Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Les députés votent le texte à la majorité    Algérie Télécom baissera les tarifs d'abonnement    En dépit de la grève d'Air Algérie: Tous les avions sont soumis au contrôle technique avant leur décollage    Consolidation de la démocratie participative    Pour une meilleure maîtrise des prix : Création prochaine de dispositifs de distribution des produits de base    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    CAN-2018 (dames) : La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Nuit d'émentes à Bab el-Oued    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Loi de finances 2019: Le projet adopté sans l'opposition    Meurtre du journaliste Khashoggi: Tentative d'innocenter le prince    Emploi à Bordj Bou Arréridj: Convention entre l'ANEM et le CABBA    Incidents du match MCA-USMBA: El Habiri au chevet des policiers blessés    APC d'Ain Bessem (Bouira): Les élus du FLN se retirent des commissions    Lila Benzaza: «Dans tous mes livres, il y a une part de vérité»    Mohamed Aïssa à Tipasa : « C'est le Président de la République qui décidera de la date de l'inauguration de la Grande mosquée d'Alger ».    «On ne veut plus de Tliba ni de son clan», affirment les élus    Une école de qualité, un important défi pour l'Algérie à l'horizon 2035    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Echos de Lomé    «L'anesthésiste assume avant, pendant, et après l'opération des responsabilités personnelles»    L'anarchie s'empare de la ville    Accalmie «provisoire» après un regain de violences à Hodeida    L'Unrwa en passe de compenser la perte du budget américain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Générale de «Ali Bitchin, pour l'amour d'une princesse»    Sondage du Centre national du livre    SIDI BEL ABBES : Une demoiselle remporte les primaires du FLN !    TELECOMMUNICATIONS : Feraoun annonce une baisse des tarifs de l'internet    APN : Le projet de loi de finances 2019 adopté à la majorité    Quel directoire pour le FLN ?    MOSTAGANEM : Tigditt, la mémoire d'une ville    Nous sommes vivants    Alerte au massacre des renards à Mila    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Ligue 1 L'USMA champion d'hiver    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    En bref…    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ancien patron de BRC en liberté conditionnelle
Condamné par le tribunal militaire à 30 mois de réclusion criminelle
Publié dans El Watan le 16 - 03 - 2009

Condamné le 26 novembre 2007 par le tribunal militaire de Blida à 30 mois de réclusion criminelle, Moumen Ould Kaddour, l'ex-PDG de BRC, a été libéré après avoir bénéficié d'une liberté conditionnelle. L'ancien patron de la société algéro-américaine, filiale de Sonatrach, avait été arrêté dans la discrétion la plus totale six mois avant sa présentation au parquet militaire par des officiers du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) pour une affaire de « divulgation de secrets d'informations classées secret-défense ».
Grief que ses avocats et sa famille ont nié, estimant le dossier présenté à la justice « vide de toute preuve ». Il s'agit, en fait, d'un enregistrement d'une conversation téléphonique qu'un lieutenant du service d'écoute, Chettouh Mahdi, aurait téléchargé sur un flash-disc et remis au nommé Adel Miloud, un civil, qui l'a donné à son tour à Ould Kaddour. Le jour du procès, dont l'audience s'est tenue à huis clos, les trois accusés ont plaidé non coupables. Pour leurs avocats, « cette affaire est vraiment banale et ne mérite même pas d'être jugée par un tribunal militaire, dans la mesure où les informations contenues dans l'enregistrement n'avaient aucune importance ».Une version rejetée par le ministère public, lequel a requis 7 ans de réclusion criminelle contre le militaire, 6 ans contre Adel Miloud et 5 ans contre Moumen Ould Kaddour. Après des délibérations qui ont duré plus de trois heures, le tribunal militaire a prononcé 30 mois de réclusion à l'encontre de Moumen Ould Kaddour, 5 ans contre l'officier de l'ANP et 3 ans contre le civil.
Il est important de rappeler que cette affaire est intervenue juste après le scandale qui a éclaboussé la société algéro-américaine BRC. Celle-ci a suscité de nombreuses rumeurs sans que les autorités jugent nécessaire de donner une explication. Pourtant, beaucoup n'ont pas manqué de faire le lien avec le volumineux dossier « des marchés complaisants de gré à gré » à Brown and Rooth Condor (BRC), une joint-venture entre Sonatrach (51%) et une filiale de la compagnie Halliburton, qui demeure à ce jour en instruction auprès du tribunal de Bir Mourad Raïs, près la cour d'Alger. De nombreux hauts responsables, des cadres de la compagnie et même Moumen Ould Kaddour ont été entendus sur « la surfacturation » de contrats et des marchés de gré à gré passés sans appel d'offres, comme ce fut le cas pour la réalisation des deux tours abritant aujourd'hui les sièges du ministère de l'Energie et qui auraient coûté la bagatelle de 40 milliards de centimes chacune aux contribuables.
Une mission d'inspection de l'IGF, dépêchée sur instruction du président de la République, avait passé au peigne fin les contrats avec BRC et découvert que cette compagnie usait « de privilèges et de complaisance » pour accaparer de nombreux contrats avec Sonatrach, le ministère de l'Energie et des Mines, celui de la Défense nationale et Naftec. Une plainte a été déposée fin 2006 auprès du parquet de Bir Mourad Raïs, lequel a examiné tous les marchés accordés à cette société depuis 2001. La mise en branle de ces deux affaires durant la même période a été interprétée comme étant la conséquence d'une lutte de clans entre Bouteflika et une partie des services de l'armée. Ould Kaddour est aujourd'hui libre, mais jusqu'à quand, sachant qu'un autre dossier le concernant (au tribunal de Bir Mourad Raïs) est suspendu sur sa tête comme l' épée de Damoclès depuis plus de trois ans !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.