PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    SIDI BEL ABBES : La santé mentale, thème d'une formation de 5 jours    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    La Tunisie veut forcer son destin    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    "Nos enfants ne sont pas des bandits !"    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Organisation des Nations unies provoque l'ire de l'armée birmane
Rapport sur la crise des Rohingyas
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2018

L'Organisation des Nations unies (ONU) «n'a pas le droit d'interférer» dans les affaires birmanes. Ainsi a réagi hier le chef de l'armée Min Aung Hlaing, l'homme le plus puissant de Birmanie, à un rapport d'une mission d'enquête onusienne, relayé par des médias.
Rapport publié la semaine dernière, qui accuse les militaires birmans de «crimes contre l'humanité» et de «crimes de guerre» en référence à la répression menée contre les musulmans rohingyas. La déclaration de Min Aung Hlaing intervient alors que les enquêteurs de l'ONU ont demandé que six hauts responsables de l'armée, dont il fait partie, soient poursuivis devant la justice internationale pour «génocide». «Aucun pays, aucune organisation et aucun groupe n'a le droit d'interférer» dans la politique de notre pays, a-t-il affirmé dans le journal officiel de l'armée.
Il a exclu l'hypothèse d'un éventuel retrait des militaires de la vie politique, demandé par la mission onusienne. «Les pays à travers le monde choisissent le système démocratique qui leur convient (…). La Birmanie est sur la voie du multipartisme démocratique», a-t-il indiqué. Il a précisé que l'armée restera très impliquée, tant que les conflits avec les multiples rébellions ethniques du pays, dont certaines durent depuis près de 70 ans, ne seront pas réglés.
La Birmanie a déjà réfuté, fin août, le rapport en question. En effet, le porte-parole du gouvernement, Zaw Htay, a indiqué ne «pas avoir autorisé» la Mission d'établissement des faits (MEF) de l'ONU «à entrer en Birmanie». «C'est pourquoi nous n'acceptons aucune résolution du Conseil des droits de l'homme», a-t-il poursuivi. Il a appelé à la création d'une «commission d'enquête indépendante» par la Birmanie pour répondre aux «fausses allégations des agences de l'ONU».
Aussi, le porte-parole du gouvernement birman a fustigé la décision de Facebook de fermer la page du général Min Aung Hlaing, pour «violations des droits de l'homme», estimant que cette mesure nuit aux efforts du gouvernement birman pour promouvoir la «réconciliation nationale».
De son côté, l'ambassadeur birman auprès de l'ONU, Hau Do Suan, a rejeté les conclusions du rapport onusien et mis en cause la partialité des enquêteurs. «Le moment choisi pour rendre public de manière hâtive ce rapport, à la veille de la réunion du Conseil de sécurité, soulève de sérieuses questions», alors que le document était attendu le 18 septembre, a-t-il soutenu.
L'écrasant ordre Kaki
Malgré l'arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, les militaires conservent une place importante dans l'échiquier politique birman. Ils contrôlent trois ministères régaliens (Défense, Intérieur, Frontières) et se réservent un quart des sièges au Parlement, ce qui leur permet de bloquer tout amendement constitutionnel susceptible de limiter leurs pouvoirs.
Plus de 700 000 Rohingyas, minorité ethnique musulmane, ont fui en 2017 les violences des militaires birmans et de milices bouddhistes et se sont réfugiés au Bangladesh voisin, où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune. Le rapport dresse une longue liste d'exactions à leur encontre qui constituent «les crimes les plus graves au regard du droit international». Entre autres, «assassinats», «disparitions», «tortures», «violences sexuelles» et «travail forcé».
L'armée birmane rejette ces accusations, assurant que sa campagne vise des rebelles rohingyas après des attaques meurtrières contre des postes de police en août 2017. Outre le rapport de l'ONU, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'un examen préliminaire dans ce dossier, première étape d'un processus pouvant aboutir à une enquête formelle du tribunal basé à La Haye et, éventuellement, à des accusations. Les experts estiment toutefois que cette procédure sera longue et semée d'embûches.
Aung San Suu Kyi n'a à ce jour pas réagi au dernier rapport de l'ONU. Très critiquée pour ses silences sur la crise des Rohingyas, la prix Nobel de la Paix n'a pas été épargnée par l'ONU qui déplore qu'elle n'ait «pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher» les violences. Quelques jours avant le rapport final de l'ONU, Aung San Suu Kyi s'était contentée de dire que l'armée aurait pu «mieux gérer» la crise.
La Constitution birmane de 1947 reconnaît aux Rohingyas un statut légal et le droit de vote. Mais l'instauration en 1962 de la dictature militaire complique la situation pour les nombreuses minorités ethniques du pays, dont les droits sont niés par le pouvoir central. En 1978 puis en 1991-1992, une campagne de répression de l'armée pousse quelque 250 000 Rohingyas à se réfugier au Bangladesh. Certains parmi eux sont revenus, sous la contrainte de Dacca. La loi birmane sur la nationalité de 1982 a laissé les Rohingyas apatrides.
Estimant qu'ils ne pouvaient fournir la preuve de leur présence sur le territoire avant 1823 (soit avant la première guerre anglo-birmane), la nationalité birmane leur a été retirée. L'autodissolution de la junte en 2011 marque une nouvelle phase avec une montée du bouddhisme extrémiste, porté notamment par un groupe de moines. Ces tensions aboutissent en 2012 à de violents affrontements intercommunautaires dans le pays. Le 5 septembre 2017, Aung San Suu Kyi a déclaré que la situation en Arakan est noyée sous un «iceberg de désinformations».
Propos qui ne cadrent pas avec son statut des années 1990 et 2000, qui fait d'elle le symbole de la lutte contre le régime militaire. Ce qui lui a valu d'être retenue en résidence surveillée durant près de 15 ans. Elle a nommé en août 2016 une commission d'enquête sur les Rohingyas présidée par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU. Celle-ci a recommandé dans son rapport la révision de la législation de 1982 sur la citoyenneté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.