La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aït Abdelmoumène (Tizi N'Tlata) : Un village qui se cherche
Publié dans El Watan le 27 - 10 - 2008

Les habitants du village Aït Abdelmoumène, dans la commune de Tizi N'Tlata, n'arrivent guère à voir le bout du tunnel. Situé à une trentaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou, ce village a une histoire lointaine de fait, qu'il se cherche.
Aujourd'hui, après moult bouleversements administratifs il a été relégué au rang d'une simple bourgade alors que, jadis, il regroupait trois communes. Historiquement, Aït Abdelmoumène faisait partie, avant 1940, selon un quadragénaire de la région, du douar d'Aït Aïssi, rattaché, à cette époque, à la commune mère de Fort national. En 1947, après les élections générales organisées par le colonialisme français, le territoire d'Aït Abdelmoumène a été découpé en trois communes, à savoir Tadarth Oufella, Tassoukit, Ighil N'Aït Chilla. Toutefois, en 1956 à l'appel du FLN pour abandonner les postes de l'administration, les trois assemblées communales ont été dissoutes.
C'est ce qu'a poussé, sans doute, le colonialisme français à rattacher Aït Abdelmoumène à la commune des Ouadhias. Depuis 1984, elle dépend de la municipalité de Tizi N'Tlata, juste après la création de celle-ci. Notons que ce village de la Grande Kabylie renferme en son sein pas moins de 9000 h, soit plus de la moitié de la population de la commune. Depuis, sa situation n'a pas connu d'évolution. Mais, malheureusement, ce village reste, à ce jour, parmi les plus défavorisés de la wilaya de Tizi Ouzou. Pourtant, les atouts ne manquent pas pour se mettre en route vers... le développement. Des potentialités de tous genres sont laissées à l'abandon. En empruntant le chemin qui mène vers cette contrée, on a l'impression que l'on se perd au milieu des collines désertes. Quelques petits terrains défrichés, par-ci, par-là, sont exploitéspar des particuliers pour l'agriculture.
La réalité est souvent amère. Des villageois souffrent toujours le martyre. En dépit des politiques de développement et des programmes annoncés, tambour battant, par les pouvoirs publics, des milliers de citoyens n'arrivent pas à rompre avec un quotidien plein d'aléas. Tout est, semble-t-il, remis aux calendes grecques. Le chômage, la malvie et les soucis au quotidien sont le lot de ces pauvres gens, sans compter l'avenir qui s'annonce sombre avec le tarissement de l'émigration. Une émigration qui assurait jusque-là, un tant soit peu une certaine activité dans les hameaux de cette contrée de la Kabylie profonde. Et pour cause, la localité est dépourvue de plusieurs infrastructures de base en mesure d'alléger, un tant soit peu, les souffrances des habitants. Hormis trois écoles primaires, deux collèges, une annexe de mairie, un centre de santé sans moyens et une agence postale datant de l'ère coloniale, les citoyens de ce bourg sont privés de nombreuses infrastructures étatiques.
En somme, l'absence d'un lycée crée véritablement moult aléas aux élèves du cycle secondaire qui sont contraints de débourser, chaque jour, 50 DA pour rejoindre leurs classes, que ce soit à Maâtkas ou bien à Tizi N'Tlata. Par ailleurs, la localité dispose d'un foyer de jeunes mais celui-ci fonctionne seulement avec des bénévoles, et ce, faute de statuts. Des sportifs à la notoriété bien établie sont issus de cette région. Un club de football qui évolue dans la division de wilaya renferme en son sein une centaine de joueurs mais qui travaillent, hélas, dans des conditions intenables en raison surtout de l'inexistence de stade communal. Cela incite les « locaux » à recevoir en dehors de leurs bases. Enfin, dans le chapitre activités culturelles, l'association Tarbouche Mourad, qui a vu le jour en 1999, a fait émerger plusieurs jeunes talents dans le domaine du théâtre, notamment, comme elle assurait des formations de couture et d'informatique au profit des jeunes du village. Cependant, cette association a mis la clé sous le paillasson faute de subvention.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.