TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djaieh, Qbih …Un pastiche pour rire
Publié dans El Watan le 04 - 02 - 2007

Aussitôt le spectacle commencé, les téléphones mobiles ont fonctionné à merveille, le petit nombre de spectateurs qui avait pris place dans la salle de la maison de la culture avait vite fait d'ameuter ceux qui n'avaient pas fait le déplacement. Le raté, l'affreux et le dingue écrit et mis en scène par Jamal Hamouda avait accroché. C'est que l'auteur n'y est pas allé de main morte, accumulant tout ce qui peut gagner la connivence d'un public peu exigeant parce que venu pour se dérider. Hamouda, plutôt en homme de spectacle qu'en homme de théâtre, a aligné pêle-mêle le bon et le franchement au ras des pâquerettes dans des plages de monologues alternant avec des scènes où les dialogues sont des lieux de foire d'empoigne. Tout est dans une fantaisiste démesure. Jusqu'à un décor fait de bric et de broc où le clin d'œil facile est logé à belle enseigne. Et sur un soupçon d'intrigue entre conte et légende, Hamid Gouri, Toufik Mimiche et Abdelhak Benmarouf se donnent à fond sur un rythme soutenu dans des personnages impossibles. Des personnages plutôt caricaturaux que parodiques. Il fallait un brin de folie pour leur donner corps, ce dont les trois complices ont fait preuve avec jubilation. Benmarouf est une brute épaisse, tortionnaire de chat de gouttière. Son jeu est physique, carré comme son personnage. Gouri qui a été prix d'interprétation dans le rôle du majnoun ne s'est pas surpassé. Par contre, Mimiche a mis un peu plus de nuance dans son jeu, évitant la lourdeur d'un propos dont la grossièreté avait l'excuse de ne pas être vulgaire.
Il reste que contrairement à ce que laisse croire le titre de la pièce, les trois frères ennemis que campent les trois acteurs ne sont pas un bon, une brute et un méchant à la façon du célèbre western spaghetti auquel Hamouda fait lourdement allusion. Ils sont plutôt affreux, sales et méchants à la manière d'une non moins fameuse comédie du 7e art italien. Ils sont tous dijiah, qbah et majanin, chacun à sa manière. Le talent des comédiens est de les avoir rendus crédibles et d'avoir fait passer les outrances d'un pastiche qui parfois vire au grotesque lorsqu'il se met à vouloir être sérieux, s'éloignant du rire gros et gras qu'il suscite. A noter qu'aux côtés des trois principaux rôles, il y avait deux nouvelles venues à la scène, Djazia et Michou, qui ont insufflé leur fraîcheur au
spectacle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.