La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un marché en quête d'organisation
Publié dans El Watan le 01 - 10 - 2018

Si la Foire internationale d'Alger (FIA) est considérée comme le baromètre de l'économie nationale, le Salon international du livre (SILA) est également perçu comme une opportunité d'évaluer le climat dans lequel évolue l'industrie du livre à travers toutes ses étapes.
C'est également l'occasion de faire le point sur les conditions dans lesquelles se fait la distribution, mais aussi sur la mise en application de la loi n°15-13 du 15 juillet 2015 portant sur les activités et le marché du livre. Une loi qui, faut-il le rappeler, était l'objet de controverses.
Cette 23e édition qui se tiendra du 29 octobre au 10 novembre permettra par ailleurs aux acteurs nationaux de ce secteur en pleine mutation de revenir sur le chantier du livre électronique. Un chantier où les choses n'avancent pas au rythme souhaité. Car si dans les discours, la volonté affichée est de développer l'édition numérique, dans les faits, la situation est toute autre.
Ce sont donc les principaux points qui s'inviteront au débat lors de ce Salon qui se tiendra sous le slogan «Livre ensemble». Ainsi, en plus d'être une occasion pour les nouvelle découvertes littéraires, les échanges et les rencontres entre éditeurs et auteurs, cette 23e édition permettra tant aux exposants qu'aux visiteurs de prendre la température d'un marché en quête d'organisation.
Aide
D'où le rôle important à assurer du côté du Centre national du livre. Un rôle qui consiste, selon le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, à «ouvrir régulièrement des ateliers dédiés aux métiers de l'édition». Ce qui n'est pas le cas cependant. Idem pour le ciblage des aides publiques. «Ces aides doivent revenir à des projets menés par des professionnels soucieux de la noblesse du livre, du statut des écrivains et du respect des auteurs.
L'Etat ne peut se défaire de son rôle de soutien, mais il lui appartient, comme cela se pratique partout, d'attendre des bénéficiaires de ces aides une contribution active à la promotion des livres et à l'épanouissement de la lecture», a précisé le ministre à ce sujet.
Mais qu'en est-il au juste ? Une question qui s'impose eu égard aux difficultés en attente d'être prises en charge pour organiser le secteur. Pour les éditeurs, il s'agit surtout de donner l'avantage à la production nationale. Car, actuellement, le livre produit en Algérie est plus cher que celui importé en raison essentiellement d'une fiscalité loin d'être équilibrée.
Les droits de douane sur le papier importé sont, en effet, de 15%, auxquels s'ajoutent 17% de taxe sur la valeur ajoutée. Une mesure qui avantage les exportateurs de livres vers l'Algérie (Qatar, France, Liban, Belgique et Egypte essentiellement). Il y a lieu aussi de réhabiliter l'activité de libraire pour mieux organiser la distribution, qui reste le maillon faible d la chaîne.
A ce niveau, les pratiques illégales sont de mise ; c'est un fait constaté d'ailleurs durant les différentes éditions du SILA : nombreux sont les «affairistes» qui sillonnent les stands du SILA pour «s'approvisionner» en livres à revendre juste après. Là, c'est l'autre côté du SILA, c'est-à-dire le caractère commercial pas toujours net…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.