Le prix du masque ne "doit pas dépasser 15 dinars"    Débats sur fond de crise politico-sanitaire    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    8 nouveaux décés, les contaminations en hausse    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saison estivale à Béjaïa : L'affluence des estivants en diminution
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2018

La Protection civile a enregistré 2 673 000 estivants au cours des mois de juin et juillet 2018, contre 4 425 500 lors de la saison estivale de 2017 à la même période.
Le wali de Béjaïa par intérim, Toufik Mezhoud, a eu tort de prévoir une «saison estivale réussie» au début de l'été et avant l'heure des bilans. Les autorités locales n'ont pas été capables en tout cas de sécuriser les plages et de les débarrasser des parkingueurs hors-la-loi, de la mafia des parasols et des tables et d'empêcher l'agression d'un vacancier, qui est actuellement entre la vie et la mort.
Les mesures susceptibles de garantir des vacances sereines et qui ont été annoncées en grande pompe en juin dernier par l'administration ne se sont pas traduites sur le terrain jusque-là, ce qui rebute les familles en quête de villégiature dans la région. L'affluence des vacanciers sur les plages de Béjaïa a connu une baisse de 50% au cours des deux premiers mois de cette année estivale. Selon les chiffres qui ont été fournis par la direction de la Protection civile, 2 673 000 estivants ont fréquenté les plages de Béjaïa au cours des mois de juin et juillet 2018, contre 4 425 500 lors de la même période de la saison estivale de 2017.
Malgré la tendance haussière enregistrée la dernière semaine de juillet, ce chiffre ne risque pas d'exploser, ni de dépasser celui de l'année passée. Au mois de juin 2017, l'affluence était plus importante, avec 810 000 estivants, contre 405 000 enregistrés pour le même mois cette année. La même tendance ressort également pour le mois de juillet. En 2017, la PC a recensé 4 425 500 estivants, un chiffre qui a régressé de moitié cette année pour descendre à 2 268 000 baigneurs durant le même mois de juillet. D'après les précisions de la Protection civile, ce nombre pourrait reprendre, puisque les mêmes services ont noté une légère reprise de l'affluence la dernière semaine du mois de juillet.
En attendant de voir ce que sera le comportement des chiffres pour ce mois d'août, il faut savoir que parmi les facteurs rédhibitoires qui peuvent expliquer ce reflux de fréquentation des plages, il y a l'anarchie, qui fait le lit de l'insécurité. Elle est essentiellement l'œuvre des nouveaux maîtres des lieux, que sont les parkingueurs et la mafia des parasols et des tables, qui règnent sur ces espaces de détente.
Ils imposent leur diktat en exigeant des prix exagérés pour un «service» que le citoyen règle sous peine d'être passé à tabac et envoyé à l'hôpital. C'est ce qui est arrivé, pour rappel, à un estivant venu de Oued Souf, agressé sur une plage de Lota, et qui est actuellement au service de réanimation de l'hôpital Khellil Amrane. Ces nouveaux «gardiens» des plages évoluent dans l'impunité la plus totale et il est difficile de les déloger.
Ils sont certes désavoués par la population locale, notamment depuis la récente agression de Lota, mais les services de sécurité trouvent toujours des difficultés à éradiquer ces pratiques qu'on peut qualifier sans ambages de racket.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.