La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salim Aggar (Documentariste) : « Il faut ouvrir les salles de cinéma pour financer le cinéma algérien »
Publié dans El Watan le 24 - 09 - 2008

Le réalisateur et journaliste Salim Aggar a su s'imposer sur la scène cinématographique algérienne par son sérieux et son professionnalisme. Dans cet entretien, l'artiste revient sur la suite de son documentaire ça tourne à Alger, sur sa vision du cinéma algérien et sur ses nombreux projets.
Après Ça tourne à Alger, un film documentaire sur les difficultés du cinéma algérien durant la décennie noire, vous vous apprêtez à monter la suite du documentaire Ça tourne à Alger 2. Une production consacrée à quatre réalisateurs algériens issus de l'immigration. Pourquoi ce choix ?
C'est une suite logique du documentaire, puisque j'avais filmé, entre 2001 et 2005, les tournages de certains réalisateurs franco-algériens à Alger, c'est le cas notamment pour Yamina Benguigui, Nadir Moknache, Djamel Bensaleh et Lyes Merzak Allouache. Donc il était tout à fait normal que ce documentaire se fasse aujourd'hui.
A travers ce documentaire, vous mettez en avant-plan le combat de ces réalisateurs ?
Pas spécialement, l'objectif est de montrer que malgré la distance, les réalisateurs franco-algériens sont attachés à leur pays et Alger est souvent leur source d'inspiration. Certains réalisateurs savent bien le rendre, d'autres essayent de tirer profit. Alger est une ville belle qui envoûte les réalisateurs et chacun la filme à sa façon. Je pense que Djamel Bensalah et Nadir Moknache sont plus visuels, alors que Merzak Allouache et Yamina Benguigui sont plus axés sur les psychologies des personnages et de leur entourage.
Vous avez choisi de pimenter votre documentaire d'anecdotes et d'images inédites ?
Effectivement, il y a beaucoup d'anecdotes, et d'images inédites. Certaines personnes dans le film sont même aujourd'hui mortes, comme Jean Claude Brialy ou encore Toskan du plantier. Mais l'essentiel est qu'on va garder le principe du Making-Of, et contrairement au premier volet, il y aura moins d'interviews, mais plus d'images brutes qui présentent la situation sur les lieux de tournage. Il y aura également une présentation de la situation cinématographique entre l'Algérie et la France, avec notamment des images des frères Lumière, (les inventeurs du cinémascope) qui avaient filmé Alger au début du siècle. Il faut noter que malgré la colonisation, il y a eu très peu de films français tournés en Algérie à cette époque. Après l'indépendance, plusieurs réalisateurs français et algéro-français ont fait des films en Algérie, et plus principalement sur Alger.
Vous détenez des images inédites sur le passage à Alger, en 2004, du regretté réalisateur égyptien Youcef Chahine. Serait-il le thème de votre prochain documentaire ?
Tout à fait, j'ai suivi la venue de Youcef Chahine durant 3 jours et j'ai même fait une interview avec lui, mais je ne savais pas que c'était la dernière fois que je le voyais. Sa disparition va laisser un grand vide dans le cinéma arabe et africain. Je compte d'ailleurs lui rendre hommage à travers ce documentaire. Mais cette matière ne suffit pas pour faire un documentaire à l'image du grand réalisateur qu'était Youcef Chahine, il faudra donc des compléments de tournages en Egypte. Une équipe sera envoyée à cet effet en novembre, une fois la production fidélisée.
Vos documentaires sont focalisés sur le cinéma, comptez-vous vous attaquer à d'autres sujets ou faire éventuellement de la fiction ?
Oui, mais il me reste encore deux volets sur le cinéma algérien à compléter, l'un sur Mohamed Lakhdar Hamina et l'autre sur la guerre d'Algérie au cinéma. J'ai mis 6 ans pour produire ça tourne à Alger. Je mettrai beaucoup moins de temps pour faire les autres documentaires, parce que la machine est lancée ; mais l'essentiel pour moi, c'est de garder le rythme de la qualité. La guerre d'Algérie et le Monde arabe sont, entre autres, des sujets de documentaires à mettre en boîte. Pour la fiction, je ne suis pas pressé. Je ferai un court-métrage pour la forme peut-être, ensuite on verra.
Vous vous attelez depuis quelques années à l'écriture d'un livre sur le cinéma algérien. Où en est votre projet ?
Il est toujours en cours. Ecrire un livre n'est pas une chose aisée, surtout quand il s'agit d'un livre d'histoire, puisque mon ouvrage est un dictionnaire des films et des cinéastes algériens. Il faut savoir que ma qualité de fonctionnaire ne me permet pas de me consacrer totalement à l'ouvrage. Et ma priorité va vers mon travail de fonctionnaire. Donc je consacre mes week-ends à faire des recherches et à l'écriture.
Quel regard portez-vous sur la situation dans laquelle se démène le cinéma algérien ?
Ceux qui me connaissent vous diront que Salim Aggar a un regard pessimiste et dur sur le cinéma algérien. Je vais être un peu moins sévère cette fois et dire qu'il faut ouvrir des salles pour que le cinéma algérien reprenne de sa splendeur. D'ailleurs, je profite de cette occasion pour saluer l'action de la ministre, Khalida Toumi, qui a décidé de fermer les cabarets de l'OREF. C'est un premier pas pour aboutir à une meilleure promotion de la culture, en général, et du cinéma, en particulier. J'ai été surpris que mon ami Lyes Salem ait trouvé 11 salles de cinéma pour projeter ses films. Mais quand j'ai vu le programme, j'ai constaté que le film était finalement projeté dans des cinémathèques et des maisons de culture. Ce qui est bien en somme, mais ce n'était pas la fonction de ces espaces. Il faut donc ouvrir les salles commerciales pour financer le cinéma et rendre sa place au 7e art algérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.