Le taux d'inflation à 1,8% en février    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Les cygnes blancs de 2020    Le confinement fait polémique    Blida: Le décompte macabre continue    L'Algérie reçoit un premier lot d'aide médicale de la Chine    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    Quelques bonnes adresses pour être livré à domicile    La Russie ouvre la porte à un accord avec l'Opep    La Russie annonce un nouveau traitement    "Aidez-nous en restant chez vous"    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    La direction d'Al Nasr dément tout contact avec Feghouli    Coronavirus - Ancelotti : "J'espère que cela nous changera tous"    45 nouveaux cas confirmés, dont 03 décès en Algérie    MOSTAGANEM : La gendarmerie saisit 10 quintaux de blé tendre    LUTTE CONTRE LE COVID-19 : Chorfi appelle au respect des règles de prévention    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Accidents de la circulation: 12 morts et 15 blessés durant les dernières 48 heures    L'Union des ordres des avocats dénonce "une violation flagrante des lois"    "Karim Tabbou souffre d'une paralysie partielle"    "C'est un acharnement politico-judiciaire"    Pour cause de la pandémie du Covid-19 : Le trafic aérien suspendu à 95% en Afrique    Tunisie : Le coronavirus n'a pas empêché les tensions entre les trois présidences    L'AIE tacle l'Arabie Saoudite et la Russie    Hamid Bessalah désigné président du conseil d'administration    Sofiane Nechma. Entraîneur de l'USM Blida : «Je reviens de loin»    Le MCO retournera à Bouakeul    NA Hussein Dey : Le Cas de l'entraîneur Bouali en stand-by    Expositions et concours en un clic !    "Night in Zeralda", un tube immortel    À la découverte de l'Opéra de Paris    Evènement marquant de la révolution à Constantine : Le procès du groupe des 21    Maison de la culture de Aïn Témouchent : Création d'une plateforme électronique pour les enfants    INSTINCT ET SOLIDARITE    Pour ceux qui le souhaitent: Un vol pour rapatrier «des citoyens américains» d'Algérie    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils nous ont quittés
Samuel Huntington, auteur du Choc des civilisations, n'est plus
Publié dans El Watan le 31 - 12 - 2008

Samuel Huntington, auteur du célèbre Choc des civilisations et considéré par ses pairs comme « l'un des plus influents politologues américains de ces cinquante dernières années », s'est éteint à l'âge de 81 ans.
Samuel Huntington est mort le 24 décembre à Martha's Vineyard (Massachusetts, nord-est), l'île où il passait ses étés depuis 40 ans. Ancien professeur au sein de cette prestigieuse université de la côte Est des Etats-Unis, Samuel Huntington n'avait cessé de donner des cours qu'en 2007, après 58 ans de bons et loyaux services. Diplômé à 18 ans d'une autre grande université américaine, Yale, il avait commencé à enseigner à Harvard, près de Boston (Massachusetts) où il vivait, à l'âge de 23 ans. Né le 18 avril 1927 à New York, il était l'auteur, co-auteur ou éditeur de 17 ouvrages et 90 articles scientifiques, sur la politique américaine, la démocratisation, la politique militaire, la stratégie, ou encore le développement. Il est surtout connu à l'étranger pour son best-seller, Le choc des civilisations, publié en 1996 et traduit dans 39 langues. Il y développe l'idée que dans le monde de l'après-guerre froide, les conflits violents n'opposeraient plus les Etats-nations mais naîtraient des différences culturelles et religieuses entre les grandes civilisations.
Il comptait parmi elles l'Occident (l'Europe de l'Ouest et les Etats-Unis), les civilisations latino-américaine, islamique, africaine, orthodoxe (autour de la Russie), hindoue, japonaise et sino-vietnamo-coréenne. « Je reste persuadé, disait-il en 2007 dans une interview à Islamica Magazine, que les identités, les affiliations et les antagonismes culturels ne joueront pas seulement un rôle, mais un rôle majeur dans les relations entre Etats. » Pour le professeur Stephen Rosen, spécialiste des affaires militaires et de sécurité nationale, « l'intelligence brillante de Samuel Huntington était reconnue par les universitaires et les hommes d'Etat qui avaient lu ses livres à travers le monde. Mais ceux qui le connaissaient l'aimaient car il combinait une loyauté féroce envers ses principes et ses amis et un plaisir à se confronter à ceux qui s'opposaient à ses idées. » Selon sa femme Nancy Arkelyan Huntington, avec qui il était marié depuis 51 ans, Samuel Huntington, dont le dernier livre Qui sommes nous ? Identité nationale et choc des cultures est paru en 2004, s'était toujours placé en politique du côté démocrate. Il avait travaillé à la Maison-Blanche pour le Conseil de sécurité nationale de Jimmy Carter en 1977 et 1978. Pour Timothy Colton, professeur à Harvard et spécialiste de la Russie, Samuel Huntington « était ancré dans la vie américaine et dans son identité américaine mais il a fini par s'attaquer à des questions beaucoup plus larges. » Ses dernières recherches portaient ainsi sur les liens entre religion et identités nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.