Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs pays appellent l'ONU à permettre au Sahara occidental l'exercice de son droit à l'autodétermination
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 10 - 2010

NEW YORK (Nations unies) - Plusieurs pays ont appelé l'ONU à permettre au Sahara occidental l'exercice de son droit à l'autodétermination et à la protection des droits de l'Homme des Sahraouis, tout en appuyant les efforts de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, M. Christopher Ross. Intervenant lors des débats en plénière tenus dans le cadre de la 4e Commission des questions de décolonisation des Nations unies à New York, l'ambassadeur permanent du Nigeria à l'ONU, M. Augustine Ugochukwu Nwosa, a attiré l'attention des délégués sur la situation prévalant au Sahara occidental et souligné que son pays, à l'instar de plusieurs autres Etats africains qui reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique (RASD), appuyaient les efforts de l'ONU pour trouver une solution durable au conflit de même que le travail de la MINURSO.
M. Nwosa a soutenu que seule la tenue d'un référendum d'autodétermination du peuple du Sahara occidental représentait une option viable.
Pour lui, "le droit à l'autodétermination et à l'indépendance devrait être exercé de manière transparente et ne saurait dépendre de la seule volonté de l'occupant dont la loyauté aux puissances colonisatrices n'est plus à démontrer".
Intervenant au nom des 15 pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le représentant permanent de la Namibie, M. Wilfried I. Emvula, a rappelé que l'Assemblée générale de l'ONU avait toujours soutenu le droit à l'autodétermination du Sahara occidental. En conséquence, la SADC "appelle au respect de ce droit et à l'option d'un référendum sous contrôle des Nations unies".
Evoquant les graves violations des droits de l'Homme du peuple sahraoui, le représentant namibien a demandé que le Conseil de sécurité élargisse le mandat de la MINURSO aux questions liées au suivi et au respect de cette question, et que le HCR soit plus impliqué sur le terrain.
La SADC comprend l'Afrique du Sud, Angola, Mozambique, Botswana, Lesotho, Ile Maurice, Seychelles, République démocratique du Congo (RDC), Zambie, Zimbabwe, Malawi, Tanzanie, Swaziland, Madagascar et la Namibie.
De son côté, le représentant permanent du Lesotho, M. Motlatsi Ramafole, a affirmé que la colonisation n'avait plus de place dans le monde actuel et qu'elle ne servait qu'à exacerber les antagonismes.
Déplorant le conflit continu entre le Maroc et le Sahara occidental, il a affirmé que le gouvernement du Lesotho souhaitait une solution politique, juste et durable qui passe par un Sahara occidental indépendant, mettant l'accent sur la "noble responsabilité de la communauté internationale de parvenir à la décolonisation".
Prenant part à ces débats, l'ambassadeur tanzanien à l'ONU, M. Seif Ali Idd, a constaté avec regret que le Sahara occidental restait le seul pays africain n'ayant toujours pas obtenu son indépendance.
Appelant à l'urgence de mettre un terme à ce ''triste chapitre de l'histoire du continent'', il a souligné que la Tanzanie appuyait la position exprimée par la déclaration de la session spéciale de l'Union africaine en faveur de la tenue d'un référendum au Sahara occidental de manière à permettre au peuple sahraoui de décider librement de son avenir.
Invitant les deux parties au conflit à poursuivre les négociations sans conditions préalables, il a demandé que le Conseil de sécurité inclue le suivi des droits de l'Homme dans le mandat de la MINURSO.
Lors de cette session, le représentant permanent de l'Uruguay, M. José Luis Cancela, a également tenu à faire une intervention afin de relever que
pour la question du Sahara occidental, il était essentiel de continuer à appuyer le secrétaire général et son envoyé personnel pour que les discussions entre le Maroc et le Front Polisario reprennent au plus tôt.
En outre, il a souhaité que le Sahara occidental puisse exercer son droit à l'autodétermination.
Pour leur part, les représentants respectifs du Nicaragua et de la Bolivie, Mme Maria Rubiales de Chamorro et M. Javier Loayza Barea, ont souligné qu'ils étaient solidaires de la cause du peuple sahraoui et de sa lutte pour l'autodétermination.
Mettant en exergue le parallèle entre l'histoire de son pays et celle du Sahara occidental, la représentante permanente du Timor oriental auprès de l'ONU, Mme Elda Santos, a regretté que les négociations sur le Sahara occidental soient toujours dans l'impasse.
Elle a également rappelé que des liens s'étaient tissés entre les dirigeants timorais et sahraouis. Ce dont témoigne l'ouverture d'une ambassade de la RASD en 2010 à Dili, a-t-elle dit.
''Le Timor oriental appuie la lutte pour l'autodétermination des Sahraouis, position qui s'aligne sur celles des organisations régionales, en particulier
de l'Union africaine, et sur l'avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) et des Nations unies, qui reconnaissent clairement ce droit'', a-t-elle précisé.
Les débats de la 4ème Commission onusienne chargée de la décolonisation prendront fin lundi prochain et devront être suivis par l'adoption d'un projet de résolution sur la question du Sahara occidental qui sera soumis à l'Assemblée générale de l'ONU en décembre prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.