Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie à la honteuse 141e place
Rapport annuel de RSF 2009 en matière de liberté de la presse
Publié dans El Watan le 02 - 01 - 2010

Visiblement, les rapports établis par les différentes organisations et institutions internationales placent l'Algérie dans de très mauvaises positions.
Comme dans tous les autres domaines (éducation, lutte contre la corruption, développement, liberté politique), l'Algérie fait mauvaise figure en matière de respect de la liberté de la presse. Le rapport annuel 2009 de l'organisation de la défense de la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF), classe l'Algérie à la 141e place sur une liste de 171 pays classés, avec la très mauvaise note de 49,56. Elle rejoint ainsi les pays où la liberté de la presse est sérieusement bafouée. Avec ce nouveau classement, l'Algérie recule de 20 places par rapport à 2008 et se rapproche ainsi dangereusement du club des pays les plus hostiles à la liberté d'expression.Une position inconfortable qui reflète l'état inquiétant où évoluent les professionnels de l'information dans notre pays. L'Algérie reste l'un des rares pays au monde où l'Etat garde encore le monopole sur le champ de l'audiovisuel. Le chef de l'Etat demeure le véritable « rédacteur en chef » de l'unique. La presse privée est soumise à une pression permanente notamment avec le fameux article 144 bis du code pénal, instauré depuis le 17 juin 2001, criminalisant le délit de presse. Un affligeant obstacle pour le libre exercice du métier de journalisme.
Le rapport de l'ONG de défense de la liberté de la presse, RSF, rendu public le dernier jour de l'année qui vient de s'écouler, dénonce un harcèlement judiciaire qui s'abat sur les journalistes et patrons de presse. « Quand les puissants ne font pas arrêter les journalistes, ils les harcèlent par des plaintes en série devant les tribunaux. En Algérie, le directeur de publication du quotidien El Watan,Omar Belhouchet, a reçu, à lui seul cette année 15 convocations devant les juges », peut-on lire dans le communiqué de Reporters sans frontières. La presse indépendante en Algérie qui a été présentée comme la plus libre dans le monde arabe en matière de liberté, durant les premières années de l'ouverture politique et médiatique, ne cesse de subir des coups de boutoir donnés par le pouvoir politique. L'Algérie n'est plus cet exemple à suivre, bien au contraire. Parmi les Etats du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, elle est classée loin derrière le Koweït, le Liban, les Emirats arabes unis, le Qatar, la Mauritanie, Oman, Bahreïn et le Maroc. En Afrique, notre pays occupe la honteuse 41e place. Elle fait partie des neuf pays d'Afrique les plus hostiles à la liberté de la presse, avec l'Egypte, le Soudan, la Tunisie, la Libye, le Rwanda, la Guinée équatoriale, la Somalie et l'Erythrée qui, elle, ferme la marge du classement mondial. Les pays nordiques, (Danemark, Finlande, Irlande, Norvège, Suède), occupent respectivement les cinq premières places. Le Viêt-nam, le Yémen, la Chine, le Laos, Cuba, la Birmanie, l'Iran, le Turkménistan, la Corée du Nord et l'Erythrée sont les dix derniers pays dans le classement de rapport annuel de Reporters sans frontières.
76 journalistes assassinés dans le monde en 2009
Par ailleurs, 2009 est sans doute l'année la plus meurtrière pour les journalistes. Pas moins de 76 journalistes assassinés, soit une augmentation de 26% par rapport à l'année 2008. « Moins connus de l'opinion publique internationale que les grands reporters, ce sont pourtant ces journalistes locaux qui paient, chaque année, le prix le plus lourd pour garantir notre droit à être informés sur les conflits, la corruption ou la destruction de l'environnement », a déploré Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières. L'emprisonnement fait partie du quotidien des journalistes. Au moins 167 journalistes sont emprisonnés dans le monde durant l'année 2009. « Il faut remonter au début des années 1990 pour trouver un nombre aussi important de journalistes emprisonnés dans le monde. Bien que le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d'expression ait maintes fois répété que la prison était une peine disproportionnée dans une affaire de presse, de nombreux gouvernements maintiennent de telles sanctions dans la loi, et en abusent », note le rapport de RSF.
2009 en chiffres*
76 journalistes tués (+26% par rapport à 2008)
33 journalistes enlevés
573 journalistes arrêtés, 1456 agressés ou menacés
570 médias censurés
157 journalistes ont fui leur pays
1 blogueur mort en prison
151 blogueurs et Net-citoyens arrêtés
61 agressés
60 pays touchés par la censure d'Internet
*Source RSF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.