Le général Chentouf a fui via l'aéroport d'Oran    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Al-Sadd.. Bounedjah frappe encore    Fédération algérienne de cyclisme.. Barbari seul candidat à la présidence    Effondrement d'une bâtisse à la Casbah.. Les bouquinistes rendent hommage aux victimes    Msila.. Psychotropes saisis    Grève à l'Université de Sidi Bel Abbès.. Les étudiants passent au vote    Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EL KERMA (ORAN) : Sit-in des élus devant le siège de l'APC    ORAN : 2 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Fausses statistiques, vraies subventions    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Décès d'un supporter    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    …sortir…sortir…sortir…    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Organisation des Nations unies provoque l'ire de l'armée birmane
Rapport sur la crise des Rohingyas
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2018

L'Organisation des Nations unies (ONU) «n'a pas le droit d'interférer» dans les affaires birmanes. Ainsi a réagi hier le chef de l'armée Min Aung Hlaing, l'homme le plus puissant de Birmanie, à un rapport d'une mission d'enquête onusienne, relayé par des médias.
Rapport publié la semaine dernière, qui accuse les militaires birmans de «crimes contre l'humanité» et de «crimes de guerre» en référence à la répression menée contre les musulmans rohingyas. La déclaration de Min Aung Hlaing intervient alors que les enquêteurs de l'ONU ont demandé que six hauts responsables de l'armée, dont il fait partie, soient poursuivis devant la justice internationale pour «génocide». «Aucun pays, aucune organisation et aucun groupe n'a le droit d'interférer» dans la politique de notre pays, a-t-il affirmé dans le journal officiel de l'armée.
Il a exclu l'hypothèse d'un éventuel retrait des militaires de la vie politique, demandé par la mission onusienne. «Les pays à travers le monde choisissent le système démocratique qui leur convient (…). La Birmanie est sur la voie du multipartisme démocratique», a-t-il indiqué. Il a précisé que l'armée restera très impliquée, tant que les conflits avec les multiples rébellions ethniques du pays, dont certaines durent depuis près de 70 ans, ne seront pas réglés.
La Birmanie a déjà réfuté, fin août, le rapport en question. En effet, le porte-parole du gouvernement, Zaw Htay, a indiqué ne «pas avoir autorisé» la Mission d'établissement des faits (MEF) de l'ONU «à entrer en Birmanie». «C'est pourquoi nous n'acceptons aucune résolution du Conseil des droits de l'homme», a-t-il poursuivi. Il a appelé à la création d'une «commission d'enquête indépendante» par la Birmanie pour répondre aux «fausses allégations des agences de l'ONU».
Aussi, le porte-parole du gouvernement birman a fustigé la décision de Facebook de fermer la page du général Min Aung Hlaing, pour «violations des droits de l'homme», estimant que cette mesure nuit aux efforts du gouvernement birman pour promouvoir la «réconciliation nationale».
De son côté, l'ambassadeur birman auprès de l'ONU, Hau Do Suan, a rejeté les conclusions du rapport onusien et mis en cause la partialité des enquêteurs. «Le moment choisi pour rendre public de manière hâtive ce rapport, à la veille de la réunion du Conseil de sécurité, soulève de sérieuses questions», alors que le document était attendu le 18 septembre, a-t-il soutenu.
L'écrasant ordre Kaki
Malgré l'arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, les militaires conservent une place importante dans l'échiquier politique birman. Ils contrôlent trois ministères régaliens (Défense, Intérieur, Frontières) et se réservent un quart des sièges au Parlement, ce qui leur permet de bloquer tout amendement constitutionnel susceptible de limiter leurs pouvoirs.
Plus de 700 000 Rohingyas, minorité ethnique musulmane, ont fui en 2017 les violences des militaires birmans et de milices bouddhistes et se sont réfugiés au Bangladesh voisin, où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune. Le rapport dresse une longue liste d'exactions à leur encontre qui constituent «les crimes les plus graves au regard du droit international». Entre autres, «assassinats», «disparitions», «tortures», «violences sexuelles» et «travail forcé».
L'armée birmane rejette ces accusations, assurant que sa campagne vise des rebelles rohingyas après des attaques meurtrières contre des postes de police en août 2017. Outre le rapport de l'ONU, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'un examen préliminaire dans ce dossier, première étape d'un processus pouvant aboutir à une enquête formelle du tribunal basé à La Haye et, éventuellement, à des accusations. Les experts estiment toutefois que cette procédure sera longue et semée d'embûches.
Aung San Suu Kyi n'a à ce jour pas réagi au dernier rapport de l'ONU. Très critiquée pour ses silences sur la crise des Rohingyas, la prix Nobel de la Paix n'a pas été épargnée par l'ONU qui déplore qu'elle n'ait «pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher» les violences. Quelques jours avant le rapport final de l'ONU, Aung San Suu Kyi s'était contentée de dire que l'armée aurait pu «mieux gérer» la crise.
La Constitution birmane de 1947 reconnaît aux Rohingyas un statut légal et le droit de vote. Mais l'instauration en 1962 de la dictature militaire complique la situation pour les nombreuses minorités ethniques du pays, dont les droits sont niés par le pouvoir central. En 1978 puis en 1991-1992, une campagne de répression de l'armée pousse quelque 250 000 Rohingyas à se réfugier au Bangladesh. Certains parmi eux sont revenus, sous la contrainte de Dacca. La loi birmane sur la nationalité de 1982 a laissé les Rohingyas apatrides.
Estimant qu'ils ne pouvaient fournir la preuve de leur présence sur le territoire avant 1823 (soit avant la première guerre anglo-birmane), la nationalité birmane leur a été retirée. L'autodissolution de la junte en 2011 marque une nouvelle phase avec une montée du bouddhisme extrémiste, porté notamment par un groupe de moines. Ces tensions aboutissent en 2012 à de violents affrontements intercommunautaires dans le pays. Le 5 septembre 2017, Aung San Suu Kyi a déclaré que la situation en Arakan est noyée sous un «iceberg de désinformations».
Propos qui ne cadrent pas avec son statut des années 1990 et 2000, qui fait d'elle le symbole de la lutte contre le régime militaire. Ce qui lui a valu d'être retenue en résidence surveillée durant près de 15 ans. Elle a nommé en août 2016 une commission d'enquête sur les Rohingyas présidée par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU. Celle-ci a recommandé dans son rapport la révision de la législation de 1982 sur la citoyenneté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.