«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le musellement continue dans l'impunité absolue »
Classement mondial de la liberté de la presse pour 2008
Publié dans El Watan le 25 - 10 - 2008

Dans son rapport pour l'année 2008 publié le 22 octobre, intitulé « Dans le monde de l'après-11 septembre, seule la paix protège les libertés », l'ONG Reporters sans frontières (RSF) a noté que l'enseignement principal tiré du classement de 2008 est que la garantie de la liberté de la presse est beaucoup plus assurée par la paix que par la prospérité économique.
« Les démocraties engagées dans des conflits hors de leur territoire, comme les Etats-Unis ou Israël, perdent chaque année davantage de places ; plusieurs pays émergeants, notamment d'Afrique ou des Caraïbes, garantissent de mieux en mieux la liberté des médias. » Pour l'ONG, ce rapport présente une nouvelle fois en dernière place le « trio infernal » : Turkménistan (171e), Corée du Nord (172e), Erythrée (173e) et que « le comportement de la communauté internationale envers des régimes autoritaires comme Cuba (169e) ou la Chine (167e) n'est pas assez efficace pour donner des résultats ». RSF a noté par ailleurs que depuis le 11 septembre 2001, « les grandes démocraties sont déstabilisées et placées sur la défensive, grignotant peu à peu l'espace des libertés. Les dictatures les plus puissantes économiquement revendiquent leur autoritarisme avec arrogance, profitant des divisions de la communauté internationale et des ravages des guerres menées au nom de la lutte contre le terrorisme. Les tabous religieux ou politiques s'imposent chaque année davantage à des pays qui avançaient auparavant sur la voie de la liberté ». Dans ce contexte, « le musellement général » à l'œuvre dans les pays « fermés » au monde, « dirigés par les pires prédateurs de la liberté de la presse », continue dans une « absolue impunité » à mesure que les organisations internationales, comme l'ONU, « perdent » toute autorité sur leurs membres. « Cette dérive mondiale donne d'autant plus de relief aux petits pays économiquement faibles qui garantissent malgré tout à leur population le droit de n'être pas du même avis que le gouvernement et de le dire publiquement ». Ainsi, sur la liste de l'année 2008, les 20 premières places sont occupées par des pays européens (à l'exception de la Nouvelle Zélande et du Canada), mais également certains pays d'Amérique centrale et des Caraïbes. Les 21e et 22e places sont occupées par la Jamaïque et le Costa Rica, suivis de la Hongrie à la 23e position.
RSF fait constater le classement des petits pays caribéens comme le Surinam ( 26e), Trinidad et Tobago (à la 27e place). Ces petits pays caribéens sont mieux positionnés que la France, qui occupe la 35e place, reculant de quatre points depuis l'année 2007, ou encore l'Espagne à la 36e position et l'Italie à la 44e place, deux pays toujours confrontés à la violence « mafieuse ou politique ». Les Etats-Unis occupent pour leur part la 36e place sur le continent américain et la 119e mondialement ; Israël est classé 46e sur le territoire israélien, 149e hors territoire mondialement où, pour la première fois depuis 2003, un journaliste palestinien a été tué par des tirs de l'armée. Les pays qui clôturent la liste de RSF sont « des dictatures plus ou moins déguisées, où des dissidents ou des journalistes réformateurs parviennent à fissurer le carcan dans lequel on les contraint à vivre ». L'organisation a cité le cas de la Chine à la 167e place, en rappelant l'incarcération de Hu Jia et de nombreux autres dissidents ou journalistes. La violence et les conflits armés ont fait reculer de nombreux pays en matière de liberté de la presse. C'est le cas de l'Irak classé 158e, du Pakistan (152e), de l'Afghanistan (156e) ou de la Somalie (153e), des pays qui, selon l'ONG, restent des « zones noires » de la presse.
« Les enfers immobiles » sont, pour l'ONG, la Tunisie de Zine El Abidine Ben Ali classée143e, la Libye de Mouammar Kadhafi (160e) le Bélarus d'Alexandre Loukachenko (154e) la Syrie de Bachar El-Assad (159e) ou la Guinée équatoriale de Teodoro Obiang Nguema (156e). Dans le classement, a déclaré RSF, existent des pays qui hésitent entre « répression et libéralisation, où les tabous restent inviolables (...). Des législations liberticides au Sénégal (86e) ou en Algérie (121e) envoient régulièrement des journalistes en prison, en violation des standards démocratiques prônés par l'ONU ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.