Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Président Tebboune : l'Algérie et la France pourront avancer, une fois les problèmes de mémoire dépassés    Le Premier ministre inspecte la nouvelle cité 1200 logements AADL à Sid Bel Abbès    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Réserves énergétiques: le Président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    Accidents de la circulation: 2 morts et 128 blessés en 24 heures    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    La difficile mission de Belahcel    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    Un nouveau volet dans le «dossier automobile»    Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Plaidoyer pour une implication plus significative des EPSP dans la lutte contre Covid-19    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Ligue des champions d'Afrique : Le Cameroun refuse d'abriter le Final 4    On vous le dit    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Identité de papier    Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Crackers fromage-noix    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    BOUKADOUM REAFFIRME : L'Algérie rejette toute ingérence étrangère en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djaieh, Qbih …Un pastiche pour rire
Publié dans El Watan le 04 - 02 - 2007

Aussitôt le spectacle commencé, les téléphones mobiles ont fonctionné à merveille, le petit nombre de spectateurs qui avait pris place dans la salle de la maison de la culture avait vite fait d'ameuter ceux qui n'avaient pas fait le déplacement. Le raté, l'affreux et le dingue écrit et mis en scène par Jamal Hamouda avait accroché. C'est que l'auteur n'y est pas allé de main morte, accumulant tout ce qui peut gagner la connivence d'un public peu exigeant parce que venu pour se dérider. Hamouda, plutôt en homme de spectacle qu'en homme de théâtre, a aligné pêle-mêle le bon et le franchement au ras des pâquerettes dans des plages de monologues alternant avec des scènes où les dialogues sont des lieux de foire d'empoigne. Tout est dans une fantaisiste démesure. Jusqu'à un décor fait de bric et de broc où le clin d'œil facile est logé à belle enseigne. Et sur un soupçon d'intrigue entre conte et légende, Hamid Gouri, Toufik Mimiche et Abdelhak Benmarouf se donnent à fond sur un rythme soutenu dans des personnages impossibles. Des personnages plutôt caricaturaux que parodiques. Il fallait un brin de folie pour leur donner corps, ce dont les trois complices ont fait preuve avec jubilation. Benmarouf est une brute épaisse, tortionnaire de chat de gouttière. Son jeu est physique, carré comme son personnage. Gouri qui a été prix d'interprétation dans le rôle du majnoun ne s'est pas surpassé. Par contre, Mimiche a mis un peu plus de nuance dans son jeu, évitant la lourdeur d'un propos dont la grossièreté avait l'excuse de ne pas être vulgaire.
Il reste que contrairement à ce que laisse croire le titre de la pièce, les trois frères ennemis que campent les trois acteurs ne sont pas un bon, une brute et un méchant à la façon du célèbre western spaghetti auquel Hamouda fait lourdement allusion. Ils sont plutôt affreux, sales et méchants à la manière d'une non moins fameuse comédie du 7e art italien. Ils sont tous dijiah, qbah et majanin, chacun à sa manière. Le talent des comédiens est de les avoir rendus crédibles et d'avoir fait passer les outrances d'un pastiche qui parfois vire au grotesque lorsqu'il se met à vouloir être sérieux, s'éloignant du rire gros et gras qu'il suscite. A noter qu'aux côtés des trois principaux rôles, il y avait deux nouvelles venues à la scène, Djazia et Michou, qui ont insufflé leur fraîcheur au
spectacle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.