Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Transition : la mort de l'article 102    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Le président Trump effectue une visite au Japon    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Sonatrach peut-elle s'en passer?    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Que faire?    Le Hirak libère les énergies    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Signature imminente de Fékir?    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs pays appellent l'ONU à permettre au Sahara occidental l'exercice de son droit à l'autodétermination
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 10 - 2010

NEW YORK (Nations unies) - Plusieurs pays ont appelé l'ONU à permettre au Sahara occidental l'exercice de son droit à l'autodétermination et à la protection des droits de l'Homme des Sahraouis, tout en appuyant les efforts de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, M. Christopher Ross. Intervenant lors des débats en plénière tenus dans le cadre de la 4e Commission des questions de décolonisation des Nations unies à New York, l'ambassadeur permanent du Nigeria à l'ONU, M. Augustine Ugochukwu Nwosa, a attiré l'attention des délégués sur la situation prévalant au Sahara occidental et souligné que son pays, à l'instar de plusieurs autres Etats africains qui reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique (RASD), appuyaient les efforts de l'ONU pour trouver une solution durable au conflit de même que le travail de la MINURSO.
M. Nwosa a soutenu que seule la tenue d'un référendum d'autodétermination du peuple du Sahara occidental représentait une option viable.
Pour lui, "le droit à l'autodétermination et à l'indépendance devrait être exercé de manière transparente et ne saurait dépendre de la seule volonté de l'occupant dont la loyauté aux puissances colonisatrices n'est plus à démontrer".
Intervenant au nom des 15 pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le représentant permanent de la Namibie, M. Wilfried I. Emvula, a rappelé que l'Assemblée générale de l'ONU avait toujours soutenu le droit à l'autodétermination du Sahara occidental. En conséquence, la SADC "appelle au respect de ce droit et à l'option d'un référendum sous contrôle des Nations unies".
Evoquant les graves violations des droits de l'Homme du peuple sahraoui, le représentant namibien a demandé que le Conseil de sécurité élargisse le mandat de la MINURSO aux questions liées au suivi et au respect de cette question, et que le HCR soit plus impliqué sur le terrain.
La SADC comprend l'Afrique du Sud, Angola, Mozambique, Botswana, Lesotho, Ile Maurice, Seychelles, République démocratique du Congo (RDC), Zambie, Zimbabwe, Malawi, Tanzanie, Swaziland, Madagascar et la Namibie.
De son côté, le représentant permanent du Lesotho, M. Motlatsi Ramafole, a affirmé que la colonisation n'avait plus de place dans le monde actuel et qu'elle ne servait qu'à exacerber les antagonismes.
Déplorant le conflit continu entre le Maroc et le Sahara occidental, il a affirmé que le gouvernement du Lesotho souhaitait une solution politique, juste et durable qui passe par un Sahara occidental indépendant, mettant l'accent sur la "noble responsabilité de la communauté internationale de parvenir à la décolonisation".
Prenant part à ces débats, l'ambassadeur tanzanien à l'ONU, M. Seif Ali Idd, a constaté avec regret que le Sahara occidental restait le seul pays africain n'ayant toujours pas obtenu son indépendance.
Appelant à l'urgence de mettre un terme à ce ''triste chapitre de l'histoire du continent'', il a souligné que la Tanzanie appuyait la position exprimée par la déclaration de la session spéciale de l'Union africaine en faveur de la tenue d'un référendum au Sahara occidental de manière à permettre au peuple sahraoui de décider librement de son avenir.
Invitant les deux parties au conflit à poursuivre les négociations sans conditions préalables, il a demandé que le Conseil de sécurité inclue le suivi des droits de l'Homme dans le mandat de la MINURSO.
Lors de cette session, le représentant permanent de l'Uruguay, M. José Luis Cancela, a également tenu à faire une intervention afin de relever que
pour la question du Sahara occidental, il était essentiel de continuer à appuyer le secrétaire général et son envoyé personnel pour que les discussions entre le Maroc et le Front Polisario reprennent au plus tôt.
En outre, il a souhaité que le Sahara occidental puisse exercer son droit à l'autodétermination.
Pour leur part, les représentants respectifs du Nicaragua et de la Bolivie, Mme Maria Rubiales de Chamorro et M. Javier Loayza Barea, ont souligné qu'ils étaient solidaires de la cause du peuple sahraoui et de sa lutte pour l'autodétermination.
Mettant en exergue le parallèle entre l'histoire de son pays et celle du Sahara occidental, la représentante permanente du Timor oriental auprès de l'ONU, Mme Elda Santos, a regretté que les négociations sur le Sahara occidental soient toujours dans l'impasse.
Elle a également rappelé que des liens s'étaient tissés entre les dirigeants timorais et sahraouis. Ce dont témoigne l'ouverture d'une ambassade de la RASD en 2010 à Dili, a-t-elle dit.
''Le Timor oriental appuie la lutte pour l'autodétermination des Sahraouis, position qui s'aligne sur celles des organisations régionales, en particulier
de l'Union africaine, et sur l'avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) et des Nations unies, qui reconnaissent clairement ce droit'', a-t-elle précisé.
Les débats de la 4ème Commission onusienne chargée de la décolonisation prendront fin lundi prochain et devront être suivis par l'adoption d'un projet de résolution sur la question du Sahara occidental qui sera soumis à l'Assemblée générale de l'ONU en décembre prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.