Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Gauche européenne appelle à un référendum d'autodétermination au Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 12 - 2010

Le 3e congrès de la Gauche européenne a réitéré sa solidarité "agissante" avec le peuple sahraoui pour le parachèvement du processus de décolonisation du Sahara occidental et appelé à l'application, dans "les plus brefs délais", des résolutions du Conseil de sécurité pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui. Dans une résolution sur le Sahara occidental, adoptée au terme de ses travaux qui ont pris fin dimanche soir à Paris, le congrès a en outre réitéré son "soutien à la lutte légitime du Front Polisario" pour l'application de ce droit. Le Sahara occidental, a souligné la Gauche européenne, est un territoire "non-autonome", placé sous les auspices de l'Onu, et affirmé que ce territoire est "militairement occupé par le Maroc" et que "les autorités marocaines y installent délibérément des colons pour porter atteinte à l'intégrité culturelle du peuple sahraoui et favoriser le pillage de ses ressources naturelles".
Le congrès a appelé également à l'élargissement des prérogatives de la Minurso à la surveillance et au respect des droits de l'homme au Sahara occidental, tout comme il a appelé à libération de tous les prisonniers politiques sahraouis et à "déterminer les responsabilités pénales du roi du Maroc et de son gouvernement dans les actes criminels commis dans ce territoire occupé".
Les participants ont également dénoncé également "le silence du gouvernement espagnol et de l'Union européenne face à la violence exercée par les forces d'occupation marocaine dans le territoire occupé du Sahara occidental" et appelé le Conseil de l'Europe à geler l'accord d'association Maroc-UE "jusqu'à que le royaume du Maroc respecte la clause 2 de l'accord sur les droits de l'homme".
L'accord de pêche, ont-ils en outre insisté, "ne doit pas inclure les eaux territoriales sahraouies, en application de la légalité internationale", car, ont-ils rappelé, "ces eaux territoriales n'appartiennent pas au Maroc". "Les terribles événements qui ont coïncidé avec le criminel démantèlement des campements de Gdeim Izik près d'El-Ayoun et le refus des autorités d'occupation marocaines d'autoriser l'accès de la presse internationale, des observateurs et des élus européens, nous oblige à réaffirmer notre solidarité au peuple sahraoui", ont affirmé par ailleurs les participants qui se sont engagés à diffuser dans leur pays respectifs "toutes les informations révélant la répression criminelle commise contre le peuple sahraoui".
"Le gouvernement espagnol doit assumer ses responsabilités dans la gestion du processus de décolonisation du Sahara occidental tout comme l'Europe qui doit, de son côté, avoir un rôle actif dans l'accompagnement et la surveillance de ce processus", ont conclu les représentants de la Gauche européenne dans leur résolution.
Les travaux de la Gauche européenne, qui ont duré trois jours, se sont déroulés en présence d'une délégation du Front Polisario conduite par Omar Mansour, membre du secrétariat national du front et représentant diplomatique en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.