Le président Tebboune reçoit le ministre espagnol de l'Intérieur    M.Tebboune exige de profondes réformes des œuvres universitaires et l'ouverture du cursus post graduation    Oran: soulagement des cafetiers et restaurateurs à la veille de la reprise graduelle    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Véhicules neufs: présentation avant la fin de semaine du nouveau cahier des charges    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Démission de la ministre de l'Information libanaise    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Drareni condamné à trois ans de prison, Benlarbi et Hammitouche seront libérés    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Les détails de la réouverture    Le professeur Belhocine appelle à la vigilance    13 relaxes et une condamnation avec sursis    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Les révélations glaçantes de sa famille    Une "bande criminelle" démantelée    9 morts et 142 blessés en 24 heures    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    La presse, le pouvoir et l'argent    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Sahara Occidental occupé : L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la francophonie à Dakhla    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Ramassage des ordures ménagères: Des points noirs toujours là !    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yasmina Khadra présente son dernier roman «Khalil»: Une plongée dans les vertiges d'un «kamikaze»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 08 - 2018


  Yasmina Khadra était ce samedi à Oran à l'hôtel Liberté pour la promotion de son dernier roman, «Khalil», paru en août dernier aux éditions Kasbah. Deux années d'absence depuis sa dernière escale à Oran où il était venu pour la sortie de son précédent ouvrage «Dieu n'habite pas à La Havane», et voilà que l'auteur récidive avec, cette fois-ci, une thématique qu'il connaît très bien, le terrorisme. «Khalil c'est un roman nécessaire. Je voulais revenir sur les attentats du vendredi 13 novembre 2015 en France, pour repartir à la conquête de notre part d'humanité que nous sommes en train de perdre aujourd'hui, à cause de la diabolisation forcenée, à cause des réseaux sociaux un peu outranciers, à cause de la méconnaissance de ce sujet. J'espère avoir la légitimité et le courage de m'adresser à un large public pour essayer simplement d'apaiser les esprits, » dira l'auteur devant un public venu, comme à l'accoutumée, très nombreux à sa rencontre. Dans Khalil, Yasmina Khadra apporte un regard inédit en se plaçant dans la tête du kamikaze. Une histoire racontée à la première personne par la voix même de celui qui va commettre l'irréparable, Khalil. «C'est d'abord une plongée dans les vertiges d'un jeune homme qui a renoncé à ses rêves, et qui, par voie de conséquence, décide de s'attaquer aux rêves des autres,» explique l'auteur. A la lecture des premières pages du roman, on est d'abord distant par rapport à ce personnage qui se prépare à exécuter la pire des atrocités. Mais au fur et à mesure que le récit se déploie, on commence graduellement à s'attacher au personnage, à travers ses doutes, ses questionnements existentiels et ses interrogations sur sa foi, à lui donner visage humain, sans pour autant partager son point de vue. Un roman qui pousse vers la réflexion, en donnant du sens à des choses pas toujours faciles à cerner quand le regard est exclusif ou vindicatif. Une lecture dont on n'en sort pas indemne surtout si on évolue dans une société où le terrorisme est utilisé comme prétexte à la promotion de la haine de l'autre, au racisme et à la xénophobie. Khalil n'est, toutefois, «pas un roman polémique» répond l'auteur à une question de l'assistance. «Dans tous mes ouvrages, je n'ai jamais été polémique. J'essaye toujours d'écrire avec sincérité sur ce que je crois savoir, » précise-t-il. A travers le personnage de Khalil, ses incertitudes qu'il prend pour des vérités absolues, son égarement terrible, je propose, explique-t-il, «à un jeune lectorat d'avoir une longueur d'avance sur le discours insidieux des intégristes. Je suis persuadé que quelqu'un qui va lire ce livre, ne pourra jamais se laisser emporter par cette crue terroriste, absolument dévastatrice et repoussante.» Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre ainsi une approche inédite du terrorisme, d'un réalisme et d'une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l'esprit d'un kamikaze qu'il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l'insoutenable brutalité de la folie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.