarates (même les femmes activent dans ce domaine). Parfois, ils en arrivent presque aux mains quand un samsar franchit le territoire d'un autre pour s'approprier un quartier, un client ou lorsque le partage de la commission n'est pas équitable dans une transaction collective.
La concurrence est effectivement rude dans cette filière très prisée. Si cette activité a pris de l'ampleur à Rabat et dans la plupart des villes marocaines, c'est en raison des faibles revenus de ces hommes qui exercent déjà une autre profession (gardiens d'immeubles, concierges, gardiens de parkingà).
Le "métier" de samsar leur permet d'arrondir leurs fins de mois et subvenir aux besoins de leurs familles dans une capitale excessivement chère pour la grande partie des Marocains.
La demande de location étant très importante, notamment de la part des étrangers (diplomates, hommes d'affaires, touristesà), cette activité ne cesse de prendre de l'ampleur car les futurs locataires préfèrent de plus en plus solliciter les services des samsars au lieu de ceux des agences immobilières qui se limitent à la location de villas dans des quartiers huppés et pratiquent une commission égale au prix d'un mois de loyer (à partir de 50.000 Dh).
Le métier de Driss, Sahraoui, Ahmed et les autres n'est pas prêt de s'estomper. Bien au contraire, il prend de plus en plus d'ampleur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.