Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    Covid19: opérations de rapatriement d'Algériens bloqués à l'étranger dès samedi    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    MESURES CONTRE LE COVID-19 A TIARET : La police salue la compréhension des citoyens    BECHAR : Démantèlement d'un réseau transnational de trafic de drogues    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des experts algériens à propos de la politique économique du gouvernement
« Nous sommes en train de payer le prix de la mauvaise gouvernance »
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2008

Les orientations économiques du gouvernement et les mesures prises depuis le retour de Ahmed Ouyahia à la chefferie du gouvernement continuent de susciter débats et commentaires.
Hier, des experts, patrons et représentants de partis politiques ont souligné les errements ayant caractérisé les choix économiques du pays, notamment ce qui a trait aux investissements étrangers, et ce, lors d'une rencontre organisée au forum d'El Moudjahid à Alger. « Nous sommes en train de payer la mauvaise gouvernance », dira le consultant en économie industrielle, Réda Amrani, pour qui « le plan de relance économique manque de suivi ».
M. Amrani n'a pas manqué de relever toutes les facilités accordées aux opérateurs étrangers, citant les cas d'Orascom à qui on a confié des centrales électriques et celui d'Ispat dont le contrat contient une clause interdisant à l'Etat d'investir dans la sidérurgie pendant 10 ans ! « Du jamais-vu ailleurs », clame-t-il, « alors que des pays comme le Japon et bien d'autres encore protègent leurs investissements publics ». Pis, dira M. Amrani, dans le cas du métro d'Alger, « on est allés jusqu'à créer des problèmes et beaucoup de retard aux entreprises algériennes afin de justifier le recours aux entreprises étrangères ». Tout en estimant que les investissements étrangers « sont bâtis sur la rente » et ne font guère appel aux algériens en termes d'engineering. M. Amrani a indiqué qu'il faut désormais imposer la règle des 50% afin de faire une plus-value locale, citant au passage l'exemple de la Corée du Sud qui dispose d'une loi sur l'engineering datant de 1969, selon ses dires.
Pour ce consultant, « il faut faire le bilan et essayer de corriger la machine », tout en plaidant pour les investissements futurs d'associer les entrepreneurs nationaux et les chambres de commerce. « Nous sommes dans une bulle économique alimentée par la rente pétrolière, il faut revenir à la politique d'investissements productifs de richesses », a-t-il conclu. Le président du Conseil national consultatif pour la promotion de la PME, Zaïm Bensaci, a pour sa part, plaidé pour plus de moyens à mettre à la disposition des PME, suggérant de leur consacrer 1% du PIB pour leur développement. Comme il a plaidé pour la sous-traitance des champions nationaux publics et privés au profit des PME. Tout en estimant qu'il faut aider et protéger les opérateurs nationaux et exiger des contrats de performance pour les gestionnaires des entreprises publiques, M. Bensaci a estimé que « ceux qui ont géré les monopoles ne peuvent gérer aujourd'hui la libéralisation ». « C'est un problème de structure mentale », a-t-il ironisé. Idris Yalaoui, PDG du Groupe industriel Liège Algérie, a quant à lui, estimé que les pouvoirs publics « n'ont pas analysé suffisamment les besoins de la PME pour savoir quoi lui donner », relevant que le travail de mise à niveau des PME du 1er programme MEDA est un « échec ». Pour lui, si les PME algériennes sont développées, cela se traduirait par l'abondance des produits locaux, leur part dans les exportations et dans les investissements.
Or, fera-t-il remarquer, « la production nationale est remplacée par des produits étrangers parfois douteux, les exportations dépendent encore des hydrocarbures et les investisseurs sont étrangers ». Et pour mieux illustrer cet état de fait et la déliquescence ayant atteint des secteurs qui auraient pu prospérer, M. Yalaoui a indiqué que l'Algérie est arrivée jusqu'à importer des bouchons en liège pour les bouteilles de vin. Enfin, le député et représentant du parti des travailleurs, Ramdane Taazibt, a indiqué que le bureau de l'APN, a écrit au chef du gouvernement pour ouvrir un débat sur le bilan des privatisations. Tout en fustigeant l'accord d'association avec l'Union européenne et les « aventuriers » qui plaident pour la création de fonds souverains, le représentant du PT a estimé qu'il faut « rouvrir les entreprises fermées ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.