Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yasmina Khadra présente son dernier roman «Khalil»: Une plongée dans les vertiges d'un «kamikaze»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 08 - 2018


  Yasmina Khadra était ce samedi à Oran à l'hôtel Liberté pour la promotion de son dernier roman, «Khalil», paru en août dernier aux éditions Kasbah. Deux années d'absence depuis sa dernière escale à Oran où il était venu pour la sortie de son précédent ouvrage «Dieu n'habite pas à La Havane», et voilà que l'auteur récidive avec, cette fois-ci, une thématique qu'il connaît très bien, le terrorisme. «Khalil c'est un roman nécessaire. Je voulais revenir sur les attentats du vendredi 13 novembre 2015 en France, pour repartir à la conquête de notre part d'humanité que nous sommes en train de perdre aujourd'hui, à cause de la diabolisation forcenée, à cause des réseaux sociaux un peu outranciers, à cause de la méconnaissance de ce sujet. J'espère avoir la légitimité et le courage de m'adresser à un large public pour essayer simplement d'apaiser les esprits, » dira l'auteur devant un public venu, comme à l'accoutumée, très nombreux à sa rencontre. Dans Khalil, Yasmina Khadra apporte un regard inédit en se plaçant dans la tête du kamikaze. Une histoire racontée à la première personne par la voix même de celui qui va commettre l'irréparable, Khalil. «C'est d'abord une plongée dans les vertiges d'un jeune homme qui a renoncé à ses rêves, et qui, par voie de conséquence, décide de s'attaquer aux rêves des autres,» explique l'auteur. A la lecture des premières pages du roman, on est d'abord distant par rapport à ce personnage qui se prépare à exécuter la pire des atrocités. Mais au fur et à mesure que le récit se déploie, on commence graduellement à s'attacher au personnage, à travers ses doutes, ses questionnements existentiels et ses interrogations sur sa foi, à lui donner visage humain, sans pour autant partager son point de vue. Un roman qui pousse vers la réflexion, en donnant du sens à des choses pas toujours faciles à cerner quand le regard est exclusif ou vindicatif. Une lecture dont on n'en sort pas indemne surtout si on évolue dans une société où le terrorisme est utilisé comme prétexte à la promotion de la haine de l'autre, au racisme et à la xénophobie. Khalil n'est, toutefois, «pas un roman polémique» répond l'auteur à une question de l'assistance. «Dans tous mes ouvrages, je n'ai jamais été polémique. J'essaye toujours d'écrire avec sincérité sur ce que je crois savoir, » précise-t-il. A travers le personnage de Khalil, ses incertitudes qu'il prend pour des vérités absolues, son égarement terrible, je propose, explique-t-il, «à un jeune lectorat d'avoir une longueur d'avance sur le discours insidieux des intégristes. Je suis persuadé que quelqu'un qui va lire ce livre, ne pourra jamais se laisser emporter par cette crue terroriste, absolument dévastatrice et repoussante.» Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre ainsi une approche inédite du terrorisme, d'un réalisme et d'une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l'esprit d'un kamikaze qu'il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l'insoutenable brutalité de la folie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.