Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yasmina Khadra à Oran : «Mon roman Khalil fustige l'alliance entre le racisme et le terrorisme»
Publié dans El Watan le 24 - 08 - 2018

Yasmina Khadra a présenté, samedi dernier à Oran, son nouveau roman intitulé Khalil qui vient d'être publié aux éditions Casbah et Julliard. Dans une salle de conférence archicomble de l'hôtel Liberté, l'écrivain a animé une rencontre et a dédicacé son roman à des centaines de lecteurs.
Mohammed Moulessehoul (Yasmina Khadra), 63 ans, a encore une fois fait du terrorisme le sujet d'un roman en choisissant de se mettre dans la tête d'un kamikaze islamiste. Cette fiction s'inspire des attentats sanglants ayant ciblé, en 2015, le Stade de France à Paris. Le kamikaze, Khalil, 23 ans, d'origine marocaine, a vécu en Belgique, mais il n'a jamais eu le sentiment d'appartenance à ce pays, où tout semble lui signifier avec mépris qu'il n'est qu'un étranger.
Avec trois acolytes, il fait partie d'un commando qui se rend de Molenbeek (Belgique) à Paris pour ensanglanter la capitale française. Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ? «Après avoir écrit une bonne partie du récit, j'ai arrêté, en février 2016, l'écriture de ce roman, car je m'étais promis de ne plus écrire sur cette thématique.
Je voulais déserter ce sujet qui est atteint de saturation tant sur le plan médiatique, littéraire que cinématographique. Pour fuir ce sujet qui est devenu un enfer, j'ai commencé à écrire une trilogie sur le Mexique. Mais je n'ai pas pu résister à la tentation de reprendre l'écriture de Khalil pour apporter une approche inédite du terrorisme.
J'ai essayé d'apporter ma propre expérience, car ce sont des gens (les djihadistes, ndlr) que je connais parfaitement. Ma carrière dans l'armée algérienne m'a permis d'apporter une lumière sur cette nébuleuse qui nous enténèbre. Mon expérience peut aider à mieux appréhender le problème.
Durant la plus atroce tragédie qu'elle a subie, l'Algérie a été complètement isolée du monde. Mais elle a réussi à vaincre en résistant jusqu'au bout. Le but de mon roman n'est pas de dédiaboliser des gens qui ont choisi la haine, la violence extrême et le refus de l'autre. J'ai écrit ce roman pour rendre hommage à ceux qui ont choisi la sagesse», explique l'auteur.
«S'étant embarqué dans une rame bondée du RER pour faire le maximum de victimes, Khalil enclenche le dispositif de sa ceinture d'explosifs. Il appuie sur le poussoir. Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois... Il ne se passe rien. Rien ne se produit. Il n'est pas au Paradis. Il est parmi les vivants.
Bienvenue sur terre, en enfer. Et lui, qui ne voulait pas finir comme Moka, un loser qui n'a ni but ni cause dans la vie. Lui, un pétard mouillé ? Cet aléa déclenchera et installera chez Khalil un doute, une remise en cause de cet éventuel attentat meurtrier, une prise de conscience... Et s'il n'était pas le dindon de la farce, l'ingénu de cette opération.
Ce kamikaze qu'on fait "blaster" à distance, sans consulter son avis», ces passages résument la trame du roman. «Je suis absolument persuadé que ceux qui ont décidé d'aller vers la mort se posent la question s'ils iront réellement au Paradis ou s'ils ne feront que partir en fumée», insiste Yasmina Khadra.
Comment et pourquoi un jeune de 23 ans, qui aimait la bière, les filles et la belle vie, peut-il basculer pour semer la mort ? Ce roman tente de dresser un portrait lucide du terrorisme. Pour l'écrivain, les discours contre les migrants ou contre les musulmans en Europe contribuent à attiser la haine.
L'auteur dénonce la normalisation des discours de haine à l'égard des musulmans qui fait émerger deux camps qui prétendent s'opposer en tous points mais qui, au fond, partagent les mêmes objectifs : la haine et la violence d'un côté, les racistes et les terroristes de l'autre.
L'auteur fustige ceux qui s'attellent à détruire la coexistence pacifique entre musulmans et non-musulmans en Occident. «Le véritable diable est celui qui présente le musulman ou le migrant, sur les plateaux des télévisions, comme étant un diable. Les racistes et les djihadistes sont des frères siamois», fustige Yasmina Khadra.
«Ceux qui croient montrer du doigt les vrais coupables et les vrais assassins sont ceux qui ont rendu cette tragédie possible par l'humiliation et le racisme. Malheureusement en Europe, on ne se pose plus les vraies questions. Les propos de la discorde prennent le pas sur ceux de la sagesse. Les tenants des discours de la haine ont même leurs émissions dans les médias. Le vrai criminel est celui qui rend la tragédie possible», tranche-t-il.
Pour lui, cette normalisation du discours raciste et haineux au sein de certains médias qui en font ouvertement la promotion devrait faire craindre qu'on en arrive à davantage d'exclusion et de violence à l'égard des citoyens de confession musulmane, car ce racisme joue clairement en faveur du terrorisme.
L'auteur de Khalil déplore le fait que la diabolisation des citoyens de confession musulmane passe par le raccourci selon lequel les musulmans sont potentiellement terroristes et que ces groupes terroristes les représentent. «Nous vivons dans une sorte de paranoïa.
Le musulman est souvent montré du doigt comme étant systématiquement un terroriste (…) L'apaisement fait défaut en Occident. Ils (les personnes attirées par le djihadisme, ndlr) ne sont ni des extraterrestres ni des dangers définitifs. Ils ont toujours quelque chose à sauver et à récupérer», souligne-t-il. A la fin de la conférence, l'écrivain a tenu à remercier Mohamed Afane, le patron de l'hôtel Liberté qui a accueilli cette rencontre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.