LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Développement à Rouached (Mila) : Des résultats et des insuffisances
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2009

Rouached, du nom du savant Abdelkader El Rachedi, juge et mufti de Constantine au 17e siècle, est distante de 32 km à l'ouest du chef-lieu de la wilaya de Mila, abritant 27 023 âmes, dont 15 000 à Rouached-centre, et est accessible, au sortir de la RN79 reliant Mila à Ferdjioua par le CW6.
Une localité typiquement rurale, constituée de 14 quartiers urbains et 34 mechtas, dont 4 agglomérations secondaires : Sidi Zerrouk, Zanka, Rahbat Ayoune et Taflat. Le tout disséminé sur une superficie totale de 97,5 km2. La région, communément appelée Monaco puisqu'elle abrite, à l'échelle de la wilaya, la plus forte communauté d'anciens émigrés de France, est une localité qui survit grâce à quelques ingrédients comme le commerce, les petits élevages et les cultures maraîchères destinées beaucoup plus pour les besoins domestiques. Il n'y existe aucune installation économique et, mis à part ces petites débrouilles qui ne peuvent, à l'évidence, absorber le taux de chômage hallucinant avoisinant les 70%, la localité subit au quotidien les affres d'un marasme étouffant. Avec des ressources maigres et dérisoires (environ 4 millions de dinars), l'APC tente de sauver la mise. Vingt-sept postes permanents ont été dégagés en 2008 par la municipalité, 92 postes contractuels sont en voie d'affectation au profit des « sans niveau » dans le cadre du dispositif à l'aide et l'installation professionnelle (DAIP), et 40 postes seront répartis au titre de la résorption de l'analphabétisme.
AEP, aménagement urbain et routes
Le cadre de vie a accompli, ces deux dernières années, un saut qualitatif à la lumière de la concrétisation des nombreux projets de réhabilitation des voies et axes routiers. Plusieurs citoyens interrogés sont de cet avis. Il fait bon vivre, à présent, à Rouached et « l'époque où il fallait s'armer d'une paire de bottes pour traverser une rue n'est plus qu'un lointain souvenir », a indiqué le P/APC, Amar Dekhmouche. A ce titre, 6 opérations de rénovation de tronçons routiers ont été réalisées en 2008 dans le cadre du sectoriel, moyennant une enveloppe de 180 millions de dinars, alors que trois autres opérations, inscrites en 2008, sont confiées.
En matière d'alimentation en eau potable, les riverains ne s'en plaignent nullement. A la faveur de la mise en service du barrage de Béni Haroun, la localité, approvisionnée à partir du couloir alimentant les 10 localités du nord de la wilaya et un réseau de distribution entièrement rénové en 2006, est desservie tous les jours. Un projet d'AEP au profit des mechtas de Laksari et Lounakel, soit près de 1 000 habitants, est en voie de réalisation. Pour briser l'enclavement pesant, la DTP a mobilisé un pactole de 230 millions de dinars pour la réalisation d'un pont de 100 m de longueur entre Rouached et Minar Zaraza sur Oued El Kébir.
Le projet, confié à SAPTA (Alger), s'ajoutera à la construction d'un ouvrage similaire qui reliera au nord Rouached à la RN100. Par ailleurs, cette commune n'en pâtit pas moins d'insuffisances criardes, comme la couverture en gaz naturel qui enregistre taux de 63% à Rouached-centre, alors que tous les autres ensembles en sont dépourvus, en plus de l'existence d'un seul complexe sportif de proximité (CSP) depuis l'Indépendance pour une population à majorité jeune, une simple aire de jeu surexploitée par les deux clubs de football de la régionale III, en l'occurrence l'USBR et le CCR, regroupant à eux seuls près de 140 athlètes. Les promesses de la DJS de revêtement de cet espace en tartan de 5e génération sont restées lettre morte. Ceci sans oublier le dos rond fait depuis 2002 par le département de la culture au projet de construction d'un centre culturel, en dépit de l'existence du terrain d'assiette.Toutes ces demandes légitimes attendent d'être traduites dans les faits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.