Le scandale de la semaine : Excès de violence sur un supporter lors du match MCA – USMBA    Nous sommes vivants    Tizi Ouzou : Mise sous tension de deux nouvelles lignes électriques    Interruption momentanée du trafic autoroutier à El Affroun et El Khemis sur l'axe Alger-Oran aujourd'hui et demain    L'opposition critique le PLF 2019 qui ne prévoit pas de mesures pour «l'amélioration de la situation économique»    En bref…    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Moto : La «der» de Dani Pedrosa    Ligue 2 : Impérative victoire pour la JSMB    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Alerte au massacre des renards à Mila    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    Une pièce spéciale en hommage à Abdelkader Alloula    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    «Elle devrait se développer en partenariat avec des équipementiers internationaux»    Votre week-end sportif    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    La VAR à l'algérienne : mode d'emploi    L'Arabie Saoudite tente de reprendre les choses en main    Ould-Abbès passe la main    La démission surprise d'Ould Abbès    Des chiffres qui inquiètent    Presbytie, quels sont les signes ?    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Hanoune clashe les partisans du 5e mandat    Zombies-Land !    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Tlemcen: L'alimentation en gaz naturel renforcée    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le pétrole, toujours    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Bouteflika convoque le collège électoral    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les zones d'activité à l'abandon
Wilaya de Boumerdès
Publié dans El Watan le 06 - 04 - 2009

Parmi les 172 projets inscrits au titre du plan de relance des zones d'activités et de dépôt (ZAC) gérées par l'agence foncière de la wilaya de Boumerdès, seuls une cinquantaine sont achevés. Le reste est partagé entre des projets qui n'ont pas pu être entamés (102) et d'autres bloqués à différents niveaux d'avancement des travaux. C
es chiffres, communiqués dernièrement par l'agence de l'emploi de Boumerdès, renseignent sur l'impossibilité de concrétiser les promesses des responsables de la wilaya consistant en la création d'une zone d'activité dans chaque commune. Pis, des dizaines d'entreprises implantées au niveau des zones d'activités fonctionnelles ont dû fermer leurs portes depuis plusieurs années. Ces zones, dont le nombre dépasse la quinzaine aujourd'hui, peinent à amorcer la dynamique de développement tant attendue par la population. Dans la majorité des communes de la wilaya, les zones d'activités connaissent des blocages et d'inextricables problèmes.
A Baghlia, la zone d'activité a été créée en 1986. Elle s'étend sur une superficie de 30 ha et connaît un grand retard en matière d'investissement « à cause notamment des actes de propriété de terrains, qu'une dizaine d'investisseurs réclament encore pour de se lancer dans l'activité ». Ledit document est devenu un véritable enjeu dans ces dossiers qui tendent à virer à la spéculation foncière. Si certains le réclament pour entamer leur activité ou construire leurs unités, d'autres voudraient l'avoir juste pour prendre possession des assiettes foncières et, éventuellement, les détourner de leur vocation initiale. « Ici, sur la trentaine de petites et moyennes entreprises programmées, huit uniquement sont en activité », nous dira le vice-président de l'APC de Baghlia.
La même situation prévaut dans la commune voisine de Naciria où la zone d'activité, qui regroupe une dizaine d'unités, est en souffrance. Là aussi, les projets prévus ne sont pas encore concrétisés sur le terrain. « Parmi les dix entreprises de la zone, trois uniquement sont fonctionnelles. Les 15 hectares réservés pour l'implantation d'unités industrielles, ne sont pas tous exploités », apprend-on auprès d'un responsable local qui ajoute qu' « une partie de cette surface est exploitée illicitement par un particulier ». Dans la commune de Si Mustapha, le P/APC nous dira que pas moins de dix projets prévus au niveau de la zone de sa localité ne sont pas encore lancés. « Certaines unités n'ont pas pu ouvrir leurs portes à ce jour, tandis que d'autres ne sont pas encore construites à cause de « l'incapacité » des acquéreurs du terrain d'y investir », affirme notre interlocuteur qui signale avoir « annulé deux décisions d'investissement suite à ce problème ».
Dans ce cadre, il est à souligner que dans la plupart des cas, les « investisseurs » ne s'engagent que pour acquérir le terrain, lequel ne sera jamais exploité. Sur ce, un responsable proche du dossier, note que « les investisseurs présentent des dossiers qui sont souvent non conformes au cahier des charges et le plan d'occupation du sol (POS), mais aucun service ne daigne annuler le contrat de cession du terrain pour l'affecter à d'autres investisseurs ». Cet exemple s'applique aussi à la zone d'activité prévue dans la commune de Souk El Had où « l'acquéreur des 5 hectares de terrain n'a rien entrepris pour l'instant pour installer les unités prévues, malgré le contrat de cession du terrain qui remonte à 1995 », indique le P/APC. Idem pour la commune de Thenia où la zone d'activité a été créée en 2000. Le problème « est dû à l'opposition des directions de l'environnement et de l'hydraulique pour la non-conformité du projet avec les études d'impact », nous dit le P/APC. Dans d'autres communes, comme Khemis El Khechna, ce sont les entreprises fermées après des années d'activité qui posent problème.
Ici, « au moins une vingtaine d'entreprises parmi les 48 unités que compte la zone d'activité sont fermées », nous dit un responsable local. En somme, dans cette wilaya tout le monde parle de la nécessité de relancer les entreprises fermées, vu leur apport dans l'absorption du chômage qui frappe de plein fouet la région. Dernièrement, on a dépêché une commission d'enquête pour s'enquérir de la nature des blocages que connaissent les zones d'activités de la wilaya. Cependant, du côté des élus on affiche un scepticisme total quant à l'aboutissement de ces enquêtes. Ces derniers rappellent que « des mises en demeure ont déjà été adressées à des investisseurs ayant fait des retards dans le lancement de leurs projets, mais qui sont restées lettre morte à ce jour ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.